Rencontres libertines – Ep 7 _ Par Besse

Elle me rejoint revêtue d’un corset moulant son corps à la perfection.


Sur son ventre est plaqué un énorme gode ceinture creux dans lequel elle a glissé son sexe.


– Comme tu aimes les gros calibres, j’ai mis cette prothèse pénienne pour ne pas te décevoir.


Elle m’embrasse à pleine bouche en pressant ses seins splendides contre moi. 
L’instant d’après, elle m’allonge sur le dos en s’agenouillant entre mes jambes.


– Remonte ta nuisette, ma chérie.


Elle contemple un instant ma chatte restée largement béante par les pénétrations précédentes.
Puis, elle enfonce d’emblée trois doigts dans ma grotte en les recourbant vers le haut pour stimuler ma glande d’amour.


Poursuivant son fist, Mirella sourit en sentant mes sphincters se contracter sur son poignet. 
Contrôlant mal mon émotion, ma queue jaillit d’un coup par la fente de ma culotte ouverte.


– Tu aimes ça, n’est ce pas ma belle, s’exclame-t-elle en me masturbant de l’autre main.

 

Quelques minutes plus tard, elle m’écarte les cuisses en pointant son gode ceinture contre mon œillet. Brûlante de désir, j’attends avec impatience d’être prise.

Sans me quitter du regard, elle s’agrippe à mes hanches. Elle m’encule avec douceur comme si j’étais une femme avant de s’enfoncer en moi jusqu’à la garde.


Puis, elle glisse sur ma queue l’un de ses luxueux bas cervin. Tout en s’activant dans mes reins, elle me masturbe avec ce fabuleux manchon.

Les frottements répétés des mailles satinées sur mon gland me provoquent une forte érection.


– J’aime sentir ta queue se durcir dans ma main quand je te baise, me dit Mirella en souriant.


Je ne suis plus qu’une machine à jouir dont elle use et abuse. Quelques instants plus tard, je vois ma sève transpercer le bas nylon et se répandre en coulées blanchâtres sur ma nuisette.
Mirella prolonge mon orgasme en pilonnant habilement mon point G.

Peu après, elle se retire de mes fesses en m’interpellant:


– A ton tour de me donner du plaisir!


Décidée à la surprendre, je l’allonge sur le dos en enfilant un mini bas en latex sur mon pied. Puis, je le plonge dans son œillet brûlant de désir.
Grâce à mes lentes rotations, je le fais rentrer peu à peu jusqu’au talon. 
Très excitée, Mirella saisit mon pied à deux mains en le faisant coulisser en elle.


Lorsque je la vois trembler de désir, je m’assois à califourchon sur sa queue bien raide pour qu’elle se vide dans mon ventre. 
Sa respiration s’accélère quand je m’empale dessus de tout mon poids.
Sans la quitter des yeux, je décuple son plaisir en enfonçant une à une des boules anales dans ses fesses.


Quand elle explose en moi, je tire sur le fil en sortant d’un coup les boules de sa grotte.
Elle pousse alors un grand cri suivi de nombreux spasmes avant de s’immobiliser.


Lorsque je vois sa queue ruisselante de sève sortir de mes reins, je ne peux m’empêcher d’envier les femmes qui pompent par tous leurs orifices des dizaines de litres de sperme à leurs amants durant leurs vies.


Épuisées et comblées nous ne tardons pas à nous endormir dans les bras l’une de l’autre.

 

 

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :