Règles de colocation Ep. 1

L’installation

Nous sommes courant août, Jeanne et Zoé, deux amies d’enfance vont étudier dans la même université loin de chez elle. Elles ont travaillé la plus grande partie du mois d’août pour avoir de l’argent de côté, même si leurs parents respectifs sont d’accord de se partager le coût de la location d’un petit appartement.

Les deux familles aident les jeunes femmes à déménager leurs affaires. Les voitures sont pleines et tout le monde arrive dans le petit appartement. Deux chambres, un salon/salle à manger donnant sur une cuisine ouverte et enfin la salle de bain/WC.

Ce n’est pas un palace, mais au moins elles auront leurs chambres pour étudier au calme. Les cartons sont déchargés, répartis dans les différentes pièces. Après une soirée au restaurant pour se dire au-revoir, les familles partent laissant les femmes seules dans une ville inconnue.

Il reste une semaine avant le début des cours, assez de temps pour que les deux jeunes femmes s’installent confortablement et achètent quelques denrées de base. Elles en profitent également pour connaître la ville.

 

Comprenant la confiance de leurs familles respectives, les femmes sont décidées à travailler assidûment pour réussir leurs études. Le début de la semaine se passe bien, ne connaissant personne elles sont souvent ensemble, la journée comme le soir. Discutant des beaux hommes qu’elles croisent dans la rue, riant lorsque certains se croient discret en les regardant passer. C’est sur que leurs petites robes légères avaient de quoi attirer l’attention. Etant de belles femmes de base un rien les habillait et les rendait attirantes.

Jeanne était celle qui sortait le moins du lot. De taille moyenne, des yeux marron clair, de longs cheveux châtain lisses lui arrivait au milieu du dos. Elle avait de petits seins bien mis en évidence par des push-up. Ses fesses n’étaient pas inexistantes mais elles n’étaient pas son atout principal. Ses longues jambes par contre faisaient tourner la tête de plus d’une personne.

Zoé par contre était le phare de sexualité du duo : grande, yeux verts, blonde avec également de longs cheveux lisses. Sa poitrine était dans la moyenne supérieure, pas besoin de push-up pour la mettre en avant. En accord avec sa poitrine, ses fesses étaient bien rebondies. Mais elle avait de moins longues jambes que son amie, elle n’en avait pas besoin.

 

Malgré les différences de succès dans les amourettes d’un soir, les deux jeunes femmes s’entendaient très bien, riant même de certaines expériences, bonnes ou mauvaises. La fin de semaine arriva rapidement, elles ne connaissaient pas la ville comme leur poche, mais savaient où se trouvait les lieux importants et comment s’y rendre. Pour essayer de se socialiser et finir les vacances en beauté, elles passèrent la soirée de samedi en boîte de nuit. Et c’est en se réveillant le lendemain qu’une affirmation naquis dans chacune de leur tête, pour être sur que tout se passe bien il faudra instaurer des règles pour l’appartement.

 

Les deux amies se levèrent aux alentours de 10 heures, la soirée avait été mouvementée, alcoolisée également. Beaucoup d’hommes étaient venus tenter leur chance, surtout envers Zoé. Mais les deux femmes avaient trouvé la technique pour éloigner les lourdeaux. Lorsqu’un homme devenait trop insistant l’autre femme venait porter secours à son amie en venant l’enlacer tendrement et demander ce qui se passait. Même si deux femmes ensemble est le fantasme d’un certain nombre d’hommes, leurs ardeurs se refroidissaient lorsqu’ils étaient pris à l’improviste et surtout se retrouvait en minorité soudaine. Ne voulant pas occuper leurs esprits par une histoire d’amour sans lendemain elles s’étaient jurer de rentrer seule ce soir, chose qu’elles avaient réussi toute les deux.
Durant le déjeuner, elles riaient d’événements passé le soir avant, et s’exaspéraient d’autres, les mains baladeuses sur leur fesses, des hommes collants par leur attitude ne pouvant pas comprendre un non clair et évident. Ce fut Jeanne qui osa la première parler de l’année à venir.
“On se connait bien, et je pense que pour que nous réussissions nos études, il va falloir édicter des règles.”
Zoé sourit en buvant une gorgée de café
“C’est marrant je me disait la même chose hier soir.”
Indubitablement ces deux amies s’entendaient à merveille.
“Que proposes tu ?”
“Chez moi on avait tous des tâches à faire tout au long de la semaine, tout était marqué sur un programme affiché au frigo. Ça peut paraître vieux jeu, mais ça fonctionne et ne laisse pas place à l’interprétation.”
“Ça me va, je préfère lire que de me souvenir, et puis on aura bien assez de choses à se rappeler pour les cours. Comme tâche, je vois les repas, la vaisselle, le ménage.”
“Et puis les courses, les poubelles. Et il faudrait aussi instaurer quelque règles.”
“Attends je vais chercher de quoi écrire.” 

Règles & Sanctions

La blonde se leva, ne portant que son petit chemisier en satin pour la nuit. Elle était ravissante, Jeanne n’y prêtait plus attention, la connaissant depuis l’enfance elle la savait aguicheuse par moment. Zoé revint s’asseoir avec bloc de papier et un stylo. Fit grossièrement un calendrier pour une semaine. Les deux filles discutèrent un moment pour définir qui ferai quoi et quand.
“Et tu avais parlé de règles ?”
“Oui, on s’entends très bien, mais on aime notre intimité quand même.”
“Je vois où tu veux en venir, les garçons c’est ça ?”
“Exact, même si on veut étudier rien ne nous empêche de nous faire plaisir de temps en temps. Si on décide de ramener un homme chez nous, il faut prévenir l’autre avant de rentrer et l’autre devra soit partir soit rester invisible dans l’appartement.”
“Mhhh avec possibilité d’écouter ?” Des petites étoiles brillaient dans les yeux de Zoé.
“Ecouter oui, mais participer non.”
Elles rirent aux éclats et Zoé marqua la règle et d’autre sur les moments d’études et le bruit dans l’appartement de manière général. Elle s’arrêta soudain et se tapotant le stylo contre le menton réfléchi.
“Qu’est ce qu’il y a ?”
“Bah qui dit règle, dit sanction si elles ne sont pas respectées. Il faudrait les définir aussi.”
“On peut enlever ce qui est d’offrir un resto ou une sortie, nos économies ne nous le permettraient pas souvent. Mais quand même quelque chose qui nous coûte.”
Un éclair traversa les yeux de Zoé
“Et si on se faisait un système de point. Chaque tâches ou règles transgressées vaudrait 1 ou 2 points et au bout de 5 points il y a la sanction.”
“Bonne idée, mais cela ne nous dit pas quelle sanction.”
“Une soirée entravée, un point vaudrait une heure. Celle qui est entravée choisi le moment et le lieu serait obligatoirement dans sa chambre.”
Sans savoir pourquoi des frissons parcoururent l’échine de Jeanne, cette idée l’excitait alors que jamais auparavant elle n’avait songé à ce genre de pratique. Elle se prit au jeu
“Pas bête, on pourrait remettre les compteurs à zéro facilement, tant que la soirée n’est pas passée les points peuvent s’accumuler.” Elle s’arrêta, souris et d’un air gêné continua “On peut dire que celle qui est entravée serait nue ?”
Zoé posa le stylo et la regarda surprise. Elle la gentille petite Jeanne, pas la plus extravertie des femmes qu’elle connaissait, proposait d’être attachée nue par sa meilleure amie et vice versa. Des images traversèrent son esprit, elle sourit intérieurement et reprit le stylo :
“D’accord, cela nous découragera de fauter. Mais on a rien pour s’attacher correctement.”
“On va bien trouver une solution d’ici les premières sanctions.”
Les deux jeunes femmes finirent de déjeuner et Zoé alla mettre au propre le calendrier des tâches et les règles à respecter et vint l’afficher sur le frigo. En bas de la feuille deux lignes pour décompter les points de sanctions leur étaient réservée et en dessous un “Gare à la sanction” était écrit en rouge. Le reste de la journée fut tranquille, et elles profitèrent une dernière fois d’un dimanche de liberté en se promenant dans les parcs alentours.
@ suivre…
Retrouve d’autres récits coquins ici 

Laisser un commentaire