Le donjon de Natacha – Ep 1 _ Par Besse

Episode 1

Je pose sur mon lit la lingerie que j’ai choisie pour passer le week-end avec Natacha. C’est une dominatrice qui habite au nord de Paris.

Au téléphone, je l’ai trouvée si proche de mes attentes que j’ai accepté avec joie son invitation.

Face au miroir, je contemple avec narcissisme mon corps entièrement épilé par des séances de laser.

Depuis mon adolescence, j’éprouve toujours la même envie de m’exhiber devant une glace car mes années de féminisation m’ont transformée en fille crédible et attirante.

C’est avec un plaisir sans cesse renouvelé que plusieurs fois par semaine je vis en femme chez moi ou à l’hôtel lors de mes déplacements.

 

Toute à la joie de retrouver Natacha, j’agrafe ma guêpière et enfile mes bas à coutures en les accrochant aux quatre paires de jarretelles.

Je cache ma queue entre mes cuisses en la fixant avec un adhésif pour mettre en valeur mon mont de vénus symbole de ma féminité.

Puis, je garnis mes bonnets 105/D de somptueuses prothèses en silicone avant de remonter sur mes hanches une culotte fendue assortie à ma guêpière.

Après m’être maquillée et coiffée d’une perruque blonde coupée au carré, je me glisse dans deux jupons vaporeux que je superpose pour gonfler ma ravissante robe patineuse.

Dans un geste très féminin, je la soulève pour donner de l’ampleur au tulle afin qu’elle laisse entrevoir mes jarretelles à chacun de mes pas.

Je me suis habillée tout en blanc en espérant bien être «en foncée» d’ici ce soir…

 

Satisfaite de mon apparence, je fais quelques pas dans ma chambre pour contempler mes longues jambes recouvertes de nylon mises en valeur par mes escarpins.

Puis, je quitte mon appartement en prenant le volant de mon cabriolet sport décapoté.

Tout en roulant sur l’autoroute par une chaleur estivale, je relève mes jupons pour m’offrir délibérément à la vue des routiers.

Lorsque je les dépasse, je reste un moment à leur hauteur en écartant les cuisses pour me donner en spectacle.

Du haut de leurs cabines, ils bénéficient d’une vue plongeante sur la lisière de mes bas. Ils peuvent ainsi découvrir ma queue que j’ai coincée sous une jarretelle.

Ils me rendent aussitôt un vibrant hommage par un concert de klaxons ininterrompu qui m’accompagne tout au long du trajet.

 

Mon GPS m’arrête devant une grande villa au cœur d’un parc arboré à l’entrée de la forêt de Compiègne.

Le portail d’entrée s’ouvre devant moi et c’est le cœur battant que je pénètre dans cette propriété.

Natacha m’attend sous le porche.

Je suis d’emblée impressionnée par sa taille car elle dépasse le 1,80m.

C’est une beauté slave ayant un visage aux pommettes saillantes et des lèvres sensuelles.

Sa chevelure brune en queue de cheval la fait paraître plus jeune que ses quarante ans.

 

Elle porte sa tenue de Dominatrice. Les bonnets de son corset en cuir peine à contenir sa superbe poitrine.

Perchée sur ses cuissardes, elle me toise avec insistance pendant que j’admire son corps souple et musclé. Il se dégage d’elle une forte sensualité qui m’attire comme un aimant.

Je me laisse tomber à ses genoux en remontant mes mains le long de ses jambes pour caresser ses cuisses pleines et fuselées.

– Ne me touche pas, me dit-t-elle d’une voix forte en me plaquant brutalement au sol.

Elle se tient debout devant moi, les jambes écartées au dessus de ma tête en savourant son plaisir de me voir à ses pieds.

 

Lorsqu’elle retire sa courte jupe en cuir, je découvre l’impressionnant gode ceinture qui est fixé sur ses hanches.

Il est massif avec de grosses veines saillantes courant sur sa hampe. En observant son gland épais et bien formé, je sais d’avance qu’il va me donner du plaisir.

Entraîné par son poids, il retombe sur ses genoux en se balançant lourdement devant mes yeux.

Je frissonne à l’idée d’être prise par cette queue monstrueuse. Semblant lire dans mes pensées, Natacha me lance d’une voix moqueuse:

– Sois sans crainte, je ne vais pas te violer maintenant…

 

Mon amazone ne portant pas de string, je remarque que la sangle centrale ajustée du harnais a complètement disparu dans sa chatte.

– Relève toi et suis moi m’ordonne-t-elle en m’entraînant dans son Donjon.

Nous descendons un large escalier s’ouvrant sur une pièce aux voûtes de craie blanche. Le sol est recouvert de tomettes de couleur ocre.

 

Mon regard s’attarde avec surprise sur les aménagements de cette salle.

Il y a une croix de Saint-André, un lit avec des menottes fixées aux barreaux, une table médicale, un cheval d’arçon, une cage métallique avec des suspensions, un boudoir servant au maquillage et au travestissement…

Au mur sont fixés des barres d’écartement, une collection de fouets et divers accessoires.

Des godes emmanchés sur des lances de différentes tailles se dressent menaçants dans un coin de la pièce.

Sur une étagère sont rangés soigneusement par taille des plugs anaux et urétraux.

Quelques tables basses en forme de sexe féminin sont disposées ça et là.

Une grande pancarte accrochée au mur m’annonce déjà le programme:

“Sodomie du soir, repos des mâchoires, fellation du matin repos du vagin…”

 

Natacha vient se coller contre moi en faisant glisser ses mains de mon cou à la fourche de mes cuisses.

Elles explorent ma lingerie en s’attardant sur mon bas ventre et ma croupe avant de me presser les seins.

– Remonte ta robe, finit-t-elle par me dire.

J’obéis en la retroussant fébrilement contre ma taille.

Elle referme sa main sur le renflement évocateur de ma queue enfouie dans ma lingerie avant de la faire jaillir de ma culotte fendue pour me presser les bourses.

Satisfaite de son examen, elle me dit:

– Je vais commencer ton initiation en t’apprenant à donner du plaisir et à accepter la souffrance.

Lorsqu’elle sera terminée, tu seras invitée aux nombreuses soirées que donnent les dominatrices de la capitale.

Tu auras beaucoup de succès en portant le corset en satin rose et noir de mon école de dressage car elles sauront que tu es prête à satisfaire leurs moindres caprices.

Maintenant déshabille toi !

à suivre….

Retrouve d’autres récits érotiques ici 

One Comment

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :