Le donjon de Natacha- Ep . 5 _ par Besse

Episode 5

En arrivant dans sa salle à manger pour se restaurer, elle m’habille en soubrette pour que je lui serve son repas.

Pendant qu’elle mange, je suis à ses genoux, la tête entre ses cuisses en faisant glisser ma langue sans trêve de son œillet à sa chatte.

A la fin de son repas, elle se lève en me rappelant sa promesse.

– Je vais te faire passer une nuit que tu n’es pas prête d’oublier!

Elle m’entraîne avec un rire de gorge évocateur au centre de son donjon.

– Lève les bras, m’ordonne-t-elle en m’attachant les poignets à des chaînes fixées au plafond.

– Regarde, tu as de la visite.

Je vois avec surprise les miroirs sans tain coulisser sur leurs rails et céder le passage à des dominatrices en tenue SM accompagnées de leurs esclaves qui viennent se mettre en cercle autour de moi.

Les soumises sont de belles transsexuelles aux seins sublimes qui ont entre les jambes une queue à rendre jaloux la plupart des mâles.

Elles me regardent enchaînée et offerte à leurs désirs pendant que leurs Maîtresses les préparent en les masturbant.

 

Le spectacle que j’offre les excite fortement.

Je suis debout, les bras levés suspendus à des chaînes en étant perchée sur mes talons aiguilles qui font ressortir la cambrure de mes reins.

Mon corset qui m’enserre la taille accentue cette impression en leur offrant mes fesses.

Bien qu’étant enchaînée, je m’apprête à dominer ces superbes créatures en pensant qu’elles n’auront bientôt plus qu’un morceau de chair flasque entre les jambes quand elles auront jouies en moi.

Galvanisée par cette idée, je m’apprête à leur vider les bourses.

Au signal de ma Maîtresse ces créatures du troisième sexe viennent m’embrocher l’une après l’autre sans interruption.

 

Je me sens totalement comblée par ces femmes phalliques qui pressent leurs seins superbes contre moi en m’embrochant sur leurs queues gonflées de désir.

Je ne compte plus les fois où j’ai senti leur sève m’inonder les entrailles.

Soudain, une splendide panthère noire me fait face. Visiblement, elle n’en peut plus d’attendre.

Elle ressemble au mannequin Naomie. Même corps souple et fin qui dégage une sensualité à fleur de peau.

Prise d’une pulsion irrésistible, elle plaque mes cuisses sur ses hanches en voulant m’empaler sur son sexe d’ébène.

Trop impatiente lors de sa première tentative, sa queue manque son objectif et vient glisser contre mon ventre.

 

A la suivante, je gémis de plaisir lorsqu’elle m’embroche d’un coup jusqu’à la garde.

Quelques instants plus tard, elle est prise de convulsions lorsqu’elle se vide longuement dans mon ventre.

Voulant prolonger son plaisir, elle m’embrasse en restant soudée à moi. Elle finit par se retirer en me laissant l’anus bien ouvert.

Je sens alors d’épaisses coulées blanchâtres s’échapper de mes fesses et s’accrocher comme des guirlandes à mes bas.

Pour arrêter l’écoulement, elle m’enfonce un rosebud dans la chatte en me disant:

– Ainsi, tu vas pouvoir garder ma sève plus longtemps en toi.

 

Peu après, Natacha invite les participants à retourner derrière les glaces murales.

Puis, elle m’attache solidement les mains et les chevilles à la croix de Saint-André.

Je me retrouve écartelée face à elle.

– J’étais très jalouse en voyant toutes ces jolies filles te baiser, me confie-t-elle en frottant mon sexe contre sa cuisse.

– Je suis surprise de voir que tu bandes encore, me dit-t-elle avec admiration en me pressant les seins.

Elle m’enlace amoureusement.

– Tu es insatiable, je vais devoir te calmer, me murmure-t-elle à l’oreille.

Elle s’accroche à mes épaules pour se stabiliser en me fixant de ses yeux de braise.

Soudain tout bascule, elle lance son genou avec une violence inouïe en m’écrasant les testicules.

Submergée de douleur, aucun son ne peut sortir de ma gorge lorsque mon corps s’affaisse sur la croix.

 

Ma maîtresse me relève la tête en me tirant par les cheveux.

– Redresse toi, je n’ai pas fini.

Je la vois avec angoisse s’écarter d’un mètre et balancer sa jambe d’avant en arrière en visant mon entrejambe.

Avec sadisme, elle prolonge mon attente en gardant ses yeux rivés sur mon bas ventre.

Puis, son pied part à la vitesse de l’éclair.

 

Cette fois, je laisse échapper un cri de douleur.

Elle vient se pendre à mon cou pour m’achever dans un corps à corps.

Se faisant câline, elle fait monter irrésistiblement mon désir avant de me broyer les bourses contre son genou.

Elle s’acharne sur moi un long moment en alternant si bien les sévices et les caresses que je regrette presque de la voir s’arrêter.

S’absentant un court instant, elle revient en tenant à la main un long pal de plus d’un mètre sur lequel est emmanché un gode.

 

L’heure tardive n’a pas découragé nos fans car toutes les lumières se mettent à clignoter.

Natacha tourne la croix de Saint-André pour me mettre la tête en bas en m’enfonçant son pal dans les reins.

Mes admirateurs ont alors une vue surréaliste en me voyant la tête renversée, les cuisses écartées avec un long pieu sortant de mes fesses.

Pendant de longues minutes, Natacha maintient son public en haleine en me pilonnant le ventre.

Puis, elle redresse la croix de saint André en insérant dans ma verge un plug urétral annelé dont l’extrémité se termine par une boule.

– La tige en métal est creuse, me précise-t-elle en la faisant coulisser dans ma verge.

– Tu pourras jouir quand je dévisserai la boule, rajoute-t-elle tout en me masturbant.

Elle m’enfonce ensuite un plug anal dont le socle très large me recouvre les fesses.

– Tu vas rester attachée ainsi pendant des heures sans dormir.

 

Allongée sur son lit, elle guette l’instant où je vais m’assoupir.

Dès mes premiers signes de sommeil, elle me fouette le sexe en accrochant des poids de plus en plus lourd à mes bourses pour me punir.

A d’autres moments, sans me laisser de répit, elle tire sur mes anneaux de seins.

Au cours de la nuit, elle s’approche de moi en me disant:

– Maintenant, je vais te baiser par tous tes orifices.

Elle m’enfonce un gode dans la gorge en s’assurant que j’ai toujours son plug planté dans l’anus.

Puis, elle dévisse la boule de l’insert plongé dans ma queue pour que je puisse jouir par la tige métallique.

Enfin, elle prend un vibro qu’elle fait glisser le long de mon frein.

Natacha n’a pas longtemps à attendre pour que ma sève sous pression fuse par l’étroite embouchure du plug urétral.

Elle sourit en voyant mon sperme s’écraser en jets puissants contre le miroir sans tain et déclencher une frénétique activité lumineuse de la part de mes admirateurs.

Lorsque je me cambre sous l’intensité de l’orgasme, mon public peut voir l’impressionnant socle du plug qui recouvre mes fesses.

Pendant toute la nuit, je subis les caprices de ma Maîtresse en restant attachée à la croix de saint-André.

 

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :