Le donjon de Natacha – Ep 2 _ Par Besse

Episode 2

En quelques minutes, je me retrouve vêtue de son corset fétiche, d’une ravissante nuisette, de bas cervin aux mailles brillantes et d’escarpins de huit centimètres.

Natacha me fait asseoir devant son boudoir afin d’apporter quelques retouches à mon maquillage.

Une perruque brune mi longue et un fond de teint achèvent ma métamorphose.

La bourgeoise que j’étais ressemble maintenant davantage à une fille de la rue Saint-Denis.

 

Dans la salle, je remarque les grandes glaces murales ornées d’halogènes qui trônent aux endroits stratégiques de la pièce.

Certaines entourent le lit alors que d’autres sont posées face à la croix de Saint-André et devant la table médicale.

Je remarque avec satisfaction qu’à tout moment, je pourrai me voir dans l’une d’elles.

 

Natacha me tire de mes pensées en les montrant du doigt.

– Chaque veilleuse allumée sur le dessus signale la présence d’hommes et de femmes derrière ces glaces sans tain qui sont venus assister à ton dressage.

– Ils feront clignoter leurs lampes quand ils voudront t’encourager.

Un peu surprise, je tiens à vérifier ses propos.

Face à mes présumés admirateurs, je prends quelques poses suggestives en voyant très vite des lumières s’allumer devant mes yeux.

– Ne fais pas attendre ton public plus longtemps, me dit-t-elle en m’allongeant sur sa table médicale.

Natacha m’attache les mains et m’enfonce une de ses culottes en satin dans la bouche en me bâillonnant avec l’un de ses bas.

 

Bien que consentante, je pense avec inquiétudes aux tourments qui m’attendent quand elle retrousse ma nuisette sur mon ventre.

Armée d’un fouet, elle commence à me frapper doucement, puis de plus en plus fort.

Elle le fait claquer dans la pièce pour m’impressionner avant de l’abattre sur mes cuisses.

Sous les coups, je gémis de douleur.

– Écarte bien les jambes, m’ordonne-t-elle en bloquant mes pieds dans les étriers.

Puis, elle rapproche la table médicale des miroirs offrant aux spectateurs une vue plongeante sur ma queue et ma chatte épilées.

Pendant de longues minutes, elle s’acharne sur moi avec une précision diabolique.

L’intérieur de mes cuisses et mon sexe portent très vite les marques de mon supplice.

 

Un peu plus tard, elle change de registre en me prodiguant des caresses.

Elle me pompe la queue avec sa bouche aux capacités infinies.

Instinctivement, je me cambre pour m’offrir davantage à cette dévoreuse de sexe.

Je voudrais arrêter le temps pour prolonger ce moment où je me sens plus vivante que jamais.

Devant mon érection spectaculaire, elle prend sur une étagère un plug urétral qu’elle lubrifie soigneusement.

 

Elle introduit avec précision la longue tige en inox creuse de 3 mm de diamètre dans mon urètre en tenant ma verge bien droite pour qu’elle s’enfonce d’elle même par son propre poids.

Sans me quitter des yeux, Natacha accompagne sa progression en pressant habilement ma hampe entre son pouce et son index pour la faire glisser jusque dans ma vessie.

Je regarde fascinée les quarante centimètres de l’insert disparaître dans mon sexe.

Soudain, un jet d’urine sort de la tige creuse lui indiquant qu’elle a atteint ma vessie.

 

Puis, Natacha me masturbe lentement en faisant aller et venir le plug en métal dans ma verge.

Parfois, elle pose son pouce dessus pour l’empêcher de remonter.

Lorsqu’elle le retire, la tige ressort spontanément de quelques centimètres devant ses yeux.

Amusée, elle recommence plusieurs fois de suite l’exercice.

 

Je suis au bord de l’orgasme quand elle m’enfonce son majeur dans l’anus en me pressant la prostate.

Mettant à profit ma forte érection, elle frotte sa vulve contre ma hampe tout en faisant coulisser la tige métallique dans ma verge.

 

Cette scène remporte un vif succès auprès du public car les lampes se mettent à clignoter frénétiquement.

Me voyant sur le point de craquer, Natacha me serre violemment les bourses avec sa main en me disant:

– Tu jouiras quand je te le dirai!

Une douleur fulgurante me traverse le ventre en me coupant la respiration.

 

Avec sadisme, elle m’excite à nouveau en faisant glisser sa langue le long de mon frein.

J’essaye désespérément mais en vain de me contrôler.

Un frisson me parcourt l’échine quand sa main remonte le long de mes cuisses en se refermant lentement sur mes parties génitales.

Ses yeux de braise fixés sur moi, elle attend que ma queue soit bien raide et que la peur envahisse mon visage pour passer à l’action.

à suivre…

retrouve des récits érotiques ici 

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :