Rencontres libertines – Ep 4 _ Par Besse

A peine rhabillée, une superbe rousse fait irruption dans ma chambre.

Elle porte un corset rouge et noir et des cuissardes assorties en affichant clairement ses penchants de dominatrice. Claudia s’approche de mon lit d’un pas assuré.

Je rentre dans son jeu en rabattant craintivement ma jupe sur mes cuisses.


– N’aie pas peur, me dit-t-elle d’une voix moqueuse en voyant ma mine effarouchée.

Puis, elle soulève ma jupe en me troussant sans scrupule. Surprise par la taille de mon clito, elle le sort de son écrin de lingerie.


– On dirait que je te fais de l’effet, s’exclame-t-elle ravie.

Profitant de son emprise sur moi, elle m’entraîne dans son lit en m’allongeant sur le ventre. Sortant sa queue massive de son slip brésilien, elle vient se glisser entre mes cuisses.

D’un doigt inquisiteur, elle explore l’entrée de ma grotte en s’immobilisant sur l’anneau en latex de mon fémidom.

– Retire cela immédiatement, me dit-t-elle d’un ton sans réplique.
– Je l’ai mis pour toi car ses reliefs internes vont te donner davantage de plaisir.

La voyant hésiter, je la masturbe pour la faire fléchir.

– Tu peux le garder, finit-t-elle par me dire.


Sans perdre de temps, elle s’allonge entre mes cuisses en appuyant son gland turgescent contre mon anneau.

– Pousse dès que je commence à t’enfiler, me dit-t-elle avec une pointe d’excitation dans la voix.

Mes sphincters finissent par céder et je sens son sexe s’enfoncer d’un coup jusqu’à la garde.

Après une brève douleur, mon désir monte crescendo lorsqu’elle pilonne mon point G avec une précision diabolique.

J’ai la respiration coupée lorsqu’elle me baise à grands coups de reins. Dans le silence de la chambre, j’entends les claquements réguliers de son bassin contre ma croupe et les frottements de sa queue dans mon préservatif féminin.

Quand elle est sur le point d’exploser, je glisse ma main entre ses cuisses en lui malaxant les bourses. Je l’entends gémir de plaisir quand je presse mes fesses contre son ventre en me servant de sa queue comme pivot jusqu’à ce qu’elle jouisse en moi.

Puis, elle se rhabille sans dire un mot et sort de ma chambre en me laissant dans un état d’excitation intense. Heureusement, deux jolies brunettes lui succèdent dans l’encadrement de la porte.

 

Natacha et Sabrina portent la même adorable guêpière gris perle ornée de dentelle rose.


Je les regarde s’approcher de moi en étant toujours tenaillée par le désir. Elles sont craquantes avec leurs jambes interminables et leurs cuisses fuselées.

Sans pouvoir détacher leurs regards de mon sexe en érection, elles me demandent de réaliser un de leur fantasme.

Les sens mis en ébullition par Claudia, j’accepte leur proposition en commençant par les masturber toutes les deux en même temps.

Natacha est la première à me montrer ses attentes.
– Allonge toi sur le lit ma belle.

Lui tournant le dos, je m’empale à califourchon sur sa verge en interpellant Sabrina.
– C’est le moment de réaliser ton fantasme ma belle!

Fascinée par le sexe de Natacha qui va et vient en moi, elle reste un moment immobile. Puis, elle me prend dans sa bouche en s’enfonçant en même temps dans mes reins.

Avec une synchronisation parfaite, elle plonge sa queue dans mon fourreau anal quand celle de Natacha en sort. Doublement sodomisée et pompée, je jouis longuement dans la gorge de Sabrina.

Enfin calmée, je me concentre sur Natacha.
– Je vais te vider les bourses, lui dis-je en lui lançant un regard torride.

J’entreprends alors un irrésistible massage fessier dont j’ai le secret. Attentive à la montée de son orgasme, je me trémousse de plus belle sur son sexe.

Le moment venu, je l’achève par de lentes et puissantes bascules du bassin. Tremblante de la tête au pied, elle gémit de plaisir en se vidant en moi.

 

Excitée par ce spectacle, Sabrina m’embroche à nouveau en regardant le sperme de son amie sortir de ma chatte et couler sur sa queue.

 Je lève mes jambes gaînées de nylon en écartant les cuisses pour qu’elle puisse s’enfoncer plus à fond dans ma chatte.

Calant ses épaules dans le creux de mes genoux, elle m’embroche jusqu’à la racine de son sexe.
– J’adore te baiser comme ça, s’exclame-t-elle!

Reprenant l’initiative, je la bascule sur moi en éperonnant sa croupe avec mes talons aiguilles. Telle une mante religieuse qui immobilise sa proie, je serre sa taille entre mes cuisses pour l’empêcher de bouger.

Lorsque Sabrina est sur le point de jouir, je sors sournoisement mon gode de dessous l’oreiller pour l’enfoncer dans ses fesses.

Surprise, elle se cabre pour tenter d’échapper à ce pal qui la fouille avec insistance.


-Non pas maintenant, c’est trop tôt, a-t-elle le temps de me dire avant d’exploser en moi dans une série de spasmes.

à suivre…

Laisser un commentaire