Le Fantasme de l’Inconnue

Un fantasme 

Je ne sais pas pour vous, mais l’idée de faire l’amour dans un lieu public à toujours eu ce don particulier de m’exciter à un point inimaginable. Peut être à cause de l’excès d’adrénaline opérant quand la peur de se faire surprendre m’envahit, ou tout simplement pour le côté “interdit” et très “dangereux” de la chose. Mais, l’idée de rajouter à cela la possibilité de réaliser un moment de plaisir intense en public avec une inconnue rencontré au détour d’un arbre, sur une aire de repos ou encore à l’entrée des toilettes d’un bar, après quelques regards lubriques en disant long sur les attentes de l’un et l’autre, et ce pour simplement s’abandonner à un moment d’égarement charnel, me rend absolument fou de désir.

Peut être cela vous parait-il étrange, ou peut être encore vous dites-vous “Grand dieu, on dirais plus là un scénario de mauvais porno qu’une réalité potentielle” et pourtant … Bon nombre de personnes ont déjà eu le plaisir, ou la chance selon le point de vue, de réaliser ce genre de fantasme. Ne faisant malheureusement pas (encore) parti d’eux, je me permet de vous livrer, au travers de ces quelques lignes, la trame de fond ainsi que le scénario qui hante mes nuits humides lorsque se fantasme s’invite dans mes songes.

Exerçant un métier où la route est un véritable bureau tant les kilomètres s’enchaînent, il m’arrive souvent, le temps de mettre à jour les dossiers de la journée ou simplement de prendre un café, de m’arrêter sur des aires d’autoroutes, des parkings publics ou encore des entrées de chemins de campagne. Ces lieux n’ont certes rien d’excitant en somme, mais en prêtant un peu attention à ce qu’il se passe autour de la voiture, croyez moi que bon nombre d’éléments peuvent mettre vos sens en émois, et ce, en une fraction de seconde… Par exemple, lorsque je suis tranquillement assis au volant de l’auto, triant sur ma tablette les dossiers de la journée, et que soudain, sortant de nulle part, une brune somptueuse aux jambes élancées, vêtue d’une simple jupe courte et d’un débardeur moulant sa poitrine voluptueuse passe à quelques centimètre de mon pare-brise, laissant apercevoir au détour d’un petit souffle de vent la courbe délicieuse de ses fesses, dévoilée de manière totalement involontaire à mes yeux écarquillés… Cela arrive bien plus souvent que l’on ne le crois, surtout en ces temps de vas-et-viens vacanciers ; brunes, blondes, rousses … Des milliers de femmes exquises dont les formes s’offrent à nos regards si tant est que nous leur prêtions attention …

voiture 1

La gène souvent s’empare d’elles lorsque elles réalisent avoir offert à la vue du premier venue un brin de peau souvent tabou, ou simplement un aperçu magistral de leur sous-vêtements les plus audacieux, censé rester cacher jusqu’à la maison avant de s’offrir dignement à leur conjoint ou époux. Cependant, il arrive parfois que le premier sentiment qui leur traverse l’esprit ne soit en rien de la gène, mais plus une sorte de fierté mesquine quant au fait de susciter l’intérêt d’un inconnu, les yeux rivés sur elles, les déshabillant du regard tel une fleur que l’on effeuille avec délicatesse et plaisir. Certes, ces demoiselles là sont une espèce rare, mais elles existent, et dieu seul sait ô combien elles peuvent être une réelle source de fantasme…

Préliminaires

C’est donc dans ce décor que mon fantasme se manifeste le plus souvent, cette belle brune au regard coquin et aux courbes parfaites, passant devant moi, le vent soulevant sa jupe, et, non contente de se dévoiler ainsi, me lance l’un de ses sourires de satisfaction tel un artiste en fin de représentation, fier du spectacle qu’il vient de livrer. La porte ouverte de mon véhicule me permet de me faire entendre en lui lançant un timide “merci pour le spectacle”, quand, de sa voix la plus érotique elle rétorque :

“plaisir des yeux involontaire mais ravie que cela vous ait plu !”

Les yeux écarquillés, je la regarde ainsi, souriante et excitante, relever volontairement sa jupe avant d’ajouter:

“ce coup si, le plaisir était pour moi !”

Il n’en faut alors pas plus pour que je me sente totalement désireux d’elle, lui demandant alors si elle voyage seule et si, pour la remercier de pareil offrande, je peux lui offrir un café.

Après une brève conversation autour de ce café d’autoroute, je sens la main de la belle inconnue remonter le long de ma cuisse, un regard lubrique perçant le mien, lorsqu’elle s’exclame :

“et si on s’amusait tous les deux avant de reprendre notre route ? après tout, il ne fait aucun doute que je te plais et je ne me serais sans doute pas amuser à te dévoiler un peu plus que ce que le vent à bien voulu te montrer si tu ne me plaisais pas aussi, qu’en dis tu ?”

Tout timide que je suis face à pareille demande, je ne réponds que par un hochement de tête approbateur, la faisant rire aux éclats face à pareille maladresse de ma part. Elle me prend alors par la main, ne manquant pas de me faire remarquer au passage l’excitation palpable qu’elle a su faire naître en moi, largement visible au travers de mon pantalon, avant de se diriger vers les toilettes publiques tout en glissant ma main sous sa jupe, m’offrant ainsi ses fesses bombées à caresser, le tout sous les yeux de quelques routiers subjuguais par la scène.

voiture 2

A peine entrés dans les toilettes, la voilà qui me pousse violemment contre l’une des parois avant de s’agenouiller devant moi, me lançant un regard plein de malice tout en détachant ma ceinture..

“Alors ça t’excite l’idée de te faire sucer comme ça ? Ici ? Par moi ? ” me lance-t-elle alors d’une voix chaude et ensorcelante alors que ses mains caresses mon sexe turgescent au travers de mon boxer bien trop serré à ce moment là.

“Oh que oui, tu n’as pas idée à quel point cette rencontre m’excite !” lui répondis-je alors, haletant de désir alors qu’elle sort ma queue de son écrin pour y laisser glisser sa langue tout du long.

Me voilà donc debout, dos collé au mur de toilettes publiques, face à une femme exquise agenouillée devant moi, mettant en pratique tout son savoir faire de suceuse pour m’offrir la gâterie de ma vie… Elle me lèche le gland, laisse courir sa langue le long de mon sexe bandé comme jamais, puis, tout en retirant son haut, laissant apparaître à ma vue une poitrine magnifiquement généreuse et ô combien délectable, s’empresse de m’aspirer dans sa bouche tout entière tout en m’offrant ses seins à caresser. Je vois sa main droite remonter sa jupe pour s’offrir à elle même quelques caresses au travers d’un string rouge en dentelle, tandis que sa bouche me dévore littéralement le membre viril qu’elle a su endurcir en un rien de temps…

Je gémis de plaisir, alors que cette belle brune dont je ne connais même pas le prénom est en train de s’occuper de moi, quand je lui demande de se redresser que je puisse à mon tour prendre soin d’elle.

“Hmm en plus d’avoir une queue délicieuse, tu aimes prendre soin des femmes ? en voilà une bien belle trouvaille ! ” me lance-t-elle alors pendant que je l’assois sur la cuvette tout en lui dévoilant sa vulve humide.

Mon sexe est dur comme jamais il ne l’a été, et, tandis que je me branle du bout des doigts pour ne surtout pas le voir redescendre, j’offre à mon inconnue un cunnilingus passionné la poussant à gémir tout en me tenant la tête de ses deux mains. Ma langue la caresse de son mieux tandis que mes doigts s’introduisent en elle délicatement, son corps se tord petit à petit de plaisir, ses gémissements se font de plus en plus intenses, et, lorsque je décide d’accélérer en elle, elle n’hésite pas à me dire dans un râle de plaisir

“ne t’arrêtes surtout pas ! je vais venir !!”

Soudain, après une dizaine de minutes passées entre ses cuisses, la voilà enfin, offrant à ma langue l’extase ultime de son propre plaisir, s’épanchant dans un gémissement à peine étouffé où elle dis avec fierté

“Oh Je jouis !”

voiture 3

Acte final

Mes doigts se retrouvent alors comprimés en son être, le plaisir serrant tout autour d’eux tandis qu’un écoulement de cyprine ne tarde pas à dégouliner le long de ma main et de ses cuisses… Je redresse alors la tête, mes doigts travaillant encore en elle, et lui demande si je peux la prendre ici et maintenant..

“Oh que oui ! je n’ai aucune envie que nous en restions là !” me lance-t-elle alors, “Je veux que tu me prennes ici et maintenant, jusqu’à ce que tu en jouisses au point d’exploser sur mon visage !”

Elle se redresse alors, et me tourne le dos pour s’offrir à moi, accroupie au sol, les mains sur la cuvette, mettant à ma vue son incroyable chute de reins..

“Prends moi !” me dit-elle alors, et, sans hésiter, j’entre en elle, découvrant de ce fait la chaleur et l’humidité de son être enveloppant mon sexe largement enflé de désir.

C’est alors que nos va et vient débutent, la prenant ainsi en levrette dans ces chiottes malsains où nous n’avons plus que faire de nos râles de plaisir et de savoir si quelqu’un les entends, tant ce moment est délectable pour nous deux… Nous gémissons tout deux de plaisirs, et, alors que je palpe ses seins tout en lui claquant les fesses divines qu’elle offre à ma vue, je sens sa main me caresser les bourses du bout des doigts, tout en me demandant de continuer… Le rythme accélère, je suffoque presque de plaisir tant tout ceci est bon et délectable, au bout de quelques minutes de vas et vient intense, elle m’attrape le sexe et me demande de venir derrière, m’affirmant que son petit cul est bien plus serré et, qu’aimant, la sodomie, elle se doit de partager ceci avec un aussi bon coup que moi pour m’aider à la faire jouir comme il se doit tout en m’offrant le maximum de plaisir.

Je m’exécute alors, et, après quelques caresses de dilatation, je viens enfin en elle par cette voie… La vitesse est alors très calme, nous y allons tout doucement, mais dès qu’une petite accélération se fait sentir, elle gémit plus fort, tout en caressant son clitoris de la main droite, alors que mes mains ne peuvent lâcher ses seins parfaitement galbés… Petit à petit nous accélérons mutuellement, et ses caresses en font de même, elle me lance un maladroit “tu vas me faire jouir du cul !” quand d’un seul coup, tout se resserre autour de moi.. Elle pousse alors un ultime gémissement tout en dégoulinant le long de ses cuisses mises à nue…

“Viens dans ma bouche !” me crie t’elle alors en m’expulsant.

Me voilà désormais assis sur la cuvette, elle à genoux face à moi, m’offrant à nouveau les merveilles que sa bouche sait procurer… Son regard droit dans le mien, elle me suce à une vitesse folle, ses mains caressant mes couilles, sa bouche m’avalant littéralement… Je commence à perdre littéralement pied, le plaisir monte à une allure folle, et tandis que je me sens venir, je la préviens de mon orgasme quasi-imminent.

“Jouis sur mon visage, fais toi plaisir, je te dois bien ça” me lance-t-elle alors en me branlant comme une reine, le visage baissée sous ma queue.

Je me redresse alors, debout, face à elle, et tandis qu’elle ouvre sa bouche en grand, le regard gourmand à souhait, je me finis en la dévisageant du regard, encore sous le charme exquis de cette rencontre hasardeuse, avant de m’épandre littéralement sur elle, recouvrant de ma semence une bonne partie de son visage ainsi que de sa poitrine…

Complètement décontenancé par la scène, heureux d’avoir eu cette chance, et sous le charme de cette belle brune dévergondée, je savoure le spectacle de notre rencontre, son visage recouvert de ma semence, pendant qu’elle se délecte de cette dernière en amenant chaque goutte petit à petit dans sa bouche..

“Wouah, c’était vraiment sympa mon mignon, je ne m’étais jamais autant amusée de ma vie” ! me dit-elle alors, en essuyant le peut de foutre lui restant sur les seins. “Bon et bien, je te remercie pour tout ça mais maintenant, c’est l’heure qu’on se quitte, n’oublie pas de remonter ta braguette, et merci pour cette jolie queue que tu m’as offert !”

Et, tandis-qu’elle tourne les talons, rabaissant sa jupe le long de ses jambes magnifiques, je la regarde, encore sous le choc de cette rencontre, s’en aller comme si de rien n’était, léchant ses lèvres une dernière fois tout en me lançant un dernier éclat de rire.

Voilà, comme dis plus haut, cela n’est à l’heure actuelle qu’un fantasme, souvent un rêve perturbant mes nuits, mais croyez moi, je serais aux anges le jour où pareille chose m’arrivera, si tant est que la chance m’offre pareille expérience au détours des airs de repos que je peux fréquenter…

Et vous ? cela vous plairait-il ?

Retrouvez les récits d’InkedThibz ici.

sans culotte

3 Comments

  • Chris Donoyer

    La rencontre fortuite, cela peut être magique.
    J’ai eu cette chance, mais le déroulé fût bien plus sensuel et moins hard que le fantasme présenté.
    Le gonzo finirait-il par formater nos fantasmes…
    Ou alors c’est que mes expériences étaient sommes toutes bien sage. Mais je confirme l’adrénaline est un sacré booster de sensation dans ses moments là.
    Les deux plus marquantes furent:
    Une jeune brune fine, déjeunant en bord de Loire en famille dans le restaurant ou je servais. A la fin de mon service elle m’a suivi le long du bord de Loire ou j’étais allé à mon habitude me détendre et “jouer” dans le courant plus fort pendant ma pause. Nous n’avons quasi pas échangé de mots. Elle n’est pas rentrée dans l’eau et tous c’est passé en quelques regards entre la rive et l’eau. Nous nous sommes retrouvé rapidement à nous caresser l’un l’autre, nous embrassant, et finalement en missionnaire classique en lui ayant juste relevé la jupe et écarté le tissus de sa culotte. Moment intense interrompus par son paternel qui l’appelait. Je ne l’ai jamais revus au restaurant.
    Une autre inconnue brune typée (on dit beurette sur les sites spécialisés) rencontrée dans le métro de Lyon en fin d’après midi. Nous avons passé cette fin d’après midi et de début de soirée ensemble autour de qqes verres avant que je la raccompagne en métro pour faire durer cette rencontre. Et c’est dans le métro qu’elle a voulu me gratifier d’une gâterie dans ce dernier trajet. Elle ne m’a jamais appelé. Je l’ai recroisée fortuitement 2 ou 3 ans plus tard, elle m’a expliqué qu’elle avait jamais osé ne s’étend pas reconnue ce soir là.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :