Règles de collocati...
 

Règles de collocation  

Page 12 / 13
  RSS
Legras
(@legras)
Testeur de Sextoys
Messages
Level 22

@taryn voici l'un de mes récits. Par contre il y a beaucoup à rattraper. Si tu ne veux pas tout lire, c'est deux jeune filles qui rentre à l'université loin de leur campagne. Elles décident de vivre en colloque, elle établisse des règles au sein de l'appartement et la sanction qu'elles trouvent c'est d'être attachée nue dans sa chambre, histoire de décourager les transgressions. Seulement le temps faisant son affaire, elles se découvrent des penchant BDSM, avec une Dominatrice (Jeanne : Cheveux châtain, yeux brun, taille moyenne tout comme ses seins et ses fesses, de longues jambes) qui se découvre et l'autre (Zoé : Grande blonde, yeux vert, forte poitrine, belle fesse, plus petite jambes que Jeanne) une soumise qui s'épanouis de plus en plus dans son rôle.

Là elles ont rendez-vous le lendemain (dimanche) avec Cassandra une amie d'enfance perdue de vue. 

Sortie rapide

 
La réaction de Jeanne surpris Zoé. En effet, Jeanne s'attendais presque à ce qu'un problème surgisse. Avant que Zoé ne puisse continuer à parler, Jeanne lui ordonna :
 
"Tu sers les fesses et tu contrôle pour que rien ne sorte."
 
Comment savait-elle qu'elle avait ce genre d'envie. Zoé sentait qu'une masse était en train de pousser le plug, un combat interne commença pour tenter de bloquer ce réflexe de rejet. Elle était restée debout et avait posé ses mains à l'arrière de ses hanches, pour tenter de trouver une position un tant soit peu plus confortable. Elle respirait de manière de plus en plus saccadée, s'arrêtant par moment, comme pour pousser vers le haut ce qui voulait sortir.
 
Jeanne la regardait, avec un sourire grandissant. En vrais elle était impressionnée, elle avait testé un plug aussi, et avait eu le même réflexe. Elle avait tenté de retarder l'inévitable, mais la pression était tellement forte que cela lui faisait mal et le passage au toilette, fut un véritable libération.
 
Après moins d'une minute Jeanne repris la parole :
 
"Tu peux aller au toilettes, par contre prend le temps d'écarter les fesses et de sortir en douceur le plug, joue un peu avec si il ne vient pas. Pour la suite je crois que tu sais ce que tu dois faire." Elle termina sa phrase par un grand sourire entre le rire et la moquerie.
 
Sans prendre le temps de lui répondre, Zoé était déjà partie aux toilettes. La porte encore entrouverte laissait passer le son de sa respiration, entre la douleur et l'excitation de sentir ce morceau de métal bouger en elle. Un petit gémissement, fit comprendre à Jeanne que le plug était sortit :
 
"Tu peux le poser délicatement dans l'évier, quand tu auras fini tu le nettoiera correctement au savon."
 
Un tintement métallique lui confirma que son ordre à été respecté. La suite des bruits et événements se situant aux toilettes je vous les épargnes. Quelque minutes plus tard Zoé sortit de la salle de bain, le plug à la main et l'air gênée, jamais elle n'avait eu cette réaction et cette perte de contrôle sur son corps.
 
"Comment tu savais que ça allait arriver ?"
"J'en ai aussi testé un et je dois avouer que tu m'as impressionné, j'ai tenu bien moins longtemps que toi."
 
Zoé rougit.
"C'était pour ne pas te décevoir."
 
Jeanne se leva, les yeux brillant. Elle la serra fort contre elle.
"Tu ne me décevra jamais. Reste tel que tu es, tu es magnifique ainsi."
 
Après un petit temps de câlins où l'une et l'autre se serrèrent fortement l'une contre l'autre sans dire un mot. Zoé ne pu retenir, avec un large sourire :
"Je peux quand même mettre des habits, je ne vais pas resté nue toute ma vie."
 
Jeanne tendis les bras en la tenant. Les voici détachées l'une de l'autre, Jeanne examinant le corps de son amie l'oeil pétillant et un léger sourire :
"Je ne sais pas, tu es tellement belle au naturel."
 
Levant les yeux au ciel d'un air désespérée, Zoé écarta les bras de sa Maîtresse et se tourna pour récupérer ses habits tout en posant le plug sur la table basse.
 
"Et au fait, qu'est ce que tu en as pensé ?"
Le plug était toujours en train de tanguer sur la table.
"Mise à part la sensation de rejet par le corps, c'est terriblement excitant. Suivant les mouvements ou appuie que l'on fait on sent clairement le plug bouger et appuyer à l'intérieur du cul. Mais je ne sais pas si j'arriverais à tenir toute une journée ?"
"Ne t'en fais pas, je sais ce qui va t'aider, mais ça tu le saura demain. Au fait pourquoi tu t'habille pour aller te coucher ?"
 
Zoé regarda l'heure, en effet avec tout ces événements elle n'avait pas vu passer le temps, c'était minuit passé. Elle ne remit que sa culotte et resta la poitrine à l'air. Ramassant les habits restant elle passa devant Jeanne :
 
"Alors je me réjouis de voir ta solution miracle."
"N'oublie pas elle vient nous chercher avec ses amis à 11 heure. On déjeune vers 9h30 pour avoir du temps ?"
 
Du temps, mais du temps pour quoi ? De toute façon la décision était prise et elle savait qu'elle n'aura pas plus de précision même en demandant à genou.
 
"Ok alors à demain, bonne nuit."

"Le gras c'est la vie" Karadoc (Kaamelott Livre II, Corpore sano)

RépondreCiter
Posté : 28 juin 2019 20 h 40 min
Legras
(@legras)
Testeur de Sextoys
Messages
Level 22
Le calme avant la tempête
 
Les deux filles allèrent se coucher chacune dans sa chambre. Elles avaient eu bien des occasions pour s'amuser entre elles et étaient fatiguée. La nuit fut si bonne qu'elles eurent l'impression qu'elle dura à peine quelque minutes.
 
Le réveilla sonna, Zoé eu plus de peine à émerger, Jeanne elle, peut-être plus enthousiaste à l'idée de la journée, se leva rapidement et commença à préparer le déjeuner. Zoé sortit de la chambre accompagné de l'odeur du café fraîchement monté.
 
"Bien dormis ?"
Zoé bâilla et s'étira avant de répondre :
"Oui, mais j'ai l'impression que ce fut trop court. Et toi ?"
"Oui, prête pour cette journée ?"
 
Zoé s'assit et commença à se verser un verre de jus d'orange
"Oui, excitée de revoir Cassandra et ses amis."
"Plus Cassandra ou ses amis ?"
"Rhô mais je ne pense pas qu'à ça non plus, mais si ils sont mignon pourquoi pas."
"Tu pensera tout de même à moi aujourd'hui ?"
"Tu sais bien que tu es toujours dans mes pensées."
"Je ne parlais pas de cela. Tu n'as pas oublié ?"
 
Zoé buga un moment devant son verre de jus. Elle mit quelque seconde pour se rappeler et releva la tête pour voir Jeanne s'approcher vers la table avec la cafetière et les pains toasts.
 
"Ah oui, euh non, bien sûr." Elle lui fit un large sourire plein de candeur.
 
En posant ce quelle avait dans les mains Jeanne la regarda l'air suspicieux :
"M'ouais, en tout cas tu es toujours d'accord à voir."
"Euh bien sur. Mais si j'ai de nouveau envie de... tu sais, je fais comment ?"
"Crois moi, on va préparer tout cela et normalement pour aujourd'hui tu n'aura plus besoin. Mais on en reparle après le déjeunez."
 
Cette phrase mis fin à cette discussion et les deux filles prirent le déjeunez, tout en parlant des cours et examens qui approchait. Alors que les filles finissaient leur déjeunez Jeanne se leva :
 
"Je vais prendre ma douche en première, je te laisse faire la vaisselle."
 
Zoé regarda Jeanne partir en direction de la salle de bain, ses grandes jambes semblaient danser sur le sol, faisant onduler tout son corps. Sa tête posée sur sa main Zoé la regardait disparaître par l'encadrement de la porte, elle était vraiment belle sa Maîtresse. Après que le bruit de l'eau soit audible, elle se leva et commença à tout ranger et laver.

"Le gras c'est la vie" Karadoc (Kaamelott Livre II, Corpore sano)

RépondreCiter
Posté : 29 juin 2019 14 h 47 min
Legras
(@legras)
Testeur de Sextoys
Messages
Level 22
Une douche... particulière
 
La vaisselle était en train de sécher, la douche faisait toujours un bruit de fond agréable. Zoé partis en direction de sa chambre, elle devait encore choisir sa tenue. Un bikini en dessous c'était sûr, mais par dessus ? Elle serait bien tentée de ne rien mettre d'autre, mais en pleine ville le bikini n'était pas des plus courant.
Elle examina son armoire. Pantalon ? Non, trop chaud. Short ? Rien de bien attirant. Jupe ? M'ouais, pas trop son style le week-end. Elle écartait les cintres, les un après les autres, cherchant une révélation. Pour finir son choix lui paru comme une évidence.
 
Elle posa sur le lit, à coté du maillot de bain une petite combinaison courte légère. Chaque jambe du bas s'arrêtait à mi-cuisse. L'avant était classique, il s'arrêtait en dessous des épaules. Des anneaux élastique, tout comme le haut du torse, étaient placé de part et d'autre pour y placer les bras. Le dos était ouvert sur une large zone, laissant voir toute bretelles de soutient-gorge ou de bikini. La combinaison était rouge, parsemée de petit points blanc.
A coté était placé le bikini, il n'était peut être plus à la mode, mais elle l'aimait beaucoup. Le contraste des couleurs attirait l'attention et en plus ces lignes noir mettaient encore plus sa poitrine en avant. La culotte était standard aussi, rose et noir, large, couvrant les fesses. C'est sûr elle aimait les strings, mais son véritable atout était sa poitrine, il ne fallait pas que l'attention soit détourné d'eux.
 
bikini rose
 
Elle commença à enlever ses habits pour être prête pour la douche. De toute façon les filles n'avait plus vraiment de gêne à se voir nue. 
 
"J'ai fini."
 
Le son provenait de la salle de bain, la porte venait de s'ouvrir, mais Jeanne semblait y être restée. Bof elles n'avaient plus grand chose à se cacher de toute façon. Pénétrant dans la petite pièce, très humide à cause de la chaleur de l'eau utilisée, elle y vit Jeanne, nue, les bras croisé :
 
"Avant de commencer, tu vas te pencher en avant et poser tes mains sur le couvercle de la cuvette et bien lever tes fesses et écarter tes jambes."
"Tu crois que c'est le moment de perdre du temps avec ça ?"
"Oh ce n'est pas du temps perdu, c'est le début de ta préparation pour aujourd'hui."
 
Comme d'habitude, Zoé ne comprenait pas où voulait en venir son amie. Elle exécuta l'ordre reçu, ses jambe bien tendues et écartée.
 
"Toujours aussi belle, il faudra qu'on teste un autre endroit pour nos jeux j'ai l'impression."
"C'est toi qui décide. Hé !"
 
Zoé n'avait pas vu venir les mains de Jeanne, qui lui écartait les fesses, sans y mettre la moindre douceur. Voilà sa rondelle à nouveau à l'air libre. Un liquide frais glissa dans son sillon, mais les deux mains était déjà occupée et il n'y avait personne d'autre. Jeanne venait-elle de lui cracher dans son sillon ? Elle préféra ne rien demander. Lorsque le liquide arriva à sa rondelle, une main lâcha une fesse et vint jouer avec l'entrée de son cul. Celui-ci s'ouvrit sans grande résistance :
 
"Ah je vois que tu as aimé on dirait."
"Je ne peux rien te cacher."
"Eh non, je lit en toi comme un livre ouvert."
Jeanne rit à sa blague pas drôle. A la grande surprise de Zoé les deux mains laissèrent son arrière-train :
 
"Ne bouge pas j'ai pas fini."
 
N'ayant d'autre choix, Zoé resta la tête posée sur le couvercle de la cuvette. Elle avait l'évier dans son champs de vision, impossible de voir ce que faisait Jeanne. Un bruit de boîte qui s'ouvrait et fermait, un léger bruit d'alu qui se froisse et Jeanne de retour derrière elle. Impossible de voir ce qu'elle avait pris, cela semblait petit.
 
Son cul fut à nouveau écarté, d'une main cette fois et une étrange matière força l'entrée de son anus. Étonnamment l'objet rentra sans soucis, se faisant littéralement avaler par l'anus.
Une claque sur les fesses retentit dans la pièce.
 
"Voila plus qu'à attendre l'effet voulut. Tu peux te doucher, mais interdit de faire dans la douche !"
"Hein ?"
"De toute façon tu le verra bien. Mais les toilettes te sont interdite jusqu'à la fin de la douche et du séchage."
"Euh si tu veux."
 
Zoé ne comprenait vraiment pas. Alors oui elle ressentait une légère envie d'aller expulser ce visiteur surprise. Rien de bien surprenant. Jeanne sortit et Zoé commença à se doucher, à l'eau bien chaud, qu'elle aimait cette sensation.
Ce message a été édité Il y a 3 mois par Legras

"Le gras c'est la vie" Karadoc (Kaamelott Livre II, Corpore sano)

RépondreCiter
Posté : 2 juillet 2019 20 h 23 min
Legras
(@legras)
Testeur de Sextoys
Messages
Level 22

Nettoyage intégral

L'eau coulait sur son corps, suivit par ses mains. Rapidement elle commença à se caresser, la journée s'annonçait très bonne. Mais rapidement elle se crispa. Ses intestins commençait à travailler étrangement, et voulaient se vider. Elle sera les fesses. Comme Jeanne savait qu'elle allait avoir une telle envie dans la douche ?

Comme pour montrer sa perte de contrôle totale, Zoé entendis de l'appartement :

"Tu te douche correctement, avec du savon et bien partout. Tu ne va pas faire honte à ta Maîtresse quand même."

Zoé rougit, elle allait devoir finir sa douche, tout en serrant ses fesses pour ne pas déféquer sur elle. L'eau fût rapidement coupée, le shampoing appliqué et elle se savonna énergiquement et totalement. Le rinçage fut très rapide, l'eau chaude n'était plus aussi agréable qu'avant tellement ses fesses bataillaient pour s'ouvrir.

Elle se séchât enfin, et s'assit sur les toilettes. Elle avait presque l'impression d'avoir la gastro, à la seul différence que ce n'était pas liquide ce qui sortait. Jamais elle n'avait évacuée autant d'étrons d'un coup. Elle s'essuya et allait se lever pour s'habiller. Jeanne la bloqua à la porte de la salle de bain.

"Tu veux aller où comme ça ?"
"Bah m'habiller. Et c'était quoi ce truc que tu m'as mis ?"
"Ah ça c'était un suppositoire à la glycérine, inoffensif pour le corps, mais un effet laxatif dévastateur. Allez retourne dans la baignoire, il faut finir ta préparation."

D'un geste elle la poussa sur l'épaule l'obligeant à se tourner et d'une claque sur les fesses la fit avancer vers la baignoire. Zoé ne comprenait pas pourquoi, mais elle obéis.

"Bien maintenant à quatre pattes dans la baignoire, les fesses vers le robinet."

Zoé allait répondre, mais devant le visage fermé de Jeanne, elle su qu'elle n'aurait aucune explication. Elle rentra à nouveau dans la baignoire, se mit à quatre patte et par réflexe leva ses fesses. De son côté Jeanne s'affairait, elle dévissa le pommeau de douche et installa un autre embout. Elle joua un moment avec la rondelle de Zoé pour bien la détendre et inséra lentement l'embout dans Zoé.

"C'est une sorte d'enema, relié à la douche. Ne t'en fait pas l'eau coulera doucement."

A ces mots elle ouvrit lentement le robinet. Zoé fit un "hé" de surprise ouvrit les yeux de surprise. La sensation était très étrange, elle sentait l'eau lui couler à l'intérieur. L'eau était plus fraîche que son corps, elle la sentait littéralement couler dans ses intestins. Cela dura moins de 30 secondes et l'eau fut coupée.

"Je vais retirer l'embout, tu sers les fesses je ne veux pas de ta merde sur ma main."

Aussitôt dis, aussitôt fait. Zoé serra le plus rapidement ses fesses, seul quelque goutte coulèrent dans la baignoire.

"Bien maintenant laisse toi aller."

Zoé n'eu même pas besoin de forcer, elle relâcha simplement les muscles fessier et l'eau sortit telle une source. Elle sentait quelque morceau passer sans soucis. C'était étrange, humiliant, mais étonnamment excitant également. Elle dû pousser pour finir de vider le plus d'eau possible.

"Bien on remet ça ?"

Et sans attendre de réponse l'embout fut à nouveau inséré.

"Le gras c'est la vie" Karadoc (Kaamelott Livre II, Corpore sano)

RépondreCiter
Posté : 8 juillet 2019 11 h 13 min
Legras
(@legras)
Testeur de Sextoys
Messages
Level 22

La pureté intérieur

Zoé fut lavée ainsi plusieurs fois. Elle ne voyait pas la couleur de ce qui sortait, mais dans son esprit cela devait toujours être marron et crade. Le passage de l'embout de douche était des plus agréable à chaque fois et sentir l'eau la remplir lui faisait toujours autant d'effet.

Le bruit d'évacuation fut différent, elle entendis que l'eau ne coulait plus dans la baignoire mais dans un petit récipient. Un verre dut amené devant ses yeux :

"Regarde comme tu es propre maintenant."

L'eau était clair, juste un peu trouble, mais aucune couleur étrange. Elle se mit à genoux, pris le verre et l'examina de tout les côtés :

"Tu veux dire que ça viens de mes fesses ?"
"Plus que de tes fesses, de ton intestin. D'ici ce soir rien de solide ne devrais sortir, une journée sans chier, c'est super non ?"
"Euh oui, enfin je suppose. Mais pourquoi tu précise rien de solide ?"
"Tu risque d'avoir durant les heures qui viennent un peu d'eau qui sortira par moment, mais rien de grave."

La discussion était quasi normale, parler d'un lavage intestinal et d'eau sortant des fesses, ne semblait choquer ni l'une, ni l'autre. Par curiosité Zoé, fini par approcher le verre de son nez. Étonnamment l'eau ne sentait pas plus que cela la crotte.

"Pas besoin de la boire non plus, on en a assez au robinet."

Jeanne lui prit le verre des mains et le vida dans la baignoire. Elle se dirigea vers la porte et au moment de sortir lui dit simplement :

"Rince toi, et nettoie la baignoire comme il faut. Ensuite reste nue, ce sera plus pratique pour aller te soulager."

Zoé semblait être dans un autre monde, mais elle obéis sans s'opposer. La voici nue dans la cuisine à aider Jeanne à préparer le pic-nique. Chips, grillade, pain, sauce, cornichons, bref un pic-nique standard. Zoé alla plusieurs fois aux toilettes et à chaque fois une petite quantité d'eau sortit de ses fesses. Soudain le téléphone de Jeanne sonna :

"Oui allô ? A Cassandra, oui on est prête. Vous partez de chez toi maintenant, vous êtes là dans 10 minutes. Ok parfait à toute. Je me réjouis."

Posant le téléphone sur la table elle regarda Zoé un sourire en coin :

"Bien il est temps de se préparer."

"Le gras c'est la vie" Karadoc (Kaamelott Livre II, Corpore sano)

RépondreCiter
Posté : 9 juillet 2019 20 h 06 min
Legras
(@legras)
Testeur de Sextoys
Messages
Level 22

Tu pousse le bouchon ...

 
Zoé regarda Jeanne l'air perplexe. C'était le moment, elle baissa la tête et croisant ses bras dans le dos demanda :
 
"Je me met où ?"
Jeanne souris, qu'elle aimait voir sa soumise prendre son rôle ainsi à coeur.
"A quatre patte sur la table basse."
 
Zoé obéis, elle se plaça bien au centre de la table, écarta ses jambes et leva ses fesses. Elle était magnifique ainsi. Jeanne s'approcha, en récupérant le plug et le lubrifiant. Elle commença à lui caresser l'intérieur des cuisses, Zoé frissonna, sa main était douce et semblait effleurer sa peau. Elle passa à l'autre cuisse, avec toujours autant de délicatesse, Zoé se mordait les lèvres pour ne pas commencer à onduler.
 
Un doigt pointa vers le haut et vint titiller l'entrée de son vagin. Zoé partis légèrement en avant de surprise, elle ne s'attendais pas autant de douceurs et d'intimité. Jeanne souriait de la voir ainsi excitée, surtout quand Zoé revint se placer plus en arrière, ce qui enfonça légèrement son doigt en elle. Le doigt fini par avancer plus profond, jouer avec la chair de ses lèvres et frotter ses parois internes. Zoé sentait une chaleur naître dans son bas ventre. Même si cela n'avait rien de sexuel le fait de se faire laver le fondement était excitant pour elle et cette appétit ne demandait qu'à être satisfait. Zoé fini par plier ses bras et poser les coudes sur la table. Ainsi positionnée son fessier était encore plus tendu et offert. En fait tout le corps de Zoé était offert, ses jambes ouverte laissait une vue magnifique sur son entrejambe et ses fesses en premier plan. Et derrière ses larges seins pendaient et touchaient pour ainsi dire la table. Jeanne sourit de plus belle :
 
"Ah tu aime ça petite cochonne."
"Oui Maîtresse."
"Ca tombe bien car on passe à la suite."
 
Jeanne retira son doigt, tout en douceur. Zoé la maudit intérieurement, elle aurait tellement aimé que cela dur. Le doigt recouvert d'une couche de cyprine, vint caresser la rondelle de Zoé. Celle-ci encore très réceptive après la douche, s'ouvrit assez facilement, comme une invitation. Jeanne accepta l'invitation et fit rentrer son doigt sans problème, faisant lâcher un soupir de désire à Zoé. Pendant que le doigt faisait de lent aller-retour, Jeanne se pencha en avant et vint présenter le plug devant le visage de Zoé :
 
"Avale moi ça !"
 
Sans réfléchir, tellement prise dans ses sensations annale, Zoé goba le plug. Il ne restait que la base qui lui barrait la bouche, avec le petit brillant en son centre. Il était frais, mais la chaleur de sa bouche le mis rapidement à sa température corporel. Lorsque Jeanne le lui retira de la bouche, Zoé pris un malin plaisir à l'accompagner de ses lèvres le plus longtemps possible. Le doigt quitta son fondement et le lubrifiant coula dans sa raie. Il était frais, ce qui referma sa rondelle. Mais le plug vint appuyer sur l'ouverture, lentement, de haut en bas et petit à petit elle s'ouvrit à nouveau. 
 
Elle le sentit rentrer petit à petit, comme la dernière fois il lui semblait grossir interminablement et d'un coup son anus se referma. Elle gémit de surprise et de bonheur, la sensation était divine. Jeanne fini de pousser le plug pour que la base vienne se poser contre sa raie. Elle recula l'observa :
 
"Tu sais que tu es magnifique avec ?"
"Merci, Maîtresse."
"Je devrais peut être dire à Cassandra de monter te voir ainsi, non ?"
 
Ce paroles stressèrent Zoé, qui se redressa rapidement. Ses muscles s'étaient raidit sous le stresse, enfonçant plus profondément le plug. Elle vacilla sous la surprise puis repris le contrôle de son corps.
 
"T'es pas folle non ? Ca reste entre nous tu le sais bien."
 
Riant Jeanne s'approcha. Elle lui saisi les cheveux et tourna son visage vers le sien :
 
"Et si elle était déjà au courant, tu ferais quoi ?"
 
Et sans lui laisser le temps de répondre elle plaqua sa bouche contre la sienne et l'embrassa profondément. Zoé voulait protester, mais impossible, elle se débattit au début puis cessa et enlaça sa Maîtresse pour profiter du moment.
 
*TUUUUT TUUUUT*
 
"Ah je crois que Cassandra est arrivée. Allez file te préparer, à moins que tu ne veuille descendre comme cela."
 
Jeanne fit volt face, pris les affaires du pic-nique et sortit de l'appartement. Zoé se retrouva seule, nue et pluggée. Il lui fallait faire vite pour ne pas à avoir, à donner top d'explication.

"Le gras c'est la vie" Karadoc (Kaamelott Livre II, Corpore sano)

RépondreCiter
Posté : 10 juillet 2019 20 h 36 min
Legras
(@legras)
Testeur de Sextoys
Messages
Level 22
En bonne comapgnie
 
Zoé se releva en vitesse. Elle senti le plug en elle lui pousser ses fesses en avant. Elle parti en direction de sa chambre, marchant le plus naturellement possible. Sur son lit sa tenue était toujours là, elle était soulagée, Jeanne aurait très bien pu lui mettre un string à la place. Elle enfila son bikini, s'arrangeant pour mettre en valeur sa poitrine. Elle enfila sa combinaison et mit des sandales en cuir brun. Elle s'attacha sommairement les cheveux en une queue de cheval, en plaquant le plus possible ses cheveux. Elle se vit dans le miroir, soit c'était le fait de savoir le plug en place, soit c'était réel, mais il lui semblait que son bassin partait vers l'avant de lui même.
 
Elle sortit de l'appartement, prenant garde de fermer la porte, pas question d'offrir à Jeanne une occasion de la punir à nouveau et descendit les marches 4 par 4. Soit elle s'y était habituée, soit le stress l'empêchait de le sentir, mais le plug la dérangeait moins, voir plus. Devant l'entrée de l'allée un bus type vieux VW était garé. La porte latéral ouverte laissait voir Jeanne assise en premier plan, une autre personne derrière elle. Lorsque Zoé s'approcha du véhicule Jeanne fut la première à l'interpeller :
 
"He bien on a faillit à attendre !"
"Petit empêchement désolé."
"Ca nous arrive à toute."
 
Cassandra venait de se pencher derrière Jeanne, un large sourire et l'oeil pétillant. Zoé ne savait pas pourquoi elle était si joyeuse, Jeanne l'avait-elle réellement mise au courant ? Jeanne sortit pour que Zoé s'installe entre les 2 femmes. La voilà pour ainsi dire prise au piège, entre sa Maîtresse actuel et la première femme qui l'avait attachée. Elle était entre l'excitation et l'angoisse de laisser transparaître quelque chose. Son anus se serra comme par réflexe, faisant bouger le plug. Elle eu comme un petit sursaut, elle ne s'attendais pas à cette sensation. 
 
"Laisse moi te présenter Paul et John."
 
Cassandra indiqua Paul au volant et John sur le siège passager. Deux tête se tournèrent vers elle, avec un grand sourire :
 
"Salut" "Salut"
 
Paul avait une barbe de trois jours, un visage allongé et de petite lunettes de vue ronde, cheveux châtain. John rasé lui, était noiraud, yeux brun visage arrondit. Zoé leur sourit et les salua en retour. Jeanne ferma la porte et le bus démarra. Les vibrations se faisait sentir jusqu'au plug, que c'était bon, mais pas question de flancher et soupirer, cela aurait soulevé trop de questions.
 
Il n'y avait pas trop de circulation. Durant le trajet les filles continuèrent de papoter, se racontant où elles en étaient dans leur vie, l'année scolaire qui touchait à sa fin. Cassandra leur expliqua qu'elle n'avait pas fini le cursus standard et vivait de petits boulots à gauche à droite. Paul et John étaient aussi dans le même mode de vie, à la cool.
 
"En tout cas vous êtes devenue magnifique les filles. Surtout toi Zoé."
 
Finissant sa phrase, Cassandra vint lui poser sa main sur la cuisse. Cela donna des sueurs froides à Zoé, ses souvenirs de l'écurie remontèrent, sa main était douce et chaude. Avec le plug en place son appétit sexuel était vorace, elle aurait voulu que cette main plonge à l'intérieur de ses cuisses et remonte. Paul et John rigolaient entre eux, Zoé ne savait pas si c'était sa réaction ou autre chose qui les faisaient rires.
 
"Euh merci, toi aussi tu es devenue une belle femme."
 
Zoé et Cassandra avait le regard plongé l'un dans l'autre.
 
"Ah je crois qu'on arrive."
 
Jeanne avait pris un malin plaisir à casser ce moment si intense. En effet le bus s'arrêta devant une surface herbeuse, une place idéale pour un pic-nique. Ombragé, éloigné de tout, avec un magnifique cours d'eau limpide. Les portes s'ouvrirent et laissèrent sortir les occupants.

"Le gras c'est la vie" Karadoc (Kaamelott Livre II, Corpore sano)

RépondreCiter
Posté : 11 juillet 2019 22 h 27 min
Legras
(@legras)
Testeur de Sextoys
Messages
Level 22

Toutes mouillées

 
"Bon les gars, vous préparez le feu nous on va se baigner."
 
Cassandra semblait toujours aimer prendre les choses en main. Zoé sourit intérieurement, elle était restée dominatrice en fait. Sans attendre de réponse de la part des hommes, Cassandra était déjà partie vers la rivière. Ses habits furent rapidement enlevés, laissant voir son maillot de bain, un joli bikini rouge qui tranchait avec ses cheveux blond. Zoé et Jeanne, venait de descendre du bus et avaient posée leur affaires du pic-nique vers John et Paul. Elle regardait Cassandra qui descendait dans l'eau doucement.
 
"Allez les filles, venez elle est super bonne !"
 
D'un hochement de tête Paul fit comprendre que c'était normal et pas de soucis pour eux qu'elles les laissent. Elles partirent donc en direction de l'eau. Zoé sentait le plug en elle à chaque pas, c'était excitant, agréable et gênant elle se savait en publique et sûrement observée par les 2 hommes. Jeanne elle avait déjà posée ses habits à côté de ceux de Cassandra.
 
"Alors on fait sa timide ?"
 
Zoé lança un regard noir à Jeanne qui venait de lui poser la question. Evidemment qu'elle n'était pas à l'aise. Première fois qu'elle portait un plug et surtout en publique. Comme pour lui répondre elle se déshabilla lentement, faisant descendre sa robe petit à petit, sachant pertinemment que John et Paul l'aurait dans leur champ de vision. Arrivée à son postérieur elle se cambra le plus possible, poussant ses fesses en arrière, penchant son buste en avant. Le plug venait d'être enfoncé un peu plus, elle du se retenir de crier de surprise de le sentir ainsi bouger. Jeanne vit son visage légèrement se déformer, elle en sourit encore plus. La robe enlevé elle la suspendit au bout de son indexe et garda son regard plongé dans celui de Jeanne :
 
"Non, pourquoi je devrais ?"
 
Elle se retourna le plus naturellement possible pour pose sa robe, mais surtout pour voir si son manège avait eu des spectateurs. John et Paul n'avait manqué aucune miettes. Toute les affaires n'avait pas bougées, les garçons la regardait avec un sac dans un main sans bouger. Zoé leur sourit :
 
"C'est quand qu'on pourra passer au grill ?"
 
Le double sens était grossier et voulu. Elle leur décocha un clin d'oeil, en faisant dépasser sa langue entre ses dents. Les garçons ne répondirent rien, comme si leur cerveau s'était mis en pause. La robe tomba au sol et elle partis dans l'eau devançant Jeanne :
 
"Mhhh Cassandra à raison elle est vraiment bonne. Trop froide pour toi Jeanne ?"
 
C'étai au tour de Jeanne de l'assassiner du regard. Elle la suivit dans l'eau et passant à côté d'elle lui décocha un : 
 
"Petite garce" sur un ton amicale.
 
L'oeil de Zoé pétilla comme pour approuver ses dires. Avant d'être totalement mouillé par une grosse éclaboussure d'eau. Cassandra venait de les mouiller les deux :
 
"Si vous voulez je vous laisse seule hein."
"Pourquoi t'es jalouse ?"
 
Jeanne venait de devancer Zoé dans la réponse. D'après ses souvenirs, Cassandra était très ouverte niveau sexuelle et cette réponse n'était pas celle qu'elle aurait répondu.
 
"Mhh presque, en tout cas le courant semble bien passer entre vous deux. Vous faîtes pas trop de déçu ?"
 
Le ton était donné, Cassandra avait sauté toute les discussion standard de retrouvaille. Adieux situation professionnel, parcours jusque là, ce qu'il s'est passé au village depuis son départ. Non là on passait directement à la situation amoureuse et type de relation.
 
Zoé rougit quelque peu, s'enfonçant dans l'eau. Jeanne rayonnante pris à nouveau la parole en premier :
 
"De déçu ou de déçue ? On est dans un pays libre non ?"
"Je n'ai jamais dit l'inverse, mais deux belles femmes comme vous doivent attirer bien des regards non ?"
"Oh oui, enfin surtout Zoé, comme dans le temps. Tu te souviens ?"
 
Cette dernière question était pour Zoé, qui fusillait du regard Jeanne elle aurait voulu disparaître. Certes elle était au centre de l'attention, comme à son habitude. Mais là c'était différents, elle ne savait pas réellement pourquoi. Etait-ce parce que Jeanne sa Maîtresse était là et c'était leur première sortie entre amis ensemble ? Ou parce que Cassandra était là face à elle, lui faisant remonter ses souvenirs et une certaines excitation ? Ou encore que Paul et John n'était pas loin, et même si ils n'étaient pas forcément des canons de beauté ils avaient leur charmes et elle ne voulait gâcher ses chances avec eux ? Ou tout simplement qu'elle portait un plug et pensait que tout le monde le savait et son show de tout à l'heure l'avait exposé à tout le monde ?
 
"Moi je me souviens que tout garçons du village te regardait passer, sans nous prêter une réelle attention."
"Ohh oui, attends il s'appelait comment déjà le rouquin là.... Etienne, oui c'est ça tu te souvient d'Etienne ?"
"Le rouquin attends, celui qui la suivait en cachette ? Oui, tellement timide en plus, il était rouge et roux lorsqu'il croisait nos regard."
 
Jeanne et Cassandra commencèrent à déballer plein de souvenir de leur enfance. Zoé craignait que l'épisode de l'écurie ressorte ou que la discussion bifurque  sur des pratiques sexuelle, tellement Cassandra semblait parler de ce sujet sans gêne.

"Le gras c'est la vie" Karadoc (Kaamelott Livre II, Corpore sano)

RépondreCiter
Posté : 17 juillet 2019 21 h 38 min
Legras
(@legras)
Testeur de Sextoys
Messages
Level 22

Avec la canicule qui approche un moment dans et au bord de l'eau est toujours agréable. Même si l'ambiance se réchauffe ^^. Au fait il y a toujours des lecteurs par ici ?

Au bord de l'eau

John et Paul essayait de tendre l'oreille pour entendre le passé des filles, mais entre les bruit des éclaboussures et du crépitement du feu c'était peine perdue. Ils s'installèrent tranquillement autour du foyer, et s'ouvrirent chacun une bière, se contentant de regarder ces belles femmes dans l'eau.

Zoé fut la première à sortir. Non pas qu'elle s'ennuyait avec Cassandra et Jeanne, mais le plug faisait son effet. A chaque fois qu'elle bougeait ou nageait un peu, elle le sentait venir presser les parois de ses fesses. La sensation n'était pas désagréable loin de là, mais cette excitation sous-jacente la fatiguait rapidement. Les garçons furent les premiers ravit de la voir s'installer près d'eux. Elle se sécha succinctement et sortit son huile solaire. Elle savait que 2 paires d'yeux étaient braqué sur elle. Elle aimait attirer les regards, se rendre désirable et inaccessible. Lentement elle en fit couler son son bras, elle l'étala lentement le rendant luisant. Elle fit de même sur l'autre. Elle s'assit et pliant les jambes fit couler l'huile depuis son genou sur le mollet et la cuisse. Après avoir huilé une jambe elle la tendis en l'air, le pied bien poussé en avant, pour admirer le résultat et attirer encore plus l'attention. Elle fit de même avec l'autre. Tout en se retournant elle demanda négligemment :

"L'un de vous peut m'en mettre dans le dos ?"

Paul fut le plus réactif, au grand désarroi de John. Elle senti l'huile couler au bas de son dos et deux main l'étaler, lentement, en douceur mais avec une certaine pression très agréable. L'huile lui coula entre les omoplates maintenant, les mains étaient chaudes, venait appuyer sur sa peau étaler cette huile sur ses épaules, l'arrière de ses bras, descendre légèrement vers son buste sous ses aisselles. Paul n'avait qu'une envie descendre un peu plus bas, pour jouer avec cette magnifique poitrine, mais il se concentra sur le dos. L'huile était déjà étalée, mais il continua de lui masser lentement le dos, appuyant entre ses omoplates et la colonne, poussant les muscles et tendons, que c'était bon.

"Mhh ça fait un bien fou. Merci"

Allumeuse comme elle l'était Zoé saisi l'occasion en plein vol. Elle se coucha encore plus confortablement sur le ventre, dégrafa son soutient gorge, enleva les bretelles et posant sa tête sur ses bras croisé :

" Fait toi plaisir, mon dos est à toi."

Paul, failli défaillir, ses mains tremblèrent d'excitations durant quelque secondes, puis il se ressaisi. Il avait un magnifique dos devant lui, et savait que cette poitrine était de plus en plus accessible et qu'il suffirait qu'elle se lèvent pour profiter du spectacle. Il ne voulait pas que le dos, mais que son corps tout entier soit à lui.

Jeanne l'avait regarder sortir et son manège, son plug n'était pas visible, même en se concentrant et sachant qu'elle en avait un. Par contre elle n'avait pas vu que Cassandra l'observait elle :

"Tu pourrais être discrète quand tu la mate quand même."
"Hein quoi ? Non pas du tout."

Elle avait été prise au dépourvut, cela faisait un moment que ça ne lui était plus arrivé. Elle devait se ressaisir et prendre le dessus :

"Et puis de toute façon je fait ce que je veux. Je suis sûr que tu as profité du spectacle aussi."

Jeanne éclaboussa Cassandra, espérant reprendre le dessus. Même si elle n'était pas fière de sa phrases, mais c'était mieux que rien.

"Bien évidemment, mais j'espère que tu n'es pas de celle qui se plaignent des garçons qui ont un regard insistant sur tes courbe. Si tu n'es pas capable de faire mieux. Je l'ai fait en toute discrétion, moi au moins."

Jeanne avait envie de lui clouer le bec en lui répondant, "de toute façon moi j'ai déjà eu accès à ses courbes et bien plus." Mais cela n'aurais fait que mettre de l'huile sur le feu et éventer leur plus grand secret. Et puis Cassandra aussi avait eu accès au corps de Zoé, il y a plusieurs années certes, mais elle avait pu jouer avec aussi. Elle trouva une excuse bidon :

"Tu sais en collocation on fait plus vraiment attention à certaines chose. Et puis elle est magnifique quand même."

Cassandra s'approcha d'elle, et parla plus doucement que d'habitude, comme pour être sûr que les autres ne l'entendrais pas :

"Tu sais que tu es pas mal non plus."

"Le gras c'est la vie" Karadoc (Kaamelott Livre II, Corpore sano)

RépondreCiter
Posté : 23 juillet 2019 0 h 24 min
Legras
(@legras)
Testeur de Sextoys
Messages
Level 22
De haut en bas
 
Jeanne se tourna surprise vers Cassandra.
 
"Hein, euh merci."
 
Elle s'enfonça un peu plus dans l'eau, pour essayer de cacher ses joues qui rougissaient. Elle ne s'attendais pas à ce genre de remarque et une approche aussi ouverte venant de Cassandra, qui il faut l'avouer était une belle femme aussi. Cassandra s'était encore rapprochée, ses jambes venaient frôler celles de Jeanne. 
 
"Allons fait pas ta timide. Tu es une belle femmes et tu le sais très bien, arrête de te cacher derrière Zoé."
 
Elle avait touché juste. Jeanne ne se considérait pas forcément comme une belle femme car Zoé était toujours avec elle, prenait les devants attirait les regards. Elle se comparais à son amie se dénigrant, alors qu'elle aussi avait de belle cartes en main. Et sans s'en rendre compte, en dominant son amie, elle était devenue plus sûr d'elle dans la vie de tout les jours. Elle avait gagnée en charisme et prestance, ce qui rend une femme encore plus belle.
Elle devait faire un choix, soit sortir de l'eau et fuir cette situation, soit saisir l'occasion faire du rentre dedans aussi et avoir une expérience avec une autre femme.
Son regard changea, plus profond, un certains calme pouvait se faire sentir :
 
"Oui c'est vrai, merci. Et d'ailleurs t'es pas mal non plus, toi aussi."
 
En répétant sa phrase elle montrait qu'elle avait compris le but poursuivit par Cassandra, et la blonde le compris aussi. Leur regard se plongèrent l'un dans l'autre, une sorte de duel de regard, laquelle allait flancher d'abord ? Etant dans le courant elle devait bouger sans cesse, la main de l'une croisa le bras de l'autre et le saisi. Elles se retrouvèrent à se tenir par les coude et tourner l'une en face de l'autre. Jeanne pris une petite initiative en se décalant derrière quelques roseaux pour échapper à la vision de ceux resté sur la berge. Mais de toute façon ils étaient bien occupé.
 
Paul se sentait de plus en plus à l'étroit dans son caleçon de bain. Cette magnifique femme était là, quasi nue devant lui et il avait accès à son corps en quelque sorte. John lui regardait la scène avec envie, lui aussi avait son entrejambe qui le dérangeait un peu. Il admirait Zoé tout en prenant soin du feu, qui commençait à rougeoyer. Il vit Paul se pencher vers l'oreille de Zoé et celle-ci hocha la tête d'approbation. Paul qui était placé sur le flanc de Zoé l'enjamba et posant ses genoux de part et d'autre se positionna au dessus de ses fesses pour pouvoir être plus à l'aise. Son érection n'en était que plus visible.
 
"Et ton copain il sais aussi masser ?"
"Bien sûr !"
 
John avait répondu dès la fin de la question, sans laisser à Paul le temps de réfléchir, il n'attendais que cela. Zoé lui tendis le flacon d'huile solaire :
 
"Tu peux t'occuper de mes jambes ? J'ai l'impression que je n'en ai pas assez mise."
 
En moins de temps qu'il n'en faut pour le dire, John s'était levé, pris le flacon et positionné aux pieds de Zoé. En chemin il croisa le regard noir de Paul. Certes le dos était magnifique et offrait un hypothétique accès au torse, mais les jambes permettait d'avoir une vue magnifique sur le fessier et permettait de frôle le bas de ces fesses.
 
John s'enduisit les mains d'huile et commença à l'appliquer en partant du bas des mollets. Lentement il appuyait sur les muscles, les poussant en haut, en bas, à gauche, à droite. Il appuyait avec son pouce bien au centre et remontait en direction du genou. Finalement il arriva aux cuisses, elles étaient pas trop ferme, agréable à toucher, à envelopper de sa main et serrer légèrement. En étalant l'huile il prenait plaisir à faire bouger les cuisses de gauche à droite, répercutant le mouvement sur les fesses. Qu'est-ce qu'il aurait voulu s'en occuper aussi.
 
Zoé se sentait une véritable reine, deux hommes à son service s'occupant d'elle, lui obéissant immédiatement. Elle savait que leur aide était intéressée, mais elle s'en fichait elle jouait facilement et ouvertement avec ça. Elle voulut aller plus loin encore. Toujours sa tête posée sur ses bras, regardant dans le vague vers le feu elle demanda nonchalamment :
 
"John, tu peux me masser les pieds ? J'adore ça et apparemment tu masse aussi bien que Paul."
 
Immédiatement elle le sentit bouger. Il se mit dos à Paul, au dessus de ses cuisses. Elle sentit son pied droit être saisi et être doucement remonter, elle pliait la jambe avec délice. Les pouces de John vinrent danser en appuyant plus ou moins sur sa voûte plantaire, tantôt lentement, tantôt plus rapidement. Sa voûte était tirée fortement vers ses orteils, le pied en lui même replié et tendu. Manifestement John n'était pas à ses premiers pied massé. La jambe fut redescendue lentement et l'autre subit le même sort.
 
Paul ne voulait pas être mis de côté. Il s'affaira encore plus sur le dos devant lui. Il descendit le long de la colonne lentement, en poussant vers l'extérieur à l'aide de ses pouces. Il refit le même mouvement en remontant. De ses paumes il poussa les omoplates vers l'extérieur, lentement, puissamment. Il tourna légèrement la main pour poser ses doigts vers l'épaule et en y prenant légèrement appuis continua de masser la zone entre l'épaule et l'omoplate de la paume de la main. Une fois ceci fait de chaque côté il saisi délicatement le muscle entre l'épaule et le cou. Il se tordait dans deux directions différente, Zoé fut surprise mais vite rassurée le mouvement était doux, ferme et très agréable. Ces deux muscles furent malaxé, Paul remonta le long de son cou avec des petits mouvements circulaire de ses pouces.
 
Zoé était dans un autre monde, ces deux hommes s'occupait parfaitement d'elle, leur massage était précis, sûr et très agréable. Elle ne les avait pas vu, mais elle se doutait très fortement qu'il devait être en érection. D'ailleurs, elle aussi sentait une chaleur dans on bas ventre. Deux hommes s'occupait parfaitement d'elle, le plug se rappelait de temps en temps à elle et risquait d'être découvert ce qui augmentait l'excitation d'un cran.
Elle commençait à sécher, mais elle avait peur de se trahir en était toujours très humide vers sont entrejambe. 

"Le gras c'est la vie" Karadoc (Kaamelott Livre II, Corpore sano)

RépondreCiter
Posté : 23 juillet 2019 19 h 00 min
Legras
(@legras)
Testeur de Sextoys
Messages
Level 22
L'eau ça mouille
 
Pendant qu'on s'occupait bien de Zoé, Jeanne et Cassandra s'occupait bien entre elles aussi.
En effet, hors de vue depuis la berge les deux femmes s'étaient rapprochée, afin de devenir très intime.
 
En effet au milieu des roseaux les distances s'étaient fortement réduite. Cassandra avait été la première à lancer l'offensive, sa main s'était glissée derrière Jeanne, lui effleurant les côtes. Une fois la main plaquée dans son dos elle la tira vers elle et lui plaqua sa bouche contre la sienne. Jeanne lui laissa le contrôle, leur lèvres entrouvertes laissait passer leur langue. Cassandra jouait par moment à mordiller la lèvre supérieur de Jeanne. Les mains étaient descendue d'un niveau, venant agripper les fesses de chacune pour venir coller encore plus les corps entre eux.
 
Au travers de leur maillot de bain les corps venaient se frotter l'un à l'autre. Après un moment d'échange de tendresse et de caresse, Jeanne pris les commandes à son tour. Elle repoussa en douceur Cassandra, son regard plein d'envie et de désire plonger dans ses yeux. Une fois leur corps séparé, Jeanne poussa lentement la bretelle gauche du soutient-gorge de Cassandra, et fit de même avec la bretelle droite. Cassandra la regardait faire, souriante. Pendant que Jeanne tendais son bras gauche pour lui descendre sa bretelle droite, elle voulu faire de même avec le maillot de Jeanne.
 
Cassandra tendis son bras gauche, Jeanne le lui saisi en douceur et fit un léger non de la tête. Les mains disparurent sous l'eau. Jeanne lâcha le poignet et saisi le soutient-gorge de Cassandra et le descendit le faisant glisser du mieux possible vers son ventre. Une fois les seins libérés, Jeanne les saisit pour les malaxer et sentir leur fermeté. Cassandra soupira de plaisir, elle aussi semblait en feu. S'approchant d'elle Jeanne lui fit un clin d'oeil avant de disparaître légèrement sous l'eau. Sa bouche s'approcha de l'aréole gauche de Cassandra l'aspira et le titilla avec ses dents. Les mains de Jeanne étaient revenue s'accrochées aux fesses de Cassandra. Cassandra elle avait saisi la tête de Jeanne et la lui écrasait contre sa poitrine.
 
Jeanne espérait avoir pris le contrôle, mais en fait elle s'était offerte en pâture à Cassandra. En effet, Cassandra pris Jeanne par les cheveux l'obligea à sortir la tête de l'eau pour prendre une grande inspiration. Sans lui laisser le temps de prendre une initiative elle lui enfonça la tête sous l'eau à nouveau pour qu'elle s'occupe de son autre sein. Jeanne d'un côté s'en voulais d'être prise ainsi en main, mais aimait quand même cette perte de contrôle. Elle jouait avec ce téton, qui emplissait sa bouche. Ses mains accroché à de magnifique fesses, ferme.
 
Cassandra profitait de la situation, elle avait une sublime jeune femme qui s'occupait de sa poitrine, tout en lui malaxant ses fesses. Elle l'avait entre ses main, la dirigeant la dominant. Heureusement qu'elle était déjà dans l'eau, car elle sentait que son entrejambe était bien humide, mais pas d'eau. Elle ressorti Jeanne de l'eau, ses cheveux venaient se coller sur son visage. Jeanne voulut les écarter du visage, mais Cassandra lui saisi à son tour les main et fit non de la tête.
 
Lentement elle les lui passa dans le dos et les croisa. Cassandra s'était penchée pour pouvoir avoir assez de force, son visage se trouvait à côté de celui de Jeanne :
 
"Bien et maintenant tu ne bouge plus. Compris ?"
 
Jeanne était encore en train de récupéré son souffle. Entre l'apnée forcée et l'excitation qui montait elle peinait à retrouver son calme. La bouche entrouverte elle haletait, ses cheveux entraient et sortaient au grès de sa respiration. La voila au rang de soumise, mais Cassandra semblait être à l'aise dans son rôle de Dominatrice, elle dégageait une certaine aura de sûreté qui mettait en confiance.
 
Jeanne écarta légèrement les jambes afin d'être bien stable, les bras croisés dans le dos. Elle baissa légèrement la tête et dans un petit sourire répondit :
 
"Oui Maîtresse."
 
Par ces simple mot, non seulement elle montrait qu'elle acceptait sa condition, mais surtout qu'elle connaissait le monde du BDSM.

"Le gras c'est la vie" Karadoc (Kaamelott Livre II, Corpore sano)

RépondreCiter
Posté : 24 juillet 2019 22 h 45 min
Legras
(@legras)
Testeur de Sextoys
Messages
Level 22

Le feu ça brûle

 
Cassandra sourit à la réponse de Jeanne. Elle plaça sa main sur sa joue, tout en tendresse et affection. Jeanne appuya légèrement sur cet nouvel appuie, comme pour montrer quelle se sentait en sécurité avec elle. Cassandra fit glisser sa main en direction du menton et la retira tout continuant sa caresse sur le menton :
 
"Bien je vois que tu connais la base. Ne bouge pas je reviens."
 
Sans attendre de réponse elle se tourna, remit ses bretelles en place et partis en direction de la berge. Sans vraiment être surprise elle vit John et Paul en train de s'occuper de Zoé, les 3 étaient beau à voir. Mais à leur côté d'eux le feu perdait de son intensité et les braises commençaient à faiblir :
 
"Je vous ai demandé de vous occuper du feu pas de Zoé !"
 
Le ton était entre la reproche et l'ironie. Paul réagit le premier et du coup ne se souciait plus vraiment de Jeanne. Il se leva remit rapidement du bois dans le feu :
 
"Pardon Cass, on était ... distrait."
 
Ce dernier mot était dit, presque comme une question, il n'était pas sûr que cette excuse suffirait. Une fois le bois au feu il se mit à quatre pattes la tête vers les braises et commença à souffler pour raviver le feu. Cassandra s'était déplacée vers la tête de Zoé, s'accroupit et parla doucement :
 
"Tu le trouve comment ?"
 
Zoé leva la tête et vit Paul à quatre patte, les fesses dressée dans sa direction, elle semblaient ferme et soutenue par de beaux mollet bien musclé :
 
"Il a l'air pas mal, et en plus il masse comme un dieu."
"J'ai l'impression que tu lui..." Cassandra se tourna vers John qui avait redoublé ses effort depuis la remarque de Zoé "....tu leur plaît beaucoup."
Zoé sourit
"J'ai l'habitude."
"Je ne sais pas à quelle point, car les connaissant, là ils te mangeraient dans la main si tu le leur demandait."
 
Dans un bref éclat de rire Cassandra se releva et partis vers Paul, lui donna une bruyante clac sur les fesses. Zoé qui le regardait toujours réfléchissant à la dernière phrase de Cassandra, sourit jalousement de cela. Paul surpris se releva , Cassandra s'était penchée vers sa tête :
 
"J'avais vu juste, occupez-vous d'elle comme si c'était moi."
 
Le regard de Paul changeât un certains désire y était né.
 
"Mais n'oubliez pas le feu, sinon gare à vous."
 
Dans un grand sourire plein d’innocence et un clin d'oeil elle partis vers le bus. Des bruits de sac s'ouvrant et étant déplacé provinrent du coffre et Cassandra revint. Elle dissimulait un objet à la vue de Zoé, qui de toute façon ne lui prêtait pas plus d'attention que cela.
 
Paul avait redonner un second souffle au feu, qui était repartis de plus belle. Il avait mit une surdose de bois pour être tranquille un moment. Les flammes léchaient les premières bûches, lentement mais sûrement. Zoé regardait ces flammes qui avec une certaines délicatesse enlaçait ces morceaux de bois, faisant de multiple va et viens, comme une langue sur une glace. Elle était en train de se faire des films dans sa tête, s'imaginant être choyée comme cette bûche par cette flamme. Paul était revenu à son niveau et allait à nouveau l'enjamber pour s'occuper de son dos. Zoé voulu tester les paroles de Cassandra :
 
"Non plus le dos. Pendant que John s'occupe de la jambe droite, toi tu fera la gauche."
 
Elle avait dit cela, sans vraiment les regarder, comme si ils n'avait pas voix au chapitre et se devaient d'obéir. John se déplaça à son tour, se mettant sur le côté de Zoé pour laisser la place à Paul. Zoé resta couchée sur le ventre, appréciant ce pouvoir quasi totale sur ces deux hommes. Evidemment ses cuisses étaient abondamment massées, elle les imaginaient en train de rêver s'occuper de ses fesses ou maladroitement faire glisser leur main vers celles-ci. L'effet était divin, les doigts dansant sur sa peau lui donnait l'impression que 20 hommes étaient en train de s'occuper d'elle. Après un peu moins de dix minutes elle les coupa dans leur massages :
 
"Bien, maintenant à mes pieds et chacun le sien."
 
Aucune réaction des hommes, comme si il était normal de leur parler comme ça. Ils se déplacèrent à ses pieds et essayèrent tant bien que mal de les lui masser. Mais avec les talons vers le haut et les orteils posés au sol, il était très difficile de les masser. Les hommes tentèrent des soulever les pieds pour facilité les choses, mais les pieds n'étaient clairement pas dans le bon sens. Zoé les leur retira des mains d'un geste vif et pliant les jambes se tourna, laissant volontairement le soutient-gorge sur le linge :
 
"Comme ça ce sera mieux je pense."
 
Les paires d'yeux qu'elle avait devant elle semblait bloqués sur sa poitrine, ses lourd seins libre les hypnotisaient véritablement. Sans faire de remarque elle se coucha sur le dos, ses seins s'écrasant sous leur poids sur sa poitrine. Elle écarta les jambe, invitant à y plonger le regard. Les hommes semblaient toujours bloqué sur la poitrine. Zoé s'était installée les bras croisé sous la tête, ses lunettes de soleil empêchant de voir où elle regardait ou si elle avait les yeux ouvert :
 
"Messieurs ! Mes pieds ne vont pas se masser tout seul."
 
A ces mots, les massage reprirent lentement, les hommes avaient clairement l'esprit ailleurs.
 
Pendant ce temps Cassandra était retournée dans l'eau vers Jeanne. Jeanne n'avait pas bougé, elle l'attentait en tenant du mieux possible la position et sa place, malgré les remous de l'eau. Au bruit de quelqu'un entrant dans l'eau elle tourna la tête, pourvu que ce soit Cassandra et pas un des autres, comment expliquer ce qu'elle faisait là sans bouger. A la vu de Cassandra elle sourit et baissa à nouveau la tête.
 
"Bien je vois que tu sais obéir en plus. Je t'ai apporté une petit récompense pour cela."
 
Et elle sortit de l'eau un petit objet étrange.

"Le gras c'est la vie" Karadoc (Kaamelott Livre II, Corpore sano)

RépondreCiter
Posté : 25 juillet 2019 22 h 51 min
Legras
(@legras)
Testeur de Sextoys
Messages
Level 22
Bonne lecture
 

Vibreur, silencieux ou les deux ?

 
Jeanne regarda un moment cet objet, il était mauve, semblait doux au touché. Il avait une extrémité plus grosse et arrondie que l'autre. Elle n'avait pas fini de l'examiné qu'il plongea à nouveau sous l'eau. Cassandra s'approcha d'elle, vint coller sa poitrine à la sienne et lui souffla dans l'oreille :
 
"Ne fait pas trop de bruit, ils vont se demander ce que l'on fait sinon."
 
Et à ces mots Jeanne sentit une vibration lui monter de la culotte. C'était donc un mini vibro-masseur. Petit, mais puissant, à moins que ce ne soit le milieu aquatique qui amplifiait les sensations. Jeanne serra fortement ses mains autour de ses bras, cette soudaine montée de désire et de bien-être devait se manifester, mais impossible de gémir ou soupirer, elle risquait d'être entendue.
 
Alors que sa culotte vibrait, une main vint se saisir d'un de ses seins. En fait elle passa sous son maillot pour prendre directement le sein et le malaxer en douceur. Jeanne jeta un regard mauvais à sa Domina, avec ces caresses le désire montait encore plus vite. Mais Cassandra semblait prendre un malin plaisir à jouer avec, le sein entier mais aussi par moment le téton, le pinçant, le tirant, provoquant quelque "Non" soupiré dans un gémissement de la part de Jeanne.
 
Soudain Jeanne senti comme une grande bouffée de chaleur suivit d'une sensation de douche froide, elle perdait la maîtrise de ses sensations. Cassandra semblait l'avoir remarqué et ôta le vibro de son entrejambe. Il fallut quelque seconde à Jeanne pour revenir à elle, ses bras s'étaient légèrement séparé et était pour ainsi dire emporté par le courant, elle les remit en position. Ne voulant prendre la paroles sans permission, elle se contenta de lancer un regard suppliant à Cassandra, un regard de chienne affamée qui en demandait encore.
 
Sans lui donner réellement ce qu'elle voulait, Cassandra lui plaqua son visage contre le sien et elles échangèrent une profond baiser. Jeanne ne bougeait pas, mais Cassandra elle faisait danser ses mains sur tout son corps, les fesses, les hanches, les cheveux. Jeanne se sentait réellement comme un objet, s'oubliant dans les bras de sa Maîtresse, que c'était bon. en plus dans l'eau ses repères n'étaient plus les même, il lui semblait encore plus avoir l'impression de flotter.
 
Cassandra fini par se reculer, emportant Jeanne dans son élan d'embrassade, elle faillit partir en avant.
 
"Bien maintenant enlève ton bas de maillot."
 
Jeanne la regarda surprise et interloquée. Elle n'allait quand même pas se mettre nue là, devant une ancienne connaissance et deux hommes inconnu pas loin.
 
"Je n'ai pas l'habitude de me répéter, tout du moins, pas sans conséquence par la suite. Donc tu le fait de suite et me le donne."
 
Jeanne se sentait mal, oui l'eau était trouble et on ne verrai pas son entrejambe, oui Cassandra venait de jouer avec son entrejambe. Mais elle se souvint de son sentiment face à Cassandra, elle lui avait inspiré de la confiance, une sérénité. Cassandra savait ce qu'elle faisait, et savait ce qu'elle ne devrait pas faire, style lancer son maillot loin. Jeanne lui avait confiance jusque là, autant continuer. Elle décroisa ses bras, descendit la culotte et la tendis à Cassandra. Dès quelle la lui pris des mains elle se remit en position. D'une main, Cassandra serra fortement la culotte pour l'essorer au maximum.
 
"C'est dommage tu n'auras pas ta mouille, ouvre la bouche."
 
Sans réellement attendre qu'elle l'aille ouverte en entier, Cassandra enfonça la culotte dans la bouche de Jeanne. Elle était humide, avait un goût étrange, sûrement l'eau de la rivière et de la vase remué par ses pieds. Une fois la culotte bien enfoncée, Jeanne referma la bouche comme elle pu. Étonnamment elle réussi à faire toucher ses lèvres l'une contre l'autre. Cet intrus dans sa bouche lui allongea le visage, rapetissa sa bouche.
 
"Dis donc, tu dois en faire des heureux avec une si grande bouche. Avec ça tu sera un peu plus discrète au moins."
 
Et elle glissa sa mains libre entre ses jambes et vint caresser ses grande lèvre. Jeanne ouvrit les yeux de surprise, oui on ne voyait pas son sexe, mais elle ne voyait pas ce que Cassandra faisait non plus. Les caresses étaient précises, douce, lente. Petit à petit les doigts s'enfonçait en elle, venant jouer avec des zones de plus en plus sensible. Le pouce vint se poser sur son bouton de rose, le faisant tourner lentement, le caressant. Jeanne avait l'impression de fondre, elle aurait voulu pouvoir se saisir de ses seins, les caresser ou caresser le corps de Cassandra juste en face d'elle. Mais elle se retint, resta en position.
 
Malgré sa bouche pleine des "Mhhhhggn" de plaisir en sortait, un son lent, grave. D'un coup un cri étouffé se fit entendre, le vibro était revenu à la charge droit sur son clitoris. Elle regarda d'un oeil suppliant Cassandra, elle allait bientôt jouir, peut-être même crier. Son regard était entre la demande de permission et l'excuse d'un possible cri. Cassandra se rapprocha de son oreille :
 
"Si tu dois jouir fait le et laisse toi aller."
 
Jeanne se relâchant légèrement en entendant cela, ne pu contrecarrer le geste de Cassandra. En effet, elle avait sortit la main de son entrejambe et vint pousser sa tête en avant sous l'eau. Cassandra savait lire le corps d'une femme. Car malgré la surprise et le manque d'air, Jeanne jouit sous l'eau, cria tout ce qu'elle pu, vidant tout l'air de ses poumons dans de grosse bulle remontant à la surface. Quand son corps arrêta les spasmes et que les bulles ne remontait plus depuis environs 5 secondes, Cassandra la ressortit prestement de l'eau. Jeanne pris une grande inspiration par le nez et essaya de se calmer durant les secondes suivantes.
 
Elle en voulait à Cassandra pour cette mauvaise surprise, mais voulais la remercier pour cette découverte également. Elle se contenta de regarder la surface de l'eau, d'un air fâchée, mais ne remis pas en question la Domination de Cassandra. Celle-ci lui saisi les cheveux et la tira en direction de la berge pour sortir de l'eau. Jeanne allait protester et commençait à décroiser les bras pour enlever la culotte de sa bouche. Cassandra semblait savoir ce qui allait se passer et lui saisi les poignets dans le dos avant que Jeanne ne puisse faire grand chose, elle avait même eu le temps de ranger le vibro dans sa culotte à elle, telle un revolver :
 
"Ne t'en fais pas, John et Paul sont bien dressé également et je pense que ta "colloque" t'a déjà vu nue non ?"
 
Le mot colloque fut dit sur un ton presque ironique, comme si c'était une excuse pour qu'elles puissent vivre leur relation BDSM en toute tranquillité loin des parents.
En montant sur la berge, John et Paul leur faisait dos, s'occupant des pieds de Zoé. Elle était couchée sur le dos, les seins à l'air, lunette de soleil sur le nez sûrement les yeux fermé car elle ne réagit pas à leur arrivée :
 
"Et toi de ton côté comment cela se passe Zoé ?"

"Le gras c'est la vie" Karadoc (Kaamelott Livre II, Corpore sano)

RépondreCiter
Posté : 27 juillet 2019 21 h 55 min
Legras
(@legras)
Testeur de Sextoys
Messages
Level 22
Déjeunez sur l'herbe
 
Zoé leva la tête pour répondre, mais elle resta comme bloquée. Voir Jeanne arriver vers elle, sans culotte, les bras tenu dans le dos par Cassandra, le visage légèrement déformé était des plus surprenant. Se sachant enfin regardée, Jeanne rougit elle ne pensait pas qu'elle serait ainsi présentée à sa soumise, mais cela l'excitait aussi. Arrivant vers le trio Cassandra s'arrêta :
 
"Tu as tombé le haut, je lui ai fait tomber le bas."
 
John et Paul tournèrent la tête à ces paroles. Juste devant leur regard se trouvait l'entrejambe lisse et toute humide de Jeanne. Evidemment ils arrêtèrent de masser tellement cette vision leur étaient agréable. Mais Zoé ne rouspéta pas cette fois, elle aussi était subjuguée par cette vision. Son entrejambe déjà bien excitée d'avoir deux hommes à son service et s'occupant d'elle depuis tout à l'heure, finit par mouiller sa culotte tellement cette vision était belle.
 
"J'espère que tu ne m'en voudras pas d'avoir jouer avec ta soumise, en même temps je t'ai prêté mes soumis."
 
Jeanne rougit encore plus à ces paroles. Zoé elle mit quelque secondes à assimiler les paroles et leur conséquence. Elle finit par sourire et se tourna vers les hommes :
 
"En tout cas ils sont efficaces. Je te remercie de ce prêt. Pas de soucis pour moi, elle est à toi."
 
Le regard fut rapide et destructeur, mais Jeanne venait non pas de fusiller, mais d'atomiser Zoé de son regard. Zoé ne le vit même pas, elle venait de se recoucher sur le dos.
 
"Mhh je sens que je vais bien m'amuser. Mais avant, John il me semble que le feu est prêt non ? Tu ne veux pas que tes Maîtresses meurent de faim ?"
 
Zoé mouilla un peu plus entendant cela, elle n'avait pas l'habitude d'être appelée Maîtresse encore moins par une autre fille et en publique. John lâcha le pieds de Zoé et mis en étala les braises pour positionner la grille par dessus. Il ouvrit un frigo-box et sortit des brochettes marinée. Elles furent positionnées sur la grill faisant chanter leur huile. Zoé finit par tourner la tête vers le feu :
 
"Et il n'y a rien à boire ?"
 
Zoé et Jeanne, n'avait amené que quelques soda sans alcool, pensant que ce serait un pic-nique standard. Mais à voir Cassandra avait prévu bien plus que cela :
 
"Si tu as bien raison de demander. Tu veux qu'on meurt de soif aussi ?"
 
La remarque, cinglante était pour John qui s'occupait encore des brochettes.
 
"Non Maîtresse, pardon."
 
Il sortit du frigo une bouteille de champagne et du sac à côté des verres à pieds en plastique.
 
"Attends, laisse Jeanne faire."
 
Elle lui lâcha les mains et appuyant sur son épaule la força à se mettre à genoux à côté de John. Sans rien dire, Jeanne pris la bouteille et un verre et commença à le remplir. Une fois plein elle le tendit Cassandra qui ne le prit pas. Jeanne la regarda surprise.
 
"Apparemment ta Maîtresse ne t'as pas enseigner l'art du service. John exemple !"
 
Il se leva, prit le verre de la main de Jeanne. Il le posa sur la paume d'une de ses mains et de l'autre il le tenait bien droit. Il se plia presque à 90° les bras en avant :
 
"Maîtresse."
 
Cassandra sourit, prit le verre sans remerciement bu une gorgée et le reposa dans les mains de John. Elle ignora Jeanne et se tourna vers Zoé :
 
"Tu vois, un soumis serviable est toujours utile."
"En effet, Jeanne sert moi !"
 
Zoé prenait une douce revanche sur sa colloque. Jeanne allait se lever pour faire la courte distance les séparant :
 
"Tss tss tss, vient vers moi à genoux et ne me quitte pas des yeux !"
 
Zoé mouillait de plus en plus, ce pouvoir mêlé aux massage de Paul toujours à ses pieds était divin. Le regard que Jeanne lui fit n'était pas un regard docile, mais plutôt d'avertissement. Du style "Ce soir tu va prendre chère ma pauvre", mais Zoé n'y prétait pas attention jubilant du moment présent. Arrivée à sa hauteur Jeanne servit le verre, posa la bouteille et faisant un dos rond tendis les bras en avant tenant le verre comme John. Zoé se redressa, s'appuyant sur un de ses coudes, ce qui la fit légèrement pivoter, faisant pendre librement sa poitrine. Zoé là regarda sans rien dire ni bouger, elle semblait attendre quelque chose. Jeanne déglutit et fini par lâcher un :
 
"Maîtresse."
 
Mais ce fût à contre coeur, elle venait de s'afficher comme soumise en publique. Zoé prit le verre le tendis vers Cassandra :
 
"Tchin."
 
Et bu une gorgée.

"Le gras c'est la vie" Karadoc (Kaamelott Livre II, Corpore sano)

RépondreCiter
Posté : 29 juillet 2019 16 h 05 min
Legras
(@legras)
Testeur de Sextoys
Messages
Level 22

Sur le grill

 
Les deux Maîtresse burent leur coupe. John et Jeanne était restés à genoux devant elle les mains en avant. Jeanne fut la première à poser son verre vide et ne savait quoi faire maintenant, elle observait du coin de l'oeil John qui avait encore les mains vide. Finalement Cassandra posa son verre, John le récupéra et se leva et partis vers le feu, Jeanne fit de même. Elle commençait à avoir mal au bras, elle n'avait pas l'habitude de les avoir tendu aussi longtemps.
 
Arrivé près de John elle posa le verre à côté de celui de Cassandra, un petit plateau argenté avait été sortit d'un sac et posé. Sans se soucier de sa camarade de soumission, il se tourna vers le grill et s'occupa des brochettes. Jeanne ne sachant que faire, elle se remit à genoux et croisa les bras dans le dos écartant les jambes. Elle regardait Zoé, prendre son pied ainsi massée et élevée au rang de Maîtresse d'un jour. Elle se demandait comment elle allait justifier le plug qu'elle avait dans les fesses si il venait à être découvert.
 
"Soumise !"
 
Jeanne tourna la tête vers Cassandra, c'était la seule soumise.
 
"Très bonne position d'attente, ta Maîtresse t'as quand même appris quelque chose on dirait. Debout, garde les bras dans le dos et suis-moi."
 
Sans dire un mot elle s'exécuta et suivit Cassandra vers le bus. Là dans le coffre elle ouvrit une valisette, à l'intérieur de multiple corde était soigneusement rangée. Une sueur froide parcourue Jeanne, elle n'allait tout de même pas l'attacher dehors, à la vue de tous ? Un courant d'air lui caressa l'entrejambe, en même temps elle était cul nu depuis un moment et cela ne la gênait plus.
 
Sans aucune gêne Cassandra déplia une corde, et comme Jeanne l'avait fait sur Zoé elle la lui passa autour de la taille et entre ses jambes. Le bout supplémentaire pendait devant elle, voila une belle laisse pour la promener. Cassandra pris d'autre cordes et commença à lui attacha les bras l'un avec l'autre, alors qu'ils étaient toujours croisé dans son dos. La corde passa par dessus ses épaules, la forçant à relever ses bras et tendre sa poitrine vers l'avant. 
 
Cassandra se recula la regarda :
 
"Magnifique ! Il ne manque plus que la touche final pour te rendre encore plus chienne."
 
Sous les yeux stupéfait de Jeanne, elle sortit de la valisette une sorte de fausse bouche en silicone rouge, avec de grosses lèvres devant et le milieu ouvert. Des sangles partait de part et d'autres, sur le haut et les bas également.
 
"Fait aaaaa !"
 
Sans réellement attendre qu'elle accepte ou commence à faire le son, Cassandra lui força la bouche l'obligeant à porter cet étrange bâillon. Les sangles furent rapidement attachée, la voilà forcé à garder la bouche ouverte avec de grosse lèvre vulgaire l'entourant. Les sangles passait en partie devant ses yeux, elle s'imaginait avec ces trait lui biffant le virage, qui devait encore plus la rendre vulgaire.
 
516Sd5Xa%2B7L.jpg
 
Cassandra l'observa à nouveau et sourit. Elle prit la corde entre ses jambe et tira dessus. Bien malgré elle Jeanne la suivit. Arrivée près du campement elle dit tout haut :
 
"Je me suis permise quelque modification sur ta soumise. J'espère qu'elles te plaisent."
 
Sans se soucier de Paul, Zoé se tourna sur le ventre et releva la tête. Devant elle une Jeanne comme elle ne l'avait jamais vue. La poitrine lancée en avant, les bras caché dans son dos, cette corde lui enserrant la taille la rendant encore plus fine et ce bâillon attirant le regard donnant envie d'aller jouer avec.
 
"Tu as à bien fait."
 
Elle se leva, torse nue, et alla vers les filles. Dans son mouvement elle sentit le plug se caler en elle, plus que gênant c'était excitant. Jeanne la regardait venir, craignant la suite. Zoé commença à caresser son buste, lentement, jouant avec les cordes aux épaule, soupesant les seins ainsi tendu en avant. La main descendit à l'entrejambe, Jeanne par réflexe, se cambra en arrière pour y échapper. Ce mouvement la rendit encore plus provocante et donnait encore plus envie d'aller jouer avec. Son vagin était trempé, elle était excitée comme jamais. Zoé la caressa, passa un doigt le long de ses lèvres, les écarta. Jeanne gémissait de bonheur, sa bouche grande ouverte ne retenait aucun son, ni sa bave qui commençait à couler.
 
Cassandra les regardait jouer ensemble, et commença à se caresser elle aussi. La vision était torride. Elle glissa sa main sous son maillot et joua avec ses lèvres, de l'autre elle s'écrasait un sein.
 
"Paul vient là ! A genoux !"
 
Rapidement il se leva et se positionna à genoux devant Cassandra. Sans plus attendre elle lui plaqua son visage contre sa culotte déjà toute mouillée. Et apparemment il savait ce qu'il devait faire avec sa langue, car Cassandra commença à gémir elle aussi. Sans se soucier si quelqu'un passait, les filles se faisait plaisir, là au bord de l'eau. Après quelque minutes de bonheur John cassa l'ambiance :
 
"Maîtresses, je m'excuse mais c'est prêt. Si vous ne voulez pas manger froid."

"Le gras c'est la vie" Karadoc (Kaamelott Livre II, Corpore sano)

RépondreCiter
Posté : 30 juillet 2019 15 h 52 min
Page 12 / 13
Partagez sur les réseaux sociaux:

Veuillez Connexion ou Inscription