Règles de colocation – Ep. 22 _ Par Legras

Dans les cordes

Les deux filles se regardaient, elles devaient se retenir de venir toucher et caresser leur collier, comme pour mieux se l’approprier. À chacun de leur mouvement, l’anneau venait tinter sur le métal du collier. Elles tentaient de rester le plus immobile possible. Malgré cela des petits sons de métal se faisaient entendre. Leurs entrejambes demandaient un contact, peu importe lequel. Mais une simple caresse lui suffirait. Elles connaissaient le corps de l’autre mais ce collier changeait la donne il en était hypnotisant, c’était comme si il demandait à être touché, saisi.

La vendeuse arriva dans leur champs de vision, ce qui rappela la question posée peut avant :

“Oui Maîtresse !” “Oui Maîtresse !”

Les deux filles se redressèrent, plongeant le regard dans celui de l’autre. La vendeuse passa entre elles, sans vraiment leur prêter attention. Elle posa la corde rouge sur une étagère et prit une barre métallique. Tenant la barre verticale d’une main elle s’approcha de Jeanne et fit glisser son autre main sous ses fesses, en douceur, puis d’une voix douce, presque sensuelle :

“Écarte tes jambes.”

Jeanne obéis, la vendeuse se plaça derrière elle, s’agenouilla. Jeanne sentit une sangle venir se fermer autour d’une de ses chevilles. La vendeuse força encore plus l’ouverture des jambes et vint fermer une autre sangle sur l’autre cheville de Jeanne. Elle fut surprise de ne plus pouvoir bouger correctement ses pieds. Une barre d’écartèlement était posée entre ses chevilles. La surprise de cet objet et de ne plus être totalement maître de son corps passa au-dessus d’une certaine honte ou de peur. Même cette situation commençait à l’exciter. Elle voyait dans les yeux de Zoé une certaines envie et d’émerveillement. Apparemment Jeanne devait être agréable à voir ainsi, cela la rassura :

“Joins tes mains dans le dos.”

Rapidement, elle tendit ses bras et entrelaça ses doigts, collant ses paumes l’une à l’autre. Du coin de l’œil, elle vit la vendeuse prendre une corde rouge. Iil y en avait deux vraisemblablement et revenir derrière elle. Elle sentit la corde passer, plusieurs fois, autour de ses poignets, puis venir passer entre eux. La voilà bloquée et offerte. Se sachant en sécurité, accompagnée physiquement et psychiquement, elle eu moins de peine à accepter sa position qu’au début de la séance. Sa situation commençait réellement à l’exciter et son entrejambe devenait de plus en plus humide.

Le reste de la corde passa entre ses jambes. Ce simple contact suffit à faire gémir Jeanne, enfin son entrejambe était touché. La vendeuse ne fit qu’un léger sourire, mais ne joua pas avec les lèvres humides. Elle fit remonter la corde entre ses seins et la passa dans l’anneau du collier, la corde étaient vraiment longue et la vendeuse n’eue aucune peine à la ramener derrière la barre entre ses jambes avant de la ramener en direction de Zoé. La vendeuse tira sur cette corde, et la façon dont elle était posée obligea Jeanne à se pencher en avant, offrant à son amie une magnifique vue sur le haut de ses fesses, faisant comme deux petites collines à l’horizon.

“À ton tour.

“Oui Maîtresse.” Zoé n’attendait que cela, à voir la réaction de son amie, la position devait être des plus excitantes, surtout que l’entrejambe était enfin touché. Elle ouvrit ses jambes au maximum et joignit ses mains dans le dos. Une petite claque sur ses fesses la fit sursauter.

“Qui t’a dit de bouger ?
“Personne Maîtresse, mais je pensais que…
“Qui te demande de penser, tu obéis, c’est tout, remet toi en position.
“Oui, Maîtresse, pardonnez-moi.

@ suivre…

Retrouve les récits de Legras ici.

3 Comments

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :