Règles de collocation  

Page 13 / 14
  RSS
Legras
(@legras)
Testeur de Sextoys
Messages
Level 22

En toute simplicité

 
Cassandra regarda, tout d'abord, John d'un air irrité, puis sourit :
 
"Merci mon petit. Sert les assiettes le temps qu'on vienne s'installer."
 
Puis tendant la laisse, qu'elle tenait toujours à la main, à Zoé :
 
"Tient je te laisse amener t'as soumise, je m'occupe du mien."
 
Des étoiles dans les yeux, Zoé pris la corde et regarda d'un air vicieux Jeanne, qui elle avait des yeux suppliant. Cassandra saisit les cheveux de Paul, et sans le faire se lever elle partis en direction du campement. Paul la tête penché en avant, marchait sur les genoux comme il le pouvait. Les deux amies les regardait partir, les deux sentait leur entrejambe s'humidifier. Avoir un homme ainsi en main et à ses pieds les excitaient au plus haut point. Zoé regarda Jeanne avec envie, Jeanne comprenant fit rapidement non de la tête. Presque déçue Zoé accepta de ne pas l'humilier encore plus, pour le moment.
 
Elle tira sur la corde d'un coup sec, arrachant un cri à Jeanne suivit d'un grognement, Zoé en avait un large sourire. John avait servit 2 belles assiettes, les brochettes, avec une salade verte, une tranche de pain. Elles semblaient énorme, Zoé se disait qu'elle n'arriverais jamais à les finir. Il avait installé une table de pic-nique pliante, avec deux grande chaise pliante également. Zoé se demandait si il avait eu le temps de finir l'installation, quand elle vit des coussins posé au sol à coté des chaise. En voyant arriver Cassandra John posa les assiettes en face de chaque chaise, de nouveaux verre à vin et pris place à genoux sur un des coussins.
 
En toute normalité, Cassandra fit aller Paul sur l'autre coussin à coté de la chaise et s'assit confortablement, entouré de ses soumis. Sans se soucier de l'avis de Jeanne, Zoé fit de même. Elle tira Jeanne au dessus du coussin, et tira sur la laisse pour la forcer à se mettre à genoux. Jeanne ne voulait pas, protestait comme elle pouvait, mais petit à petit la corde lui rentrait dans les parties et pour ne pas avoir mal se baissait de plus en plus. Ce fut la claque sur les fesses qui la fit craquer, non pas qu'elle était douloureuse, mais surprenante :
 
"Maintenant ça suffit, à genoux."
 
Jeanne finit par tomber à genoux, plus que de se mettre à genoux. Blessée dans son amour propre elle avait les yeux qui brillait de larme. Voulant la réconforter et l'encourager à continuer Zoé, qui s'était assise entre temps, se pencha vers elle et lui déposa un tendre baiser sur le front :
 
"Voila ma belle, tu vois ce n'était pas si dur. Et tu es magnifique ainsi."
"Et la boisson ?"
 
Cassandra venait d'attirer son attention. A ces mots, John pris une bouteille de rouge et servit leur verres et se remit à genoux. Prenant ses services Cassandra commença à manger, sans se soucier de Paul et de John, à genoux et les bras croisé dans le dos.
 
"Bon appétit."
 
Zoé fit de même, sous l'oeil implorant de Jeanne, qui avait faim, elles avaient déjeunez très tôt. De la bave lui coulait du bâillon, cela lui donnait encore plus l'impression d'avoir faim, ayant littéralement la bave aux lèvres.
 
"Bon appétit à toi aussi."

"Le gras c'est la vie" Karadoc (Kaamelott Livre II, Corpore sano)

RépondreCiter
Posté : 1 août 2019 15 h 01 min
Legras
(@legras)
Testeur de Sextoys
Messages
Level 22

La becquée

Zoé et Cassandra mangèrent, tandis que les autres les regardaient silencieux à genoux à coté d'elles. Ne comprenant pas exactement le but, Zoé jetait de petit regard discret à Cassandra pour savoir ce qu'elle avait prévu pour la suite. Zoé mangeait encore quand Cassandra dégustait son vin tranquillement en attendant qu'elle finisse. Zoé ne comprenait pas pourquoi avoir servit de si grande assiette pour eux 2 et rien pour les autres.

Quand elle fini par pousser son assiette bien entamée pour montrer qu'elle n'avait plus faim, Cassandra posa son verre.

"Bien maintenant nourrisson les."

Zoé eu peur d'avoir compris, mais Cassandra joignit le geste aux paroles et saisissant un morceau de brochette elle le déposa dans la bouche de John, qui sans bouger ses mains le saisit délicatement. Elle fit de même avec Paul.
Zoé se tourna vers Jeanne avec des étoiles dans les. Jeanne qui regardait cela l'air horrifiée, être ainsi soumis et rabaissé en publique ne fit pas attention à elle. Zoé qui au début trouvait cela révoltant aussi, avait fini par trouver cela magnifique tant de servitude et d'attention de la part de leur Maîtresse.
Sans attendre elle saisi à son tour un morceau de viande et le présenta devant les dents de Jeanne. Son bâillon lui tenait les lèvres écartée, mais ses dents pouvait toujours bouger. Dans un premier temps Jeanne détourna la tête, calmement Jeanne lui présenta à nouveau le morceau sans plus de succès.

Cassandra avait tourné la tête vers elle, la soumise semblait se rebeller. Devinant le regard qui les dévisageaient, Zoé claqua le sein de Jeanne le plus proche :

"Tu ne vas pas faire honte à notre Hôte, ni me ridiculiser en publique !"

Dans le cri de surprise de la frappe, Zoé lui enfila le morceau dans la bouche. Elle fixait Jeanne d'un regard noir, pas question de le recracher. Les yeux se remplissant de larme, Jeanne mâcha son morceau et fini par l'avaler. Satisfaite Zoé lui en présenta un autre, qu'elle pris le plus délicatement possible, elle se tourna enfin vers Cassandra :

"Il faut les rappeler à l'ordre par moment. Tu dois connaître ça aussi."

Elle essayait de reprendre la situation en main et ne pas perdre la face.

"Oui au début ils sont toujours un peu sauvage. Mais avec de la sévérité et de la persévérance on peu le mater."

Elle fini sa phrase en caressant les cheveux des deux hommes à ses côtés. Zoé sourit à ses paroles et donna un bout de salade à Jeanne. Lentement les assiettes finirent par se vider, petit morceau par petit morceau. Zoé ayant bien mangé il ne restait pas grand chose pour Jeanne. Dans sa tête Zoé se disait *Tant pis, aujourd'hui c'est moi qui profite*.

Le repas et les verres fini, Cassandra fit un signe de tête à Paul qui se leva et débarrassa la table. Il prépara une cafetière italienne qu'il plaça sur le feu pour faire monter le café. Pendant ce temps il partis en direction du bus. Il revint avec une boîte, et autour du feu prépara deux coupe de glace. Devant les yeux incrédule de Jeanne, Cassandra lui expliqua :

"Il a installé un congélateur dans son bus, il n'est pas très grand, mais c'est toujours pratique."

Il arriva avec deux boules citron par coupe et une bouteille de vodka glacée également. Il ouvrit la bouteille et la présenta devant la coupe qui se trouvait face à Zoé. Comprenant la question sous-jacente elle acquiesça de la tête et il versa un peu de Vodka dessus. Sans demandé à Cassandra il lui en versa aussi, ferma la bouteille et repartis ranger tout ce qu'il venait d'apporter dans le bus.

"Tu vois au bout d'un moment il connaisse tes désire tu n'a plus rien besoin de demander."

Paul revint vers le feu, en ôta la cafetière et servit deux tasses, les posa sur le plateau argenté, ainsi que du sucre et des petits pots de crème. Il posa le plateau, une crème dans chaque soucoupe ainsi qu'un sachet de sucre. Présenta les café devant chacune et se remit en position. Zoé se servit de la crème et du sucre. Lentement les deux femmes burent leur café, mangeant la glace. Elles donnaient aussi de la glace à leur soumis par moment. Pour Jeanne ce n'était pas évident seul ses dents pouvait retenir le morceau de glace posé sur la cuillère.

A nouveau quand tout fut fini Paul débarrassa et revint s'installer à côté de sa Maîtresse. Pendant ce temps, Zoé jouait avec la poitrine de Jeanne tendue en avant, ses tétons pointant sous son maillot de bain, elle s'amusait à les pincer, les tirer. Jeanne gémissait à chaque contacte, mais cela faisait sourire Zoé plus que de la peiner.

"Et que dirais-tu d'un digestif ?"

Ce message a été édité Il y a 2 mois par Jules

"Le gras c'est la vie" Karadoc (Kaamelott Livre II, Corpore sano)

RépondreCiter
Posté : 5 août 2019 14 h 47 min
Legras
(@legras)
Testeur de Sextoys
Messages
Level 22

Digestif personnel

 
La question de Cassandra fit tourner la tête de Zoé, elle lâcha également les tétons de Jeanne, pour son plus grand bonheur.
 
"Un digestif ? Pas trop fort j'espère, je supporte mal l'alcool fort."
 
Cassandra sourit et eu un bref éclat de rire.
 
"Non ne t'en fais pas, aucun alcool dans ce digestif, même si il risque d'être humide. Qui choisis tu pour te servir ce digestif ?"
 
Zoé était perdue, où voulait en venir Cassandra ? Elle regardait John et Paul, de chaque côté de leur Maîtresse. Mais bon elle devait choisir, et Paul était celui qui lui avait fait le plus d'effet depuis le début.
 
"Je vais choisir Paul."
"Ah je vois que tu as déjà découvert lequel est le plus habile j'ai l'impression. Allez en place !"
 
A ces mots, les deux hommes s'avancèrent à quatre pattes et allèrent en partie sous la table. Paul se plaça face à l'entrejambe de Zoé et John face à celui de Cassandra. Les deux femmes écartèrent les jambes et les hommes vinrent y placer leur tête. Zoé était déjà trempée, être servit par deux magnifique hommes en prenant une certaine revanche sur sa Maîtresse, attachée à sa côté. Et là d'un claquement de doigt, Cassandra leur avait ordonné de venir leur faire un cunnilingus.
 
Avant que Paul n'ai atteint son vagin, Zoé le saisi par les cheveux et lui souleva la tête :
 
"Ta Maîtresse à dit que tu était habile et doué, je compte sur toi pour lui faire honneur !"
 
Et elle lui plongea la tête dans son entrejambe, sans attendre de réponse. Paul commença à lui aspirer le vagin à travers le maillot, sensation magnifique qui fit se cambrer en avant Zoé, déjà au comble de l'excitation. D'une main, elle lui plaqua le visage encore plus fort pour mieux sentir sa langue au travers du maillot. De l'autre elle saisit comme elle pu une corde sur Jeanne et la tira vers elle.
 
Jeanne qui observait la scène depuis le début, était entre la frustration et l'excitation. De par sa relation avec Zoé c'est elle qui aurait dû être sur cette chaise. C'est elle qui devrait pouvoir jouer avec sa soumise. Et c'est elle qui devrait être au bord de l'orgasme. Mais elle était surexcitée, être ainsi attachée n'était qu'une partie de la cause. Voir des hommes aussi soumis et obéissant lui donnait envie d'avoir son propre soumis, pour le dresser ainsi. Et encore plus excitée par le situation qu'elle avait devant elle, un fantasme éveillé.
 
Ainsi quand Zoé lui saisi une corde elle fut surprise et tirée de ses pensées. Elle faillit tomber en avant, mais se rattrapa et fit une courte distance à genoux pour venir se coller au visage de Zoé. Celle-ci lui embrassa les lèvres de son bâillon, venant enfoncer sa langue contre ses dents. Le seul réel contact qu'elle aura avec Zoé sera sa langue et les caresses sur sa tête. Pendant qu'elle est en train de recevoir un cunnilingus du tonner.
 
Prenant son rôle de Maîtresse de plus en plus au sérieux, Zoé saisi la tête de Jeanne et la lui pencha au dessus de celle de Paul :
 
"Regarde et apprend comment on fait un vrai cunnilingus !"
 
La tête penchée en avant fit couler de long filet de bave sur la base de la nuque de Paul, qui ne réagit pas. Lâchant la tête de Jeanne, Zoé vint l'étaler sur tout son dos du plat de la main. Mais elle était au plus proche de l'orgasme et chercha à s’agripper à quelque chose. Ce fût le dos de Paul qui en fit les frais, elle lui fit de longue trace rouge laissée par ses ongles griffant sa peau. Paul réagit seulement en tordant légèrement son dos, mais sa langue était toujours en action. L'orgasme était là, dans un grand cri elle poussa violemment Paul en arrière et vint glisser sa main sous son maillot. Elle se masturba glissant deux doigts dans son vagin, son geste faisait bien entendre le claquement ainsi produit.
 
Et là, une grande contraction se fit dans son entrejambe, elle se squirta dessus au début. Puis ôtant rapidement sa main, les jets suivant allèrent toucher le visage de Paul en admiration devant un telle spectacle. Elle était vidée, s'affaissant sur la chaise. De l'autre coté de la table Cassandra l'observait surprise :
 
"Je ne te voyait pas femme fontaine, bonne surprise."
"On a toutes nos talents caché."
 
Reprenant ses esprit elle se penchât vers Paul et lui caressant le visage tendrement :
 
"Et tes soumis on l'habitude de l'anal ?

"Le gras c'est la vie" Karadoc (Kaamelott Livre II, Corpore sano)

RépondreCiter
Posté : 20 août 2019 18 h 52 min
Legras
(@legras)
Testeur de Sextoys
Messages
Level 22

Liaison physique

Les yeux de Cassandra devinrent encore plus pétillant, et le cunni de John n'y était pour rien.

"Oui, bien évidemment. Qu'a tu à l'esprit ?"
"Je ne sais pas si tu en a pris un, mais je les imaginait bien collé fesse contre fesse, relié avec un double gode."

Le visage de Paul blêmi quelque peu, John rata quelque coup de langue.

"Ah je crois que ta proposition leur fait de l'effet."

Soulevant la tête de John par les cheveux, et sans ménagement elle s'adressa à lui :

"Tu vois, j'ai bien fait de te le faire prendre. Aller va chercher !"

Avec des yeux de chiens battu il partis vers le bus, pour revenir avec un magnifique double gode couleur chaire. Il regardait sa Maîtresse l'air suppliant. A genoux devant Zoé, Paul la suppliait aussi. Sans réellement tenir compte de ses muettes suppliques Zoé lui dit simplement :

"Allez tu verra ça va être sympa. Maintenant cul nu !"

Elle jubilait de plus en plus de sa position, mais à voir le visage des soumis elle se posa quand même une question :

"Tu es sûr qu'ils ont l'habitude de l'anal ? Ils n'ont pas l'air rassuré, je n'ai pas envie de leur faire dépasser leur limite."
"Non ne t'inquiète pas, je les prend régulièrement au gode-ceinture. C'est juste que c'est la première fois en extérieur pour eux."

Paul finissait d'enlever son maillot de bain. John de retour avait commencé à baisser le sien. Décidant de mener jusqu'au bout son idée, Zoé se leva. Elle mit à quatre pattes John, face à Cassandra, il avait les fesses pile sous la table. Prenant Paul par les cheveux elle le déplaça pour que ses fesses viennent se coller à celle de John. Ils s'arrangèrent eux même pour placer leur jambes de manière optimum.

"Le lubrifiant est dans mon sac là."

Exactement ce qu'elle allait demander. Elle fut rapidement de retour, s'accroupi à côté de la table pour avoir les deux séants face à elle. D'une claque elle fit pencher en avant celui de Paul. Fit couler le lubrifiant dans la raie de John et lui massa la rondelle. Lentement elle inséra un doigt, puis deux, quelque aller retour. En effet il semblait avoir l'habitude d'être visité par derrière, elle n'eu aucun souci à le pénétrer. Elle lui inséra lentement le gode, un léger râle de plaisir fut émis par John. Une claque sur ses fesses pour le faire avancer, et ramener celle de Paul en arrière. Même démarche, un doigt, deux, puis prenant l'autre extrémité du gode elle le présenta à sa rondelle. Lentement John recula et le gode disparut dans Paul. Quelques grimace se firent voir sur le visage des deux homme.

Elle regarda ces deux paires de fesses reliée entre elle. Elle se rendit compte que c'était la première fois qu'elle pénétrait les fesses d'un homme. Donc là 2 d'un coup, et qui n'ont rien dit, c'était encore plus excitant. De plus elle s'imaginait à son tour avec un gode-ceinture en train de les prendre par derrière, la sensation de toute puissance devait être magnifique. Ces pensées suffirent pour la faire mouiller à nouveau.

Cassandra écarta à nouveau les jambe, John du s'avancer un peu, faisant ainsi bouger le gode.

"Tu ne reprend pas ta place ?" Cassandra semblait surprise.
"Non je vais profiter de jouer un peu avec eu. Mais Paul ne va pas s’ennuyer"

"Le gras c'est la vie" Karadoc (Kaamelott Livre II, Corpore sano)

RépondreCiter
Posté : 22 août 2019 20 h 27 min
Legras
(@legras)
Testeur de Sextoys
Messages
Level 22

Full aux dames par les soumis

 
Laissant les deux hommes relié entre eux, Zoé se releva. Elle alla prendre Jeanne par les cheveux et la mettant debout devant Paul lui écarta les jambes. Paul était aux anges, depuis qu'il l'avait vu sortir de l'eau il rêvait de s'occuper de son entrejambe.
 
Evidemment, l'entrejambe de Jeanne était plus haute que si elle était assise. S'accroupissant à côté de Paul Zoé lui indiqua :
 
"Tu peux t'agripper à ses fesses pour te faciliter la tâche."
 
Bien entendu elle le dit assez fort pour que Jeanne l'entende. Jeanne la maudit à nouveau, mais en même temps elle était tellement excitée qu'elle se laissa faire. Effectivement Zoé la saisi par une jambe pour la faire s'avancer au plus près de Paul. Vaincue Jeanne avança pour se retrouver à quelque centimètre de Paul. Zoé se leva et vint se placer derrière Jeanne lui poussant ses fesses en avant de son genou.
 
Paul compris le message et relevant le torse s'agrippa aux fesses de Jeanne pour plaquer son visage à son entrejambe. Evidemment en bougeant, le gode dans ses fesses bougea aussi. C'est John qui fut le plus surpris, il ne s'attendais pas à ce mouvement. Il s'arrêta à un moment, Cassandra le plaqua de plus belle :
 
"Je ne t'ai pas dis d'arrêter !"
 
Zoé sourit, surtout qu'elle sentait le corps de Jeanne lentement onduler sous les coup de langue de Paul. Elle commença à jouer avec la poitrine de son amie, les tétons étaient déjà bien dur. Jeanne émis rapidement de petits gémissements et de soupirs, de long fils de bave coulèrent sur Paul, qui n'en avait rien à faire.
 
Zoé prenait presque plus son pied que Jeanne. Là voir ainsi exposée et offerte, tout en pouvant jouer avec elle, c'était magnifique. Après quelques minutes de stimulation, Zoé déposa un tendre baisé sur sa joue :
 
"Je te laisse entre de bonne main, je vais leur donner du plaisir aussi."
 
En partant elle claqua une de ses fesses, la faisant encore plus avancer contre Paul. Elle retourna à coté de la table. Devant elle les deux paires de fesses étaient légèrement séparée, idéal pour prendre le gode en main. Elle commença par caresser les demi-lunes présentes devant elle. Elles étaient douces, ferme. Zoé senti des vagues de chaleur lui passer par l'entrejambe. Avoir deux paires de fesses d'hommes à elle, que c'était bon. Elle sentait un mélange de pouvoir et d'excitation la traverser, c'était irréelle. Prenant encore plus son pied qu'avant, elle alla déposer un baiser sur chacune des fesses.
 
Puis se reculant elle fini par prendre le gode. Elle vit les deux corps se tendre quelque peu. Souriant elle commença soft, elle se contenta de tapoter sur le gode. Les légères vibrations se répercutèrent dans le corps de leur porteur. Immédiatement ceux-ci se détendirent, la sensation devait être bonne. Elle s'en saisit et lentement lui fit faire de léger mouvement de gauche à droite. Les fessiers ondulaient légèrement, aux rythme des mouvements. De sa main de libre, elle caressait leurs fesses. Le rythme de ses mouvement augmentaient, les gémissement à ses côté aussi, tant des hommes que des femmes.
 
Elle voulait aussi profiter pleinement du moment. Elle se leva, posa rapidement les affaire se trouvant encore sur la table au sol. Devant l'air interrogateur de Cassandra, elle lui fit signe que tout allait bien. Une fois la table débarrassée elle l'enleva. Elle avait libre accès aux dos des soumis.
 
Cassandra était au plus proche de l'orgasme, plongeant au plus profond de son entrejambe la tête de John. Jeanne, toujours debout sentait ses jambes commencer à se dérober. Un orgasme allait arriver aussi, mais elle n'avait aucun moyen de se rattraper. Se sentant particulièrement vicieuse, Zoé alla rejoindre sa soumise d'un jour et lentement la fit se mettre à genoux. Paul la lâcha ne sachant que faire. En effet son entrejambe était bien trop bas pour lui maintenant.
 
"Tu va t'occuper de ses seins maintenant."
 
Jeanne hurla de dépit, elle voulait jouir. Elle commença à se débattre, Zoé n'avait pas le droit de lui faire ça. Elle cherchait à se tourner pour lui faire passer son message plein de haine au travers de ses yeux. La seule réponse qu'elle eu fut un claque sur les fesses :
 
"Tu te calme, sinon ce soir non plus pas de jouissance !"
 
Jeanne ne lui prêtait pas attention et continuait de se débattre. D'une main ferme, Zoé lui saisi un téton et le tourna. Nouveau cri et ruade. Zoé garda le sein serré tant que Jeanne se débattait. Après quelque secondes, elle se calma :
 
"Dernière fois, sinon ce soir c'est chaste pour toi."
 
Et enfin elle lui lâcha son téton. Paul se dépêcha de venir le prendre en bouche pour tenter de limiter la douleur. Jeanne ne lui prêta pas plus attention que ça. Comment-ça ce soir ? Qu'avait-elle à l'esprit ?

"Le gras c'est la vie" Karadoc (Kaamelott Livre II, Corpore sano)

RépondreCiter
Posté : 23 août 2019 22 h 06 min
Legras
(@legras)
Testeur de Sextoys
Messages
Level 22
A un fil
 
Zoé ne prêta pas plus attention au regard interrogateur de Jeanne et partis en directement de Cassandra. Passant à coté des hommes elle donna une violente claque sur les fesses de chacun. Ce qui les fit partirent légèrement en avant et bouger ainsi le gode. Paul se délectait de la poitrine de Jeanne, ses gros seins était doux et fort agréable à prendre en bouche. Même si il aurait préférer les prendre à pleine mains, il se contentait de que ce qu'il avait. John lui n'était au courant de rien de ce qui se passait derrière lui, juste le gode qui bougeait. Toujours la tête dans l'entrejambe de Cassandra, à jouer de sa langue et aspirer la cyprine s'écoulant de la fente devant lui.
 
Zoé arriva près de Cassandra, et lui caressa lentement la poitrine, en venant se placer derrière. Pour l'inviter à continuer, Cassandra passa sa main dans son dos et vint lui caresser les fesses. Les deux femmes n'étaient que de douceur et tendresses. Leur bouche s'étaient unies en un profond baiser, les mains naviguaient librement sur le corps de l'autre. Zoé prenait même la tête de John parfois pour l'enfoncer encore plus et le guider ou le faire suffoquer par moment.
 
Zoé fini par passer devant la chaise et enjamber Cassandra. La voilà assise sur ses cuisses et les accoudoirs de la chaise. Etant légère celle-ci pouvait supporter leur poids conjoint. John lui se retrouva la tête bloquée sous les fesses de Zoé et entre les cuisses de Cassandra. Il pouvait respirer, mais péniblement, surtout qu'il continuait le cuni à Cassandra. Les deux femmes reprirent de plus belle leur baiser, Cassandra venant agripper les fesses de Zoé. Zoé plongeant sa tête dans le décolleté de Cassandra ou prenant appuis sur ses genoux pour offrir son corps à ses caresses et baisers.
 
En face, Jeanne était frustrée au possible. Oui ses seins étaient bien stimulé, et pointait de désire. Mais rien de plus. Tout son corps criait jouissance, mais elle était inaccessible. En plus de la bave qui coulait sur Paul, des larmes de désespoirs vinrent s'y ajouter. Elle haïssait au plus au point sa colloque actuellement.
 
Les deux en face avaient arrêté leur caresses et semblait discuter :
 
"Merci Cassa pour ce magnifique pique-nique, encore mieux que dans mes souvenirs."
"Merci à vous d'y avoir mis du votre. Enfin surtout Jeanne."
 
Et les deux rirent de bon coeurs.
 
"Et sinon tu as d'autres jeux, à nous proposer ?"
"On est venu en van, pas en camion, il ne me reste que quelque cordes c'est tout. Mais si tu as des idées n'hésite pas, fait toi plaisir."
 
Cassandra fini cette phrase dans un grand sourire. Zoé l'embrassa une dernière fois avant de se relever et fit le tour de la place du regard. Son regard s'arrêta et un large sourire naquis sur son visage. Jeanne ne savait ce qu'elles s'étaient dites et ne comprenais pas ce sourire. Zoé vint vers elle et la saisissant par les cheveux la tira :
 
"Allez debout suit-moi !"
 
Forcée Jeanne se releva tant bien que mal, faillit partir en avant plusieurs fois. Elles s'arrêtèrent sous un arbre. Zoé lui défit la corde entre ses jambes, Jeanne cru son emprisonnement fini. Mais non, elle la lui réinstalla de façon à ce que le corde dépasse, mais côté fesses cette fois-ci.
 
"Paul, va chercher les cordes restantes et amène les !"
 
Sans vraiment réfléchir il se leva. Le gode se rappela à lui quand il sortit. Un cri entre le plaisir et la douleur sortit de sa gorge tout comme cela de John. Sans se soucier d'où le gode était resté il partis vers le van. Il revint vers les filles et donna 3 cordes à Zoé.
 
"Non c'est toi qui va le faire. Attache une corde à la laisse et passe la à la branche là."
 
Heureusement Paul avait une certaine expérience et la laisse fut rapidement rallongée et passée sur la branche.
 
"Bien maintenant tire sur la corde, jusqu'à ce qu'elle soit sur la pointe des pieds."
 
Les yeux de Jeanne s'écarquillèrent, Quoi ! Elle allait être quais suspendue, les mains attachée dans le dos et juste tenue par une corde passant dans son entrejambe. En effet, la corde vint se tendre et s'enfoncer dans son vagin. Ne pouvant bouger ses bras, elle se retrouva penchée en avant, le cul exposé, la poitrine pendante. La corde lui faisait horriblement mal, de grosses larmes de douleurs coulèrent abondement. D'un signe elle fit comprendre à Paul de la baisser.
 
Elle pris une autre cordes, la passa sous celle étant entre ses épaules. La jetant par dessus la branche elle la tendis à Paul.
 
"Soulage-là avec celle-là."
 
Et la voici en train d'être tirée vers le haut à nouveau. Même si la corde de son entrejambe était tendue, c'était bien plus agréable qu'avant. Maintenant c'était sa poitrine qui était comprimée, l'empêchant de respirer normalement. Elle était là exposée, fesses tendue en arrière, seins pendant, sans moyen de défense. Cassandra plus loin, avait une vision magnifique de son profil. Zoé s'approcha du visage de Jeanne et lui murmura :
 
"Attention à ta réaction."
 
Avant de lui enlever le bâillon, qui commençait lui aussi à fatiguer sa mâchoire. Après quelques seconde pour essayer de la détendre, Jeanne regarda férocement Zoé et lui susurra un :
 
"Salope" emplie de haine, de rancœur et sans une once de respect. 
 
Dans un grand sourire, Zoé la regarda et lui donna une violente claque.

"Le gras c'est la vie" Karadoc (Kaamelott Livre II, Corpore sano)

RépondreCiter
Posté : 31 août 2019 13 h 47 min
Legras
(@legras)
Testeur de Sextoys
Messages
Level 22
Une suite un peu plus psychologique aujourd'hui.
 

Réalité face à face

 
Il fallut quelque secondes à Jeanne pour se remettre de cette claque.
 
"Pardon ?"
 
Zoé la regardait les yeux noir de colères, la main levée prête à s'abattre une nouvelle fois.
 
 "Je te donne une dernière chance pour décider de la suite du programme."
 
La rancœur envers sa colloque n'avait pas disparue, mais elle devait se l'avouer, elle était battue d'avance. Même si la soumission n'était pas son fort, elle commençait à comprendre le sentiment de lâcher prise que cela nécessitait. La confiance qui devait être installée et la solidité de celle-ci. Bien qu'elle fut prise au dépourvu lors de cette journée, ce temps dans les cordes lui permettait de découvrir plus pleinement ce monde. Même si elle y avait déjà mis un pied dans le sexshop. Zoé savait les sensations et le ressentit d'être soumise et elle l'utilisait pleinement sur elle. L'amener à ses limites, lui apprendre à maîtriser ses réactions et émotions.
 
Suspendue à sa branche, la joue encore chaude de la claque précédemment reçue, toute ces pensées tournait dans sa tête. Son coeur battait à 100 à l'heure, entre l'énervement et la rancœur qu'elle avait et l'excitation de la situation. Elle ne savait que faire et sentait comme une montée de panique venir du plus profond d'elle. Et si son côté soumise cherchait à monter et que son cerveau le prenait comme une montée de panique. Panique de ne plus maîtriser quoi que ce soit, panique de découvrir une nouvelle facette d'elle même et de l'accepter. Elle sentait l'envie de prononcer le safe-word et tout arrêter. Etre soumise c'est aussi connaître ses limites et savoir les accepter. Mais non pas aujourd'hui. Elle connaissait Zoé, elle lui faisait confiance. Si elle devait accepter d'être soumise ce serait à elle. Mais ce surplus d'émotions et de panique continuait de monter et ses yeux commencèrent à briller de larmes. Son regard avait changé, de dur il était passé à apeuré, tel une proie faisant face à son prédateur.
 
Face à Jeanne, Zoé toujours la main levée en attente d'une réponse. Elle tenait le visage de Jeanne par le menton, l'obligeant à la regarder dans les yeux. Elle aussi découvrait de nouvelle sensation aujourd'hui. Elle pouvait être libre, libre de faire ce qu'elle voulait. Ses moindres désires pouvaient être accomplis, ses gestes n'avaient pas besoin d'une explication. Si elle voulait mordre la fesses de Paul, elle pouvait le faire, simplement car elle en avait envie. La baffe qu'elle venait de donner à Jeanne, jamais elle ne se saurait cru capable d'une telle chose, mais ce fut la réaction naturel qu'elle trouva. Le pire c'est que cette baffe l'assura encore plus dans sa situation de Maîtresse.
Mais les larmes que Jeanne avait versée lorsqu'elle fut suspendue par les fesses uniquement, la mis devant une autre réalité. Zoé était peut-être libre de ses mouvements, mais sur elle pesait un poids énorme. Celui de la sécurité de sa soumise. Elle se devait de s'assurer de son bien être, physique et psychique. C'était bien beau de s'amuser, mais blesser son amie peut-être profondément n'était pas le but. Etait-elle allée trop loin déjà ? Cette baffe avait-elle brisé leur relation. Un moment de doute la transperça. Elle s'amusait certes, mais était-elle une bonne Maîtresse, n'avait-elle pas trop pensée à elle et non à sa soumise ? Tout se remettait en question, comme si son apparence de Maîtresse venait de se briser. 
La main qu'elle tenait toujours levée, se sera en poing et trembla comme sous la rage. Elle baissa lentement son bras, ses muscles étaient tendu.
 
Face à elle Jeanne, les yeux brillant, clairement apeurée par ce qu'elle venait de vivre. Zoé la pris dans ses bras, la soulevant légèrement pour soulager son corps d'être suspendu. Les deux femmes restèrent un moment ainsi, des larmes coulaient de part et d'autre, sans pleurs ou cri plaintif. Une sorte de douleur silencieuse qui ne demandait qu'à sortir. La réalité venait de leur arriver en face et les avaient percutée en même temps. Chacune cherchait à se rassurer par l'autre, chacune voulait que l'autre porte ses émotions. Sans succès. Alors leurs émotions prirent possession ce leur corps, ne laissant voir que des larmes sincères, résultant d'une prise de conscience profonde. Impossible de les arrêter, impossible de faire autre chose que de s'accrocher à ce qu'elle pouvait et de pleurer.
 
Il n'était plus question de Maîtresse et de soumise en ce moment, simplement de l'émotion pur. Ce fut Zoé qui réussi à se reprendre la première. Elle embrassa longuement le coté du visage de Jeanne. Lui glissant des "Pardon" à chaque reprise de souffle. Cela permit à Jeanne de canaliser et maîtriser un peu ses émotions. Zoé recula légèrement, posa son front contre celui de Jeanne, lui caressant les cheveux et murmura, la voix encore tremblante :
 
"Excuse-moi d'être allé si loin. Je ne me rendait pas compte. Tu veux continuer ?"
Jeanne respirait fortement pour essayer de se calmer, elle essaya de parler mais ses lèvre tremblaient encore sous l'émotion. Elle ferma les yeux, serra ses paupières ainsi fermée, comme pour ravaler ces émotions. Dans un moment de calme elle réussi à dire :
"Oui Maîtresse."
 
Zoé eu l'impression que son coeur s'arrêta ou se comprimait. Oui Jeanne l'avait appelée Maîtresse, mais c'était plus par jeu ou obligation. Là ce "Oui Maîtresse" était clairement consentit, elle l'acceptait comme Maîtresse. Zoé la repris dans ses bras, la serrant bien plus fort qu'avant.
 
De sa place Cassandra ne comprenait pas ce qu'il se passait. Les deux amies s'étaient soudainement prise dans les bras, enfin plutôt Zoé avait pris Jeanne dans les bras, un long moment. Semblaient avoir discuté et soudainement Zoé repris Jeanne la soulevant de plus belle. Paul derrière, ne disait rien, n'ayant rien entendu non plus. Cassandra se leva, fit signe à John de se lever et de la suivre.

"Le gras c'est la vie" Karadoc (Kaamelott Livre II, Corpore sano)

RépondreCiter
Posté : 5 septembre 2019 17 h 26 min
Legras
(@legras)
Testeur de Sextoys
Messages
Level 22

Partage d'intérêt

"Tout va bien ?"

Zoé se tourna vers Cassandra :

"Oui pas de problème, on allait continuer d'ailleurs. N'est-ce pas ?"
"Oui Maîtresse."

Jeanne avait presque un sourire à le répéter. Elle avait baissé les yeux, presque impatiente de connaître le sort que Zoé lui réservait.

"Bien, alors je vais m'asseoir et profiter du spectacle. John !"

A la simple évocation de son nom, John se mit à quatre pattes, le visage face à Zoé et Jeanne. Cassandra vint l'enjamber et s'assit sur son bassin, face aux filles également.
Zoé sourit à Jeanne, lui prit le menton, le souleva et l'embrassa profondément. Pour Jeanne ce fut comme une libération, depuis le temps qu'elle portait ce bâillon, une intrusion dans sa bouche était divin. Durant ce baiser, Zoé fit courir ses mains sur le corps offert de Jeanne. Ses seins, furent longuement malaxés, titillés, même tiré dans tout les sens. Jeanne s'en fichait, elle se sentait différente, on s'occupait d'elle comme jamais et que c'était bon. Puis les mains descendirent lentement, glissèrent sur le ventre, pour aller caresser son entrejambe.

Là elles jouèrent avec les lèvres, les caressèrent, glissèrent légèrement dans la commissure de celle-ci. Même sur la pointe des pieds, le visage obligé d'être plaqué contre celui de Zoé, Jeanne ondulait du bassin comme elle le pouvait. Sentant le mouvement, Zoé sourit et continua de jouer avec l'entrejambe de Jeanne. Mais jamais elle ne la pénétrait plus que de quelque millimètre. Le summum du rageant pour Jeanne.

Puis sans aucune sommation, Zoé se retira. Jeanne allait protester, mais se souvint de son nouveau statut pleinement assumé. Elle se contenta d'un soupir de déception et garda la tête basse. Zoé lui passa lentement à côté de Jeanne, lui effleurant le flanc le long de son trajet. Elle se rapprocha de Paul, toujours debout, les bras croisé dans le dos. Son entrejambe était tendu comme jamais, il était excité au possible de la vision qu'il avait de Jeanne.

Etant proche de lui, elle fit glisser son doigt sur sa hampe tendue vers le ciel. Un doux câlin, d'un doigt, glissant du gland à la base, lent, sensuelle. Il était prêt à exploser, il se permit un regard suppliant vers Zoé. Il n'eu comme réponse qu'une grande claque sur sa fesses, il baissa rapidement le regard. Zoé le contourna, laissant sa main glisser sur sa hanche pour venir saisir sa fesses. Il partit légèrement en avant de surprise. Zoé passa son autre bras par dessus son épaule, pour venir plaquer son dos contre sa poitrine. Elle passa sa tête par dessus l'autre épaule et lui susurra quelque chose. Seul Paul entendis et par son sourire et le hochement de tête il semblait pleinement satisfait de ce qu'il avait entendu.

Lâchant sa fesse et enlevant son bras elle lui donna une autre claque sur les fesses :
"A toi de jouer !"


Elle alla rejoindre Cassandra :
"Tu me fais de la place ?"
"Met toi au niveau des épaules."

Zoé s'installa, Cassandra se pencha saisi la poitrine de Zoé. En réponse elle alla lui saisir ses fesses et tendis sa tête en arrière pour lui offrir sa bouche. Paul les regardaient faire, s'étant arrêté dans son chemin. John lui tenait comme il pouvait le poids de ces deux femmes qui n'étaient pas des plus tranquille. Mais elles s'arrêtèrent :

"Paul, tu ne veux pas me faire attendre ?"

Zoé prenais de plus en plus plaisir à son nouveau rôle.

"Le gras c'est la vie" Karadoc (Kaamelott Livre II, Corpore sano)

RépondreCiter
Posté : 12 septembre 2019 23 h 57 min
lamourette12
(@lamourette12)
Level 3
Posté par: @legras
A partir de quelles chapitres je dois chercher après l'introduction de cassandra??? J'ai du râter une sacré quantité sur leurs interactions.

 

RépondreCiter
Posté : 13 septembre 2019 1 h 13 min
Legras
(@legras)
Testeur de Sextoys
Messages
Level 22

Salut toi, ça fait plaisir de te revoir par ici. Tu as la page précédente à rattraper, si tu veux le début de l'épisode avec Cassandra (enfin surtout la préparation pour la journée, c'est 2-3 post pas plus il me semble).

C'est ce post 

Bonne lecture.

"Le gras c'est la vie" Karadoc (Kaamelott Livre II, Corpore sano)

RépondreCiter
Posté : 13 septembre 2019 1 h 23 min
Legras
(@legras)
Testeur de Sextoys
Messages
Level 22

A bout touchant

Paul se remit en route, il avait toujours les bras croisés dans le dos. Jeanne ne savait ce qu'il se passait, elle était suspendue à sa branche, face au tronc. Du coin de l'œil elle voyait Zoé et Cassandra s'occuper l'une de l'autre et comprenait que Paul devait faire quelque chose, mais quoi ?

Soudain elle cria de surprise, quelqu'un venait de lui agripper les fesses. Devant la non-réaction des deux autres, elle comprit que c'était Paul. Ses mains lui caressaient les fesses, ses gestes étaient doux, sensuelle, même la peau de ses mains étaient douces. Rapidement elles montèrent le long de son corps et vinrent s'occuper de sa poitrine. Il se colla tout contre elle, son sexe venant prendre place dans son sillon fessier, sentir une verge aussi proche de ses trous ne pouvait que l'exciter encore plus. Surtout que Paul bougeait légèrement d'avant en arrière, elle aurait voulu le prendre en elle, là tout de suite, mais impossible la corde passait dans son entrejambe. D'ailleurs c'est pour cela que Zoé n'avait pas pu aller très loin avec ses doigts.

Paul la contourna pour venir se placer face à elle. Sa verge semblait prête à exploser. Vu son état d'excitation et de frustration, Jeanne n'avait qu'une envie la prendre en elle, peu importe par où. Elle se fichait d'être ainsi exposée, de ne ressembler qu'à un bout de viande pour satisfaire un plaisir sexuel chez l'autre. Là elle voulait partager du plaisir, peu importe comment. Paul lui appuya sur la tête, la forçant à se pencher encore plus en avant. Elle se retrouva appuyée uniquement sur son gros orteil, sa bouche ne pouvant avaler que le gland et une partie de la hampe de Paul.

Peu importe, elle le suça comme elle put. Dédoublant d'imagination avec sa langue pour l'exciter au possible. Paul tendait son bassin en avant, pour profiter au maximum de la bouche de Jeanne. Mais rapidement les deux usèrent dans leur réserve pour tenir la position. Paul relâcha la tête de Jeanne et se remit derrière elle. Lentement il dénoua la corde de son bassin, lui permettant de poser ses pieds à plat au sol. Jeanne souffla quelque peu, elle se redressa pour enlever la pression sur son torse et prendre quelques inspirations normales.

Pendant ce temps Paul avait réorganiser les cordes et attacha une extrémité à la cheville de Jeanne. Il passa la corde au-dessus de la branche et tira dessus. Jeanne se retrouva à devoir à nouveau être sur la pointe du pied, gardant la tension Paul lui attacha la deuxième cheville.
Jeanne était à nouveau sur la pointe des pieds, mais cette fois elle devait faire jouer tous les muscles de ses jambes pour garder le contact au sol. Plusieurs fois elle plia les jambes, se retrouvant réellement suspendu à la branche, sensation très étrange et libératrice en même temps. Sans réellement se soucier de sa stabilité, Paul lui écarta les pieds lentement, ouvrant un chemin vers son entrejambe.

Zoé et Cassandra observait la scène avec envie. Cassandra rassurait Zoé. Paul était très méthodique dans son utilisation des cordes et savait où les placer pour ne pas blesser l'autre. John lui enviait la place de Paul, il arrivait surtout à bout de force. Il se permit un :
"Maîtresse"

Cassandra compris, elle se leva et fit signe à Zoé de faire de même. Ne plus avoir de poids sur lui, fit lâcher tous ses muscles, il s'écroula au sol. Cassandra rit en le voyant ainsi vidé, il l'avait bien servi, jusqu'au bout, cela mériterait une récompense.

"Paul attend !"

Immédiatement Paul arrêta tous ses mouvements et croisa ses bras dans le dos. Zoé la regarda surprise et fâchée que Cassandra coupe ce moment. Cassandra lui sourit et lui murmura quelque chose. Zoé sourit et acquiesça. Cassandra s'accroupi vers John et lui murmura également quelque chose. Malgré sa fatigue il sourit et acquiesça à son tour.

 

"Le gras c'est la vie" Karadoc (Kaamelott Livre II, Corpore sano)

RépondreCiter
Posté : 21 septembre 2019 19 h 40 min
Legras
(@legras)
Testeur de Sextoys
Messages
Level 22

Une suite un peu plus crue que d'autre, je le reconnais.
Sinon je me pose la question, il y en a qui lisent encore ce récit ici ?

Poupée de chiffon

John se leva péniblement. Cela se voyait qu'il était exténué, mais les paroles de Cassandra semblaient lui donner l'énergie pour continuer. Il partit en direction du lieu de pique-nique, à la surprise de Zoé. Ce n'est que lorsqu'il revint avec les deux chaises qu'elle comprit.

Les deux femmes s'installèrent face à Jeanne, qui ne comprenait pas le pourquoi de ce temps mort. John lui s'approcha de Paul, lui murmura également quelque chose. Ses yeux brillèrent comme si un de ses rêves venait de se réaliser. Jeanne voulu se tourner, mais cela n'eut comme effet que de la faire pivoter et perdre appuis. Elle revint bien vite en position face à l'arbre pour pouvoir poser ses orteils sur le sol.

Ce fut John qui apparut dans son champ de vision. Il s'approcha d'elle et plaqua sa bouche contre la sienne. Jeanne ne se fit pas prier et lui rendit son baiser. Elle sursauta lorsque Paul vint lui embrasser les fesses, avant de les lui saisir fermement. Pendant ce temps John jouait avec ses seins. Elle cria lorsqu'elle senti une langue venir lui parcourir le sillon fessier. Evidemment John s'y attendais et gardait plaqué sa bouche contre la sienne pour atténuer ses cris. Un anulingus, c'était son premier. La sensation était surprenante et très agréable. La chaleur de la langue, laissait rapidement place à la fraîcheur de la peau mouillée. Paul ne la touchait que de la pointe de sa langue, lui caressant délicatement le tour de la rondelle. Une main à Paul, alla s'occuper de son vagin. Par reflex elle poussa ses fesses en arrières, ce qui les plaqua encore plus contre le visage de Paul.

John lui continuait de s'occuper du haut de son corps. Ses mains caressaient toutes les parcelles de sa peau non encordée, le dos, le ventre, ses cheveux. Il sentait que Jeanne portait déjà dans un autre monde, emplis de douceurs et d’émotions pures. Paul était vraiment doué et savait où aller pour l'amener rapidement à l'orgasme. Les jambes de Jeanne devinrent rapidement comme en coton et flanchèrent. John la plaqua contre lui, supportant son poids et l'empêchant d'être uniquement retenue par la corde à sa poitrine.

Jeanne avait les yeux fermé, mais des taches blanche dansaient devant elle, son corps se vidait de toute énergie. Depuis le temps qu'elle le voulait, elle l'avait son orgasme. En plus le fait de ne plus avoir de contact avec le sol lui donnait vraiment l'impression de décoller et de partir ailleurs. Elle était là, telle une poupée de chiffon inanimée au bout d'une corde. Son orgasme n'était pas forcément visible de l'extérieur, tout se passait en elle. Elle sentait ses muscles de tendre, son esprit se vider. Etant continuellement stimuler et embrassé son plaisir se prolongeait. Elle jouissait uniquement par des caresses et baiser, sur son anus, vagin et bouche. Très étrange comme sensation, peu importe de ne pas être remplie, la sensation de douceur qui l'envahi était divine.

Les garçons savaient lire les réactions d'une femme, et quand son orgasme s'arrêta, ils s'arrêtèrent aussi. Paul se leva et raccourci la corde retenant ses chevilles. La voilà réellement en train de flotter, aucun moyen de revenir au sol. Cela eu comme effet de la faire basculer en avant et d'avoir le sexe de John en premier plan devant ses yeux, encore embué.

Les mains de Paul la saisirent à ses hanches et elle leva la tête. Elle venait d'être pénétrée d'un coup, pas sec tellement son vagin était mouillé de cyprine. La sensation fut entre la surprise, le plaisir et une petite douleur d'être ainsi écartée. Ses idées se remirent en place, mais John ne la laissa pas le temps de réaliser. Il lui avait saisi la tête pour la faire plonger en avant sur son sexe. La voilà en train de le sucer tout en étant pénétrée. Son esprit avait déclaré forfait, elle agissait pas reflex et suivait les mouvements qu'on lui imposait. Une poupée de chiffons.

Elle eut rapidement un autre orgasme, plus intense, plus audible, puisant au plus profond de ses réserves. Les garçons ne s'arrêtèrent pas pour autant à nouveau. Les moindres forces qui lui restaient, l'avaient quittée, elle était réellement un morceau de viande. Son cerveau ne ressentait rien, si ce n'est un mouvement d'avant en arrière, même plus de plaisir ou de sensation de touché.

Finalement les hommes se retirèrent et John vint rejoindre Paul derrière elle. Les cordes la reliant à la branche furent déliée et son corps posé au sol. A genoux à côté d'elle les garçons finirent le travaille à la main et la décorèrent de zébrure blanche, sur sa poitrine et son visage. Elle s'en fichait, toute son énergie était concentrée à sa respiration et retrouver ses esprits.

"Le gras c'est la vie" Karadoc (Kaamelott Livre II, Corpore sano)

RépondreCiter
Posté : 22 septembre 2019 18 h 07 min
Legras
(@legras)
Testeur de Sextoys
Messages
Level 22

Entre elles

Zoé et Cassandra avait regardé la scène avec délectation. Leur main s’occupait de leur propre entrejambe, qui était humide au plus haut point. Devant leurs yeux les garçons avaient finis. Ils restaient à genoux de part et d'autre de Jeanne, attendant la suite. John tenait péniblement encore fatigué d'avoir servi de sièges aux Maîtresses.

"Paul tu peux la prendre et l'amener à la rivière pour la nettoyer. John t'aidera pour cela."
"Et même plus si vous voulez"

Jeanne était encore dans un autre monde, tel un corps inerte Paul la souleva. Lui et John partirent en direction de l'eau, un léger sourire au visage. Les deux femmes les regardèrent partir, Cassandra avait du coup Zoé en premier plan. Lorsque Zoé se tourna vers sa voisine, elle la vit souriante :

"C'était beau, merci de m'avoir prêté ta soumise."
"Ce sont tes soumis qui ont fait le plus gros du travail."
"Travail commun je dirais."

Les deux femmes s'échangèrent un large sourire. Cassandra repris la parole :

"Et pour nous ? Y a pas à dire, j'ai envie de sexe là."

Zoé éclata de rire :

"Moi aussi ne t'en fait pas. Mais je crois que je sais comment satisfaire nos besoins."

Elle se leva et partis en direction du camp. Voulant se garder la surprise Cassandra continua de regarde les hommes s'occuper de Jeanne. Elle fut surprise de voir Zoé dans le cours d'eau également, elle nettoya quelque chose et vint dans sa direction un large sourire traversant son visage. Elle cachait quelque chose dans son dos, arrivé vers les chaises elle demanda d'un air sérieux :

"Tu me fais confiance ?"
"Euh oui bien sûr pourquoi ?"
"Alors enlève ton maillot et couche toi sur le dos."

Cassandra réfléchis un instant, elle allait clairement perdre tout pouvoir le temps d'un instant, chose rare pour elle. Elle regarda Zoé du coin de l'œil, sourit et se levant fit descendre lentement le bas de son maillot. Zoé voulu lui sauter dessus tellement elle était attirante et savait y faire. Une fois Cassandra au sol, les bras le long du corps, Zoé se plaça debout les pieds de part et d'autres de son bassin. Le soleil était dans son dos, Cassandra ne vit pas clairement ce que Zoé bloqua sous son bras, mais vu sa forme elle eut une idée.

Zoé fit glisser lentement son maillot qui tomba sur Cassandra. Levant les pieds elle l'ôta complètement et la jeta vers les chaises et celle de Cassandra. Elle se mit à genoux, sa tête au-dessus de celle de Cassandra. Les suppositions de Cassandra sur l'objet sous son bras étaient justes, le double gode utilisé précédemment sur les hommes.

Mais Zoé ne s'en servit pas immédiatement et s'écrasa sur Cassandra et l'embrassa profondément. Leur poitrine s'écrasèrent l'une sur l'autre, grossissant leur seins et amplifiant les sensations. Cassandra tenta de reprendre le dessus en faisant rouler Zoé, mais celle-ci s'y attendais et la bloqua. Elle se redressa, la surplombant à nouveau, lui souriant d'un air malsain.

"Tu es à moi maintenant, laisse toi faire."

Puis elle s'avança, passa au-dessus de ses seins et vint plaquer son entrejambe sur le visage de Cassandra. Qui n'eut pas le temps de répondre. Cassandra se débattit, elle la Maîtresse incontestée des hommes, allait être Dominée par une jeune femme ? Mais Zoé de par son expérience de soumise, savait les réflexes et mouvements que l'on veut faire pour se libérer. Après un mini rodéo, Cassandra s'avoua vaincue. Déjà elle sentait le pubis de Zoé se frotter sur son visage. Un pubis poilu, très humiliant pour Cassandra. Une main lui pinça le nez, l'obligeant à ouvrir la bouche. Elle comprit ce qui était attendu d'elle et timidement sortit la langue pour lécher cette fente humide.

"Bien tu sais ce qui est attendu de toi."

Son nez fut lâché. Prise au jeu elle leva ses bras et commença à caresser le corps de Zoé. D'abord surprise Zoé dansa sous ces caresses avant de se saisir de ces mains baladeuse.

"Qui t'a permis de me toucher ainsi ? Pose tes mains au-dessus de ta tête."

Puis levant légèrement une jambe puis l'autre elle la laissa placer ces mains au-dessus de la tête. La voilà réellement offerte et Zoé se régalait de cette vue. Cassandra savait y faire avec sa langue, Zoé ondulait du bassin pour l'accompagner. Elle finit par lui agripper les cheveux pour lui enfoncer le visage encore plus loin. Avant d'arriver à l'orgasme elle le lui recula et fit de même avec son bassin. Se penchant à nouveau vers son visage elle lui murmura tendrement :

"Tu sais bien utiliser ta langue petite cachottière. Maintenant ne bouge pas !"

Et rapidement elle fit demi-tour, se plaça à nouveau sur le visage de Cassandra, sans l'écraser pour autant. Ses pieds furent posés sur les poignets de Cassandra, l'empêchant de les bouger. Avant de s'occuper de son amie, Zoé regarda vers la rivière pour voir ce que faisait les soumis.

Ce message a été édité Il y a 3 semaines par Legras

"Le gras c'est la vie" Karadoc (Kaamelott Livre II, Corpore sano)

RépondreCiter
Posté : 28 septembre 2019 19 h 19 min
Legras
(@legras)
Testeur de Sextoys
Messages
Level 22

L'une dans l'autre

Dans l'eau Paul et John semblait avoir retrouvé une certaine vigueur. En effet Jeanne, toujours attachée se retrouvait prise en sandwich entre les deux hommes. John était derrière, Paul devant. Comme l'eau arrivait au niveau de leur hanche, elle n'arrivait pas à dire ce qu'il se passait dans cette zone. Mais à voir les ondulations du corps de Jeanne ce qui s'y passait devait être très agréable. Impossible que ce soient les mains des hommes, celles-ci l'enlaçaient et la malaxait de part et d'autre. Quant à leurs bouches, celle-ci étaient soit sur les épaules ou sur sa bouche.

A ce moment, Zoé était presque jalouse et regrettait de ne pas être soumise à sa place. Etant absorbée par son observation elle s'était petit à petit affaissée et ses fesses venait s'écraser sur le visage de Cassandra bloquée sous elle. Tout d'un coup Zoé se redressa surprise de sentir quelque chose bouger en elle. Le plug, elle l'avait totalement zappée, mais Cassandra semblait l'avoir eue juste devant ses yeux et sa bouche.

Zoé sourit, c'est maintenant qu'elle devait montrer qu'elle avait toujours le pouvoir. Elle décida de se plaquer à nouveau contre Cassandra, sous ses gémissements étouffés. Le plug bougea à nouveau plusieurs fois, mais s'y attendant Zoé ne réagit pas comme auparavant elle y prit même un certain plaisir.

"Tu es entreprenante, ce n'est plus ton rôle maintenant tu devrais le savoir."

Puis elle poussa encore plus ses fesses en arrière asphyxiant presque Cassandra. Ce faisant elle se pencha en avant pour se rapprocher de l'entrejambe. Elle prit l'objet sous son bras, le double gode avec lequel les garçons étaient relié auparavant. D'une main elle lui caressa l'entrejambe, apparemment cette situation l'excitait elle était trempe de cyprine. En même temps Zoé aussi était excitée au possible. Le gode rentra sans souci dans la fente de Cassandra, elle leva la tête de surprise, ce qui la lui enfonça encore plus dans les fesses de Zoé.

Le gode fit de lent aller-retour, le bassin de Cassandra commença à onduler, ses jambes se plièrent sous le désire montant. Zoé sentait tous les changements de souffle sous ses fesses, elle sentait la poitrine de Cassandra bouger de plus en plus fort. Soudain elle accéléra violemment le rythme, Cassandra cria de surprise, voulu se redresser. Zoé força Cassandra à tenir sa position, appuya fortement sur ses jambes pour lui bloquer les poignets. Elle finit par lui bloquer entièrement la respiration.

Ce fut le ventre de Cassandra qui se leva, malgré elle. Elle prenait un immense plaisir à être ainsi stimulée. Après cette journée à être léchée, excitée sa jouissance était toute proche. Zoé ne se retint pas et la fit jouir là, sous elle, une première pour les deux filles. Quand le corps de Cassandra fini par s'affaisser au sol elle stoppa le va et vient. Zoé se recula, libérant la bouche de Cassandra.

"Qu'est-ce qu'on dit ?"
"Ce fut bon."

Zoé lui donna une violente claque sur la poitrine :

"Pardon ?"
"Merci."

Après quelques secondes d'attente elle lui donna une autre claque :

"Merci... Maî..tr...esse."

Cassandra eu beaucoup de mal à formuler ce dernier mot ce qui fit sourire encore plus Zoé.

"J'ai pas bien entendu, tu dis ?"
Cassandra émit un léger grognement et répéta doucement
"Merci Maîtresse"
"C'est un bon début. Ne bouge pas !"

Zoé se leva, de toute façon Cassandra n'était pas encore remise de son précédent orgasme. Elle se positionna au-dessus de son entrejambe, puis lentement elle se mit à genou et à son tour fit rentrer le gode en elle. Elle sentit le plug bouger en elle aussi, sensation très agréable. Doucement elle poussa en avant, faisant réagir à nouveau Cassandra. Lentement les filles firent bouger leur bassin, se stimulant l'une l'autre. Pour continuer d'asseoir son autorité elle s'appuya sur le torse de Cassandra. Prise dans leurs émotions elles ne firent pas attention au retour des autres.

Zoé fut surprise lorsqu'elle ouvrit les yeux, devant elle se trouvait Jeanne entourée de Paul et John. Elle ralentit et fini par s'arrêter, Cassandra remarqua leur arrivée aussi. Les garçons étaient surpris de voir leur Maîtresse ainsi dominée et cela ne les rendaient visiblement pas indifférent. Cassandra voulu sauver la face et tenta de reprendre le dessus, mais Zoé la bloquait toujours. D'ailleurs avant de ne plus avoir de force pour la maintenir au sol elle fut la première à prendre la parole :

"Jeanne, vient t'asseoir sur son visage, tu verras elle sait s'occuper des personnes s'y installant. Et vous deux, tenez-lui les bras et épaules au sol."

Cassandra voulu mettre son veto, mais Jeanne était déjà sur elle. Ses bras furent maintenus fermement au sol. Paul et John étaient les soumis de Cassandra oui, mais là ils voyaient bien que les cartes avaient été redistribué et Zoé étaient tellement attirante qu'ils cherchaient à lui plaire par tous les moyens.

"Le gras c'est la vie" Karadoc (Kaamelott Livre II, Corpore sano)

RépondreCiter
Posté : 3 octobre 2019 0 h 48 min
Legras
(@legras)
Testeur de Sextoys
Messages
Level 22

En apothéose

Face à Zoé se trouvait maintenant Jeanne, toujours attachée les mains dans le dos offerte à qui voulait. Derrière Jeanne, John et Paul maintenant fermement les bras de Cassandra au sol, elle se débattait par moment. Zoé plongea son regard dans celui de son amie. Jamais elles n'auraient pensé que le pique-nique se déroulerait ainsi, ni se terminerais comme ça.

Jeanne n'était pas encore remise de ses émotions précédentes, ainsi les premiers coups de langue de Cassandra lui firent rapidement de l'effet. Même si elle était encore attachée et soumise, elle ressentait cette position comme un cadeau et une revanche offerte par Zoé sur Cassandra. Jeanne la dominait enfin, et elle y prenait un certain plaisir à voir comme elle écrasait son entrejambe sur le visage de Cassandra.

Zoé elle, était toujours reliée à Cassandra par le gode, bougea à nouveau son bassin pour se stimuler encore plus. Ses yeux restaient plongés dans ceux de Jeanne, tout ce qui les entouraient semblait avoir disparu. Elle saisit une corde lui passant sur la poitrine et la tira vers elle. Elles s'embrassèrent longuement, profondément. Jeanne se laissa faire, Zoé en profita pour parcourir le corps de son amie avec ses mains. Ce moment dura un temps indéfini.

C'est lorsque Cassandra émit un cri orgasmique que la bulle éclata. Paul et John, regardait les 2 filles, ils étaient pris par tant de sensualité et de douceur. Le corps de Cassandra devint mou, telle Jeanne lorsqu'elle était suspendue.

Tous s’arrêtèrent un moment. Zoé et Jeanne souriaient d'un air complice, les garçons avaient relâché l'emprise qu'ils avaient sur Cassandra et Cassandra était inerte au sol. A nouveau Zoé pris les devants :

"Vous pouvez la lâcher, elle ne va rien tenter vu son état. Par contre ce qu'elle va faire c'est vous branler."

Cassandra voulut réagir, mais entre les deux femmes assises sur elle et le violent orgasme qu'elle avait eu ce fut peine perdue. Les garçons eurent un sourire jusqu'aux oreilles et ils restèrent là à genou.

"Aidez-là à trouver comment s'occuper et après les mains dans le dos."

Lentement chacun prit la main de Cassandra se trouvant devant eu et la guida vers leur entrejambe. S'avouant vaincue, sur le moment, Cassandra saisit ces verges et commença à les masturber. Les garçons se mirent rapidement en position les bras croisés dans le dos. Les deux filles reprirent leur baiser et caresses. Cette fois ce fut le râle des hommes qui les arrêtas, des rayures blanchâtres étaient sur les bras et cheveux de Cassandra.

"Bien, maintenant, Messieurs allez ranger les affaires."

Cette simple phrase mettait fin au pique-nique et sans rouspéter ils partirent ranger tout ce qui avait été sorti. Zoé se leva, aida Jeanne à se relever, ainsi que Cassandra. Cassandra ne voulut pas reprendre le dessus et resta là, à coté de Jeanne. Zoé partis en direction du camp, ramassant les culottes posées auparavant. Elle enfila la sienne et y bloqua celle de Cassandra :

"Pas de culotte pour le retour, mais va remettre tes autres habits, tu fais vulgaire ainsi."

Cassandra ne se fit pas prier et enfila ses vêtements de dessus. Sa jupe cachait son entrejambe, mais y laissait tout accès à qui savait qu'elle était cul nue. Jeanne était toujours entièrement nue et attachée, elle ne rêvait que d'être libérée et aussi habillée.

" Quant à toi j'ai une autre idée. Cass vient m'aider à l'habiller et masquer ces cordes."

Alors que le visage de Jeanne se décomposait, celui de Cassandra retrouvait des couleurs et un sourire machiavélique s'y dessinait. Zoé se rhabilla aussi, tout comme les garçons après avoir tout rangé. Et rapidement tout ce petit monde se retrouva dans le minibus en route vers l'appartement de Zoé et Jeanne.

"Le gras c'est la vie" Karadoc (Kaamelott Livre II, Corpore sano)

RépondreCiter
Posté : 5 octobre 2019 13 h 02 min
Page 13 / 14
Partagez sur les réseaux sociaux:

Veuillez Connexion ou Inscription