Règles de colocation – Ep 17 _ par Legras

Cours du soir _ partie 1

Les deux filles se retrouvent avec plusieurs pages A4 dans les mains. Sur les premières toute une liste  plus ou moins hard.avec des cases à cocher sur le côté. En rapport à leur acceptation ou non d’une telle pratique et aussi au fait de faire subir cette pratique à quelqu’un d’autre. Les deux filles sentaient leur sexe devenir très chaud par moment. Mais sur d’autres propositions perdent toute envie d’être touchée.

Des stylos étaient sur le comptoir et naturellement les filles commencèrent à remplir cette liste.Par moment elles regardaient ce que remplissait l’autre. Des réponses surprenantes de part et d’autre, des “Ah bon ?”, “Nooon.”, “Toi tu accepterais ça ?”, “Sérieusement”. Le fait de remplir cette liste ensemble leur permettaient de mieux se connaître et de découvrir les limites de l’autre.

Avant de passer aux feuilles suivantes elles comparèrent leur choix.Une différence se marquait déjà, Zoé semblait prête à accepter plus de pratiques en tout genre, des purement sexuelles, de domination/soumission et dans l’habillement. Jeanne, quand à elle acceptait les pratiques de bases, être attachée, excitée, en bref ce qu’elle avait déjà vécue, mais sans plus. En revanche, elle semblait prête à faire subir et pleins d’autres actes à une personne.

 

Les filles arrivèrent à la une autre série de pages, celles-ci contenait un contrat en bon et dû forme de soumission. Il était spécifié la date du jour et la durée du contrat, de 18h15 à 24h00, les diverses règles tant pour la dominante que pour les soumises. Leurs mines devinrent plus grave, elles se rendirent compte qu’en signant cela elle acceptait de laisser leur corps à l’entière disposition de la vendeuse, ne vivant plus pour elles même.

Cette perspective les effrayait dans un sens, mais de l’autre cela les excitait. Elles avaient déjà testé le lâcher prise et savaient la joie que cela pouvait procurer. La vendeuse n’était pas si inconnue que cela pour elles et elles la savaient experte dans son domaine. En lisant qu’elles devraient appeler la vendeuse Maîtresse, cela leur rappela la séance de sanction de Zoé, où Jeanne lui avait demandé de l’appeler Maîtresse également.

Cette perspective ne déplaisait pas forcément à Zoé, mais pour Jeanne ce serait la première fois qu’elle appellerait une dominatrice Maîtresse cela lui faisait étrange. Elles lurent que le Safe word pour cette séance était “ketchup”, ce qui ramena un sourire sur leur visage. Mais bien vite les deux filles commencèrent à sentir leurs mains trembler, elles se rendirent compte qu’une grande étape allait être franchie, que leur vie risquait de changer ce soir.

 

Mais elles étaient venues là pour ça, donc autant aller jusqu’au bout. Alors, elles signèrent le contrat, mentionnant à la main “Lu et approuvé”. En posant le stylo elles furent submergées d’émotions qu’elles n’arrivaient pas à  décrire. Était-ce le fait d’avoir donné leur liberté pour un moment? la peur de l’inconnu? elles ne pouvaient le dire.

Elles se prirent dans les bras l’une de l’autre, de grosses larmes coulaient sans discontinuer. Les filles savaient que le pas était franchi. Mais une chose est sûre elles ne l’avaient pas fait seules et c’est cela qui leur donna du courage. Elles se savaient soutenues moralement par l’autre. Reprenant leurs esprits, une page noire, avec des photos, posée sur le comptoir attira leur attention. Celle-ci était là depuis le début, mais était recouverte par les autres feuilles. Intriguées, elles regardèrent plus attentivement, la même femme était photographiée dans diverses positions et chacune de ces positions avait un nom de position de soumise.

à suivre….

 

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :