Forum

Règles de collocati...
 

Règles de collocation  

Page 11 / 11
  RSS
lamourette12
(@lamourette12)
Level 3

Ah oui ! La fin est affreuse ! L-O-L juste une phrase qui tient le suspense en haleine

RépondreCiter
Posté : 16 novembre 2018 22 h 33 min
Legras
(@legras)
Testeur de Sextoys
Level 19

C'est toujours important de garder le lecteur en haleine. 😀

RépondreCiter
Posté : 16 novembre 2018 22 h 42 min
Legras
(@legras)
Testeur de Sextoys
Level 19

Allez la suite, en espérant qu'elle soit assez claire :

En profondeur

 
Jeanne revint, et sortit 2 préservatifs de son pantalon. Zoé ne comprenait pas vraiment ce qui allait arriver, même si elle espérait en profiter. Jeanne  s'agenouilla devant son amie menottée elle lui écarta les jambes d'un geste sec. Ce qui arracha un petit cri de surprise à Zoé. L'accès à son vagin, entretenu mais toujours poilus, était fait. Jeanne plaça deux doigts dans la bouche de Zoé, en la forçant à les sucer. Elle s'appliquait à les prendre en bouche, profondément, lentement, jouant avec sa langue autour de ceux-ci. Lorsque les doigts furent enlevé la tête de Zoé partis légèrement en avant, elle voulait continuer.
 
Les doigts furent présenté devant les grandes lèvres de Zoé, venant les caresser et les pénétrer. Jeanne la pénétrait pour la première fois, les doigts plein de salive glissait sans soucis, aidé par la cyprine de Zoé. En fait pour Zoé c'était la première fois que des doigts la visitait, des pénis, langues ou même des sextoys rarement, mais des doigts une première. La sensation était magnifique, sentir ces appendices bouger séparément l'un de l'autre, venir la caresser de l'intérieur était indescriptible et bien différent de tout le reste. Les bras maintenu en arrière elle cambra son dos pour guider Jeanne ou l'obliger à aller plus profond. Elle aurait voulu avoir une main libre pour venir se caresser le clitoris et atteindre l'orgasme encore plus rapidement, mais impossible.
 
Alors qu'elle respirait de plus en plus fort, faisant bouger sa poitrine de plus en plus visiblement, elle sentait le désir et l'envie de jouir monter, mais juste avant de pouvoir tout libérer Jeanne enleva ses doigts :
 
"Noooonnnn, continue." Elle tirait sur ses bras pour tenter de les libérer et continuer la masturbation. Mais dans sa position impossible de faire quoi que ce soit. A sa grande surprise les doigts revinrent dans sa bouche, la voilà à sucer sa cyprine, vu son excitation elle aurait fait n'importe quoi pour la maintenir elle les avala et les suça comme une verge.
 
Sans tenir compte de l'état d'excitation de son amie Jeanne se releva, récupéra ses doigts et partis dans sa chambre récupérer le sac d'accessoires. Zoé la suivait du regard, qui mixait la pitié et la colère. Sans en tenir compte, Jeanne posa le sac à ses côtés et sortit le vibromasseur, des frissons parcoururent l'échine de Zoé, elle ressentait déjà l'effet de celui-ci sur son corps. Jeanne commença à lui parler, en la menaçant presque avec le sextoy :
 
"Je vois qu'en plus d'utiliser de la drogue, vous avez une vie sexuelle différente des autres. Et en plus avez l'air d'aimer ceci."
"Oui Madame l'agent. J'ai découvert ceci récemment et je m'y plait."
 
matraque
 
En écoutant la réponse d'une oreille, Jeanne s'était tournée vers la table et avait installé les préservatifs sur les deux manches de la matraque et avec du scotch elle fixa le vibro sur l'autre extrémité de celle-ci.
 
"On va voir si tu aimes ceci alors."
 
Elle fit glisser lentement un manche dans son entrejambe, il était de taille moyenne, un peu cranté donc les lèvres de Zoé était stimulée à chaque crans. Evidemment Zoé sentait à nouveau le désire monter, une fois le manche à moitié inséré Jeanne posa la matraque sur la chaise. Le poids du vibro forçait celle-ci à remonter, pour le plus grand plaisir de Zoé. Jeanne enjamba à nouveau son amie et posa l'autre manche, dirigé vers le haut contre son pubis, sans l'insérer.
 
Se sentir remplie avec une femme sur les genoux faisait disjoncter le cerveau de Zoé. Les bras de Jeanne revinrent de chaque coté de sa tête et leurs bouche se retrouvèrent, les yeux de Zoé se fermèrent. Lorsque le baiser commença à être échangé, Jeanne ondula du bassin, faisant bouger la matraque dans Zoé qui ouvrit les yeux de surprise. Elle sentit la bouche de Jeanne se tendre dans un sourire, satisfait de son effet. Cette fois elle sentait leurs seins se frotter, augmentant les sensations, et sentir les cuisses à nue glisser l'une sur l'autre avec quelque chose bouger en elle était euphorisant. Zoé perdis le contrôle de sa bouche, tellement les ressentit étaient fort et puissant, son corps n'était plus qu'un champs en feu de désire. Elle avait gardé les yeux ouvert, mais avait un regard vague et vide. Sentant que son amie partait lentement vers un puissant orgasme, Jeanne s'arrêta à nouveau. Soulevant lentement son bassin elle s'empala à son tour sur un manche de la matraque, son excitation l'avait fait mouiller et facilitait l'introduction, le bout élargit vint se bloquer dans son vagin lui permettant de la maintenir plus facilement et était si agréable à sentir en elle. Les voila relié par un objet, chaque mouvement de l'une se ressentait sur l'autre.
 
"On va finir en beauté."
 
Elle passa une main sous ses fesses et alluma le vibromasseur, arrachant un cri de bonheur à Zoé.
RépondreCiter
Posté : 17 novembre 2018 15 h 53 min
lamourette12
(@lamourette12)
Level 3

Au plaisir de te lire ! 😀 J'espère que le prochain récit sera moins répétitifs??? 😉 Je t'es envoyer un début de récit. Peut être que tu pourras t'en inspirer???

RépondreCiter
Posté : 16 décembre 2018 23 h 11 min
Legras
(@legras)
Testeur de Sextoys
Level 19

C'est vrai que je tourne un peu en rond. Il va falloir que je trouve un moyen, j'ai quelques piste. Une petite suite, après une longue pause. Peu d'inspiration ces temps-ci 

 
Richter interne
 
Zoé se concentrait entièrement sur ce qui se passait dans son entrejambe. Jeanne avait beau être couchée sur elle, l'embrassant profondément, cela lui importait peu, ces vibrations étaient une telle libération que plus rien n'existait.
Jeanne, elle, profitait aussi des vibrations, mais profitait encore plus du corps de son amie, offerte à elle. Sa langue jouait avec celle de Zoé, qui semblait bouger par réflexe plus que pour lui répondre. Ses mains avait quitté l'arrière de la tête pour venir s'occuper de sa poitrine, là aussi la réaction attendue n'eu pas lieu, seul le bassin de Zoé semblait en vie, le reste du corps était comme inhabité. Jeanne cessa de s'occuper du haut de sa prisonnière et elle vint s'agripper au dossier de la chaise.
 
Décollant son buste et venant appuyer son front sur celui de Zoé elle capta son regard, ou en tout cas elle était face à ces yeux, même si son regard était vide. Lentement elle reculât son bassin, faisant bouger l'autre extrémité du manche chez Zoé, à chaque cran Zoé avait comme une décharge, tentant de sauter sur sa chaise. Seul 2 à 3 crans étaient sortit, souriant tel un prédateur, elle bascula son bassin en avant, tout aussi lentement qu'avant. Cette fois en plus des secousses, Zoé émettait des cris de plaisirs, elle était comme une poupée de chiffon attachée sur cette chaise, ne se préoccupant que d'éprouver du plaisir.
Jeanne sentait aussi le plaisir de ces vibrations, lié à sa position de domination, l'orgasme montait lentement mais sûrement. Mais elle s'occupait avant tout du plaisir de sa soumise.
 
Elle recommençât à reculer le bassin, Zoé commençait à respirer de plus en plus fort et à tenter de faire partir son corps en avant. Jeanne mettait toute sa force dans sa nuque pour lui maintenir la tête en arrière :
 
"Prépare toi à jouir."
 
Cette phrase sembla ramener Zoé à la réalité, son regard changea et elle semblait se rendre compte seulement maintenant que Jeanne la regardait droit dans les yeux, son corps semblait retrouver vie partout. Mais avant qu'elle ne puisse avoir une autre réaction, Jeanne basculât d'un coup sec son bassin, faisant rentrer rapidement le manche de la matraque dans Zoé. Un cri de surprise et de plaisir lui fût arraché, son regard semblait s'être remplis de fureur contre cette pénétration surprise. Jeanne n'y prêta pas attention et continua de basculer son bassin, de plus en plus rapidement.
 
Jeanne sentait les ondes de plaisirs monter de plus en plus rapidement également, elle recula sa tête et la basculât en arrière. Une main lâcha le dossier et partis vers son entrejambe et caressa ses lèvres externe. Elle basculait toujours son bassin, mais plus pour Zoé cette fois, uniquement pour son plaisir et sentir le manche bouger en elle. Son autre main lâcha également le dossier et vint s'occuper de sa poitrine, Zoé ne lui servait que de chaise. Mais Zoé n'en avait rien à faire, tellement l'orgasme était proche, elle voulut elle aussi se caresser mais impossible avec les mains menottée dans le dos. Elle bougeât à son tour le bassin pour prendre le plus de plaisir possible.
 
Ce fût Zoé qui joui la première. De grande vague de spasmes secouèrent son corps et la vidait de toute son énergie, vague après vague. Jeanne ne s'en occupait plus, elle était concentrée uniquement sur son plaisir et l'orgasme arriva à son tour. Ses mains allèrent s'agripper au dossier, et chaque vague de jouissance lui fit basculer le bassin, venant exciter à nouveau Zoé. Jeanne se laissa fondre sur Zoé, la matraque toujours en place et toujours vibrante.
 
Jeanne éteint le vibromasseur mais resta en place. Les deux filles restèrent un long moment l'un sur l'autre, pour récupérer et profiter de ce moment. C'était la première fois que l'une comme l'autre avait une relation de ce type avec une autre femme et cette première fois était épique.
 
Jeanne fini par se lever, laissant Zoé menottée sur la chaise, la matraque toujours installée dans son vagin. Elle devait serrer son entrejambe pour que celui-ci ne tombe pas sous le poids du vibromasseur. Jeanne récupérât une corde dans le sac et l'attachant au manche verticale elle la fit passer autour du bassin de Zoé, venant enfoncer la matraque plus profondément qu'avant. Chaque crans du manche faisait sursauter Zoé, qui était devenu très sensible après ce premier orgasme. La matraque était solidement installée dans Zoé, elle tenta de se débattre mais cela n'eu comme effet que de faire balancer le gode improvisé et d'augmenter les sensations. Venant rallumer le vibromasseur sous les suppliques de son amie elle dit simplement :
 
"Tu as assez bossé ce soir, je vais finir la préparation."
 
Et elle tourna le dos à la chaise et partis vers la cuisine. Elle était magnifique, uniquement vêtue de son petit corset et ses bottes elle marchait telle un chat vers la cuisinière. Zoé sentait à nouveau le plaisir monter, plus rapidement cette fois, elle se plia en deux, tout du moins elle essaya. Elle commençait déjà à respirer profondément, et onduler tout son corps.
Jeanne elle ralluma les plaques pour réchauffer les plats, sortit les assiettes et couverts pour venir les poser sur la table. Zoé la regardait revenir la suppliant du regard, ne pouvant parler sous le plaisir.
 
"A oui j'oubliais, tu peux jouir mais en silence, sinon c'est bâillon et tu me regarde manger."
 
Cette phrase fut comme un coup de massue. Elle opina de la tête et tenta d'intériorisé tout ce qu'elle ressentait. Jeanne était retournée vers les casserole et finissait tranquillement de préparer le repas.
RépondreCiter
Posté : 28 décembre 2018 21 h 00 min
lamourette12
(@lamourette12)
Level 3

Salut Legras ! Heureux de te lires. 🙂 J'espère que tu eu le temps de lire mon message dans ta messagerie??????? Si tu veux avoir de l'inspiration???? Pourquoi ne m'écris-tu pas? Je pourrais te donner quelques conseils?

RépondreCiter
Posté : 30 décembre 2018 1 h 16 min
lamourette12
(@lamourette12)
Level 3

En fait, tu oublies l'essentiel... Je ne sais pas si je vais transmettre mon idée? D'autres peuvent me corriger si je suis dans l'erreur?!? Mais tout écrivant se doit de créer "une ligne d’Ariane" avec un prologue, un début, un milieu et la fin. Consistant de chapitre qui tantôt peuvent faire monter la vapeur et d'autres relâcher le suspense, tantôt humour et d'autres ajoutant du cynisme ou de l'égocentrisme ou malveillance....

Tu était bien partie avec la vendeuse du sex-shop... et tu aurais pu continuer l'histoire avec "Cassandra" et aussi avec des initiation des Donjons par la vendeuse qui les auraient invités; ou, alors, créer des petits jeux sadiques ou Zoe pourrait faire la racoleuse en emmenant d'autres victimes mâles ou féminins à Jeanne?!?!?!

L'Idée du livreur de pizza était terrible ! Et une très bonne idée, et, c'est ce genre de situation imprévue qui pourrait emmener ta créativité plus loin. 😉

Je ne suis pas dans l'écriture de récit. D'Autres ont plus facile dans cette exercice là ! 😀 😉 Mais il faudrait que tu te constitues vraiment des chapitres 1 à 100 de A à Z et que tu te relises et changent des choses pour avoir un meilleur vue d'ensemble. 😉

RépondreCiter
Posté : 30 décembre 2018 1 h 26 min
souslesoleil
(@souslesoleil)
Donateur
Noël
Level 14
Posté par: lamourette12

En fait, tu oublies l'essentiel... Je ne sais pas si je vais transmettre mon idée? D'autres peuvent me corriger si je suis dans l'erreur?!? Mais tout écrivant se doit de créer "une ligne d’Ariane" avec un prologue, un début, un milieu et la fin. Consistant de chapitre qui tantôt peuvent faire monter la vapeur et d'autres relâcher le suspense, tantôt humour et d'autres ajoutant du cynisme ou de l'égocentrisme ou malveillance....

Tu était bien partie avec la vendeuse du sex-shop... et tu aurais pu continuer l'histoire avec "Cassandra" et aussi avec des initiation des Donjons par la vendeuse qui les auraient invités; ou, alors, créer des petits jeux sadiques ou Zoe pourrait faire la racoleuse en emmenant d'autres victimes mâles ou féminins à Jeanne?!?!?!

L'Idée du livreur de pizza était terrible ! Et une très bonne idée, et, c'est ce genre de situation imprévue qui pourrait emmener ta créativité plus loin. 😉

Je ne suis pas dans l'écriture de récit. D'Autres ont plus facile dans cette exercice là ! 😀 😉 Mais il faudrait que tu te constitues vraiment des chapitres 1 à 100 de A à Z et que tu te relises et changent des choses pour avoir un meilleur vue d'ensemble. 😉

Ben c'est justement ça !!! ? 

RépondreCiter
Posté : 30 décembre 2018 2 h 06 min
lamourette12
(@lamourette12)
Level 3

euh?????????????????? J'ai du trop cramer ma cervelle sous ton soleil 😉

RépondreCiter
Posté : 30 décembre 2018 22 h 43 min
Legras
(@legras)
Testeur de Sextoys
Level 19

Merci de vos réponse, en fait plus qu'un manque d'inspiration ces derniers temps c'était un manque d'envie généralisé (un gros creux de la vague quoi). Je remonte tranquillement, mais sûrement.

J'ai pas encore lu ton message @lamourette12 , pour la raison évoqué plus haut. Je comprend que je dois changer la "routine" qui s'est créée entre elles, pour cela j'ai plusieurs pistes, comme vous l'avez mentionné, la vendeuse, Cassandra et aussi Romain. J'ai passé beaucoup de chapitre sur une journée, celle du samedi, mais n'oubliez pas que le dimanche elles ont rendez-vous avec Cassandra et ses amis, donc il y aura moins de scènes intime entre les deux.

RépondreCiter
Posté : 31 décembre 2018 16 h 43 min
lamourette12
(@lamourette12)
Level 3

@Legras Que du bonheur pour toi. Je suis là pour toi su tu as besoin d'aide 😉

RépondreCiter
Posté : 31 décembre 2018 17 h 27 min
Legras
(@legras)
Testeur de Sextoys
Level 19

Voici la suite, je promet que la suite sera moins intime et en action entre ces 2 femmes, mais je devait finir cette soirée 😀 

Ca coule de source

 
Zoé sentait de nouvelles vagues de chaleur monter de son entrejambe, elle tentait de se replier sur elle même sous ces débuts d'orgasmes. Impossible de pencher très loin sont buste, ses bras étant retenu par les menottes derrière le dossier de la chaise. Ses jambes étaient prisent de fortes secousses, son bassin suivait le mouvement, faisant bouger encore plus la matraque et venant la stimuler encore plus.
 
Elle respirait de plus en plus en fort, pour tenter de se calmer et surtout ne pas crier et risquer de ne pas manger, elle était penchée le plus possible en avant, se concentrant sur ses genoux, mais elle commençait à voir trouble des tâches blanches apparaissaient et disparaissaient de son champs de vision. De son coté Jeanne, la regardait de loin, elle était si belle à voir ainsi luttant contre l'inéluctable, cherchant à le retarder au maximum, mais ne faisant que l'amplifier le moment venu. La respiration se faisait entendre de plus en plus, même Jeanne à quelques mètres d'elle pouvait l'entendre sans soucis. Soudain cette respiration se bloqua et un gémissement étouffé par une bouche fermée et ne provenant que de la gorge se fit entendre.
 
Le bassin de Zoé partit en arrière et se bloqua contre le dossier et lorsqu'elle reprit une grande inspiration des gouttes commencèrent à perler le long de la matraque. Comme si elle n'attendais que cela Jeanne s'approcha et déposa un verre sous le bout de la matraque, pour récupérer le précieux fluide. Zoé elle ne la remarqua pas, pris dans son orgasme et sa libération de ses pulsions. L'orgasme passé, elle se laissa fondre sur la chaise, malgré la matraque qui vibrait en elle. Jeanne la retira délicatement, sous le soupir de satisfaction de sa soumise, elle lui libéra les mains et délicatement les lui ramena sur son ventre.
 
Pendant que Zoé reprenait ses esprits, Jeanne servit les assiettes et les servis. Elle s'assit face à Zoé et la regarda presque amoureusement, elle était encore plus belle que d'habitude, revenant petit à petit du 7ème ciel. Jeanne mangeait lentement, aillant toujours un oeil sur son amie qui retrouvait ses esprits. Zoé fini par retrouver la réalité, elle cligna plusieurs fois des yeux, se massa les poignets et les bras. Elle sourit à sa Maîtresse :
 
"Merci Maîtresse, j'ai adoré cette séance et je crois que j'ai squirté à nouveau."
 
Elle rougit quelque peu en évoquant cela. Jeanne se leva et vint l'enlacer par derrière, elle lui déposa un long baisé sur la joue, Zoé réussi à lui attraper les bras pour les serrer à son tour et appuyer sa tête contre la tête de sont amie. Ce câlin rechargea quelque peu ses batteries, elle sourit de satisfaction :
 
"Je sais petite délinquante, d'ailleurs je t'ai gardé un souvenir."
 
En disant cela elle poussa quelque peu sa tête en direction de la table, derrière l'assiette de Zoé, un verre remplis d'un liquide quelque peu trouble. Sans rien demandé, Jeanne tendis lentement le bras et le saisi, le ramena à son nez et le senti, mais pas d'odeur particulière. Elle leva le verre et le tourna dans plusieurs direction, comme pour étudier ce mystérieux liquide qui venait d'elle.
 
"Ne t'en fais pas je ne vais pas te forcer à le boire. Allez mangeons, cela va à nouveau être froid."
 
Elle retourna s'asseoir, Zoé avait reposé le verre et commençait à manger tranquillement. La soirée se fini tranquillement, Jeanne avait gardé le corset et les bottes, elle se sentait parfaitement à l'aise dedans et était magnifique en plus. Zoé elle était restée nue, elle alla se doucher, en se lavant elle toucha le collier, elle l'avait complètement oublié. Elle revint au salon, Jeanne était posée de tout son long sur le canapé, sa main entre les jambes.
 
"Jeanne ? Pour demain j'aimerais que tu m'enlève le collier, je ne me sens pas de le porter en présence de Cassandra."
RépondreCiter
Posté : 12 janvier 2019 17 h 02 min
Legras
(@legras)
Testeur de Sextoys
Level 19

Tenue de sortie

Jeanne s'assit sur le canapé, faisant signe à Zoé de venir s'asseoir à coté d'elle. Pendant que son amie venait s'asseoir elle éteint la TV. Jeanne était toujours en corset et botté, elle ne portait rien d'autre, cela lui donnait une allure altière, noble, une véritable allure de Maîtresse en fait.

Zoé s'assit gênée à ses cotés, elle baissa les yeux, se triturant les mains posées sur ses cuisses, comme si elle s'attendais à être punie de sa demande. Jeanne la dévisageait, ses cheveux encore humide, collaient à ses épaules et arrivaient au milieu de son dos, l'humidité leur donnait un look gominé. Il se passa une bonne dizaine de secondes avant que le silence soit brisé, par Jeanne :

"Je m'en doutait. Tu auras bien d'autres émotions et souvenir à gérer, sans encore rajouter des explications sur le collier."

Zoé releva la tête de surprise, Jeanne lui souriait et lui décocha un clin d'oeil. Elle n'avait pas oublié ce qui s'était passé au sexshop, quand Zoé avait raconté son souvenir de l'écurie avec Cassandra. Zoé rougit de honte, elle n'avait pas imaginé que Jeanne se souvienne de cela, ni même que revoir Cassandra puisse lui faire revivre d'autre émotion aussi forte.

Sans attendre de réponse de la part de son amie, Jeanne se leva, parti en direction de sa chambre et revint avec une clef enfilée sur un collier.

"Je t'avais dit que tu serais ma soumise uniquement lors de nos séances et demain je ne pense pas que cela puisse être considéré comme une séance."

Elle fit le tour de son amie, passa derrière le canapé et lui déverrouilla le cadenas avant de lui ôter le collier. Dans la tête de Zoé plein de pensée passèrent, c'était comme si elle venait d'être libérée de quelque chose, toute en acceptant d'être rapidement à nouveau "enfermée". Jeanne revint devant son amie, posa le collier ainsi que le cadenas sans la clef sur la table basse et revint s'asseoir sur le canapé.
Zoé se massa le tour de son cou, non pas que le collier lui faisait mal, mais retrouver le contact de sa peau libre lui faisait du bien. A côté d'elle Jeanne souriait, mais pas d'un sourire de satisfaction ou de bonheur, non un sourire qui laissait clairement penser qu'elle avait une idée derrière la tête.

"Tu n'as plus ton collier, mais j'aimerais que demain tu garde un souvenir de moi."

Zoé la regarda en ne comprenant pas vraiment où elle voulait en venir, après tout elles seraient ensemble non ?

RépondreCiter
Posté : 10 juin 2019 12 h 16 min
Legras
(@legras)
Testeur de Sextoys
Level 19

Je sais que je fait référence à un objet reçu il y a un moment, surtout avec la pause d'écriture, mais c'est encore plus de suspense ^^

En pensée

 
Zoé continuait de regarder Jeanne, ne comprenant toujours pas ce que voulais dire son amie. Elle voyait du coin de l'oeil son collier, était-ce réellement une libération quelle venait de vivre ?
Jeanne se pencha en avant, posa ses coudes sur ses genoux, ainsi positionnée ses seins libre pendaient légèrement prenant un peu plus de volume. Sa tête vint se poser sur ses mains et ses yeux eurent l'air de se remplir d'innocence, mais le sourire en coin qui se dessinait sur sa bouche laissait entendre que tout semblait avoir été calculé.
 
Même si sa position n'était pas fait pour impressionner, Zoé se recula et se blotti dans le fond du canapé, voir son amie aussi sur d'elle et sereine était très impressionnant. Peut être que sa tenue y était pour quelque chose, mais elle dégageait une espèce de prestance écrasante.
 
"Mais tu seras avec moi, je ne t'oublierai pas ne t'inquiète pas."
 
Jeanne eu un bref éclat de rire, elle se déplaça pour venir se coller à sa soumise, Zoé semblait être prise au piège.
 
"Ca je n'en doute pas, mais je pense qu'avec les amis de Cassandra tu voudrais faire plus que simplement connaissance, surtout si ils sont mignons."
 
Zoé rougit quelque peu, son amie la connaissait vraiment bien, surtout que cela faisait un moment qu'elle n'avait plus vraiment eu de relation avec un homme. Elle voulut nier les fait, mais cela n'aurait été que du vent. Elle regarda sa Maîtresse dans les yeux et presque en défi lui répondit :
 
"Et ?"
 
Le sourire chez Jeanne était toujours là, voir son amie essayer de reprendre pied et la dominer à son tour la faisait presque rire. Elle savait que ce ne serais pas long, car Zoé était intérieurement un soumise. Passant son bras autours de ses épaules, Jeanne commença à jouer avec un des tétons de Zoé, qui se durcit sous la douceur de ces gestes.
Zoé voulut résister et tenir bon, mais son corps commençait à fondre sous ces caresses et son esprit allait bientôt faire de même. Tout en continuant de laisser ses doigts s'occuper de la poitrine de son amie, Jeanne répondit tout simplement :
 
"Tu te souvient du cadeau que je t'ai ramener ?"
 
Les yeux de Zoé s'ouvrir en grand, non elle n'allait pas lui demander cela, pas pour un moment de baignade.
 
"A voir tu t'en souviens, tu va le chercher s'il te plaît."
 
Le ton n'était pas une question, c'était un ordre, mais donné avec douceur. Zoé voulu protester, mais un combat si livrait en elle. D'un coté c'était exclu qu'elle le porte en publique, surtout aussi peu vêtue, de l'autre elle était excité de l'essayer et de le porter aussi longtemps et le fait d'être en publique et d'être découverte augmentait cette excitation.
 
Le regard de Jeanne restait planté dans ses yeux. Se sachant vaincue et n'osant l'avouer mais voulant l'essayer aussi, elle se leva et partit en direction de sa chambre chercher ce cadeau. Avant de rentrer elle se tourna vers le canapé 
 
"Je peux prendre des habits, je commence à avoir froids."
Jeanne rit à nouveau
"Mais tu fais ce que tu veux, on est plus en séance. Par contre inutile de les mettre, tu sais que tu devras les enlever pour le cadeau."
 
Sa première phrase fit comprendre à Zoé que c'était elle qui avait accepté d'aller chercher ce cadeau. Elle se soumettait de plus en plus facilement à Jeanne, en trouvant cela normal. Ce qui la dérangeait le plus n'était pas cela, mais que cela lui plaisait d'avoir ce rôle de soumise, elle souhait aller de plus en plus loin dans sa soumission.
La deuxième phrase était clair aussi, elle allait le porter dès ce soir, mais le supporterait-elle toute une nuit et la journée entière ? Elle pourrait toujours refuser, mais non elle voulais suivre les ordres de sa Maîtresse.
RépondreCiter
Posté : 24 juin 2019 19 h 16 min
Legras
(@legras)
Testeur de Sextoys
Level 19

Le chemin boueux

 
"En effet Maîtresse."
 
Et elle partis chercher ses affaires ainsi que le sac noir et son contenu. Elle vint les déposer sur la table basse. Durant son absence Jeanne s'était levée, était aller chercher un linge qu'elle avait étendu sur le canapé et attendais son amie debout les bras croisé.
 
"Bien maintenant à quatre patte et cambre moi ce dos comme la petite salope que tu es."
 
Ce n'était pas dans l'habitude de Jeanne d'employer ce vocabulaire, surtout envers son amie. Mais là le message était clair, il fallait vraiment avoir la pose la plus vulgaire possible.
Zoé se plaça à quatre 4 sur le linge, remonta ses fesses le plus haut possible en baissant les épaules au plus bas. Elle se sentait observée, jugée, tel un animal qui doit suivre un ordre et tenir sa position.
 
Oui elle était jolie fille, elle en jouait provoquait les hommes bien souvent. Mais là c'était tout autre, elle se sentait réellement offerte, faisant l'aumône d'être prise par un de ses orifice. Sa dignité en prenait un coup, mais son excitation était à son comble.
 
Une main vint écraser ses épaule et son buste contre le canapé, elle émit un petit cri de surprise. Ses bras durent s'écarter et les coudes se relever fortement pour ne pas subir de douleur. La voila encore plus cambrée, elle tirait encore plus ses fesses vers le haut, voulant être encore plus provocante :
 
"Voila, tu es mieux comme cela. Cela te représente vraiment bien, une petite chienne en manque de sexe."
Elle avait touché juste, non pas que les séance ne pouvait être considérée comme sexuelle, mais un contact avec un homme lui manquait. 
"Oui Maîtresse, merci."
 
Se mains furent tirée en arrière et posée de chaque coté de ses fesses.
 
"Maintenant que tu n'a plus besoin de tes mains pour te tenir, écarte donc que je puisse mieux voir."
 
Elle tira ses demi-lunes, dévoilant une rondelle fortement serrée ainsi que des lèvres fortement humide.
 
"Et en plus ça t'excite hein. On va voir si tu va aimer la suite."
 
Un liquide frais et visqueux vint s'écraser juste au dessus de l'anus, du lubrifiant. Cela eu comme effet de faire partir en avant tout le corps de Zoé. Une bruyante claque la rappela à l'ordre :
 
"Je ne t'ai pas dis de bouger !"
Le corps revint dans sa position précédente, voir même plus en arrière encore :
"Pardon Maîtresse."
 
Un doigt vint jouer et étaler le lubrifiant autour de sa rondelle, jusqu'à ce qu'elle cède. Zoé gémit doucement lors de son passage. Plusieurs aller-retour lent continuèrent de la faire gémir et mouiller. Un deuxième doigt fût introduit et le rythme accéléra légèrement. Les gémissements furent plus audible, la respiration aussi. Elle senti que Jeanne se déplaçait légèrement, tout sa main dans son cul, un voix douce se fit entendre à son oreille :
 
"Tu aimes ça, avoue."
"Oui Maîtresse, encore s'il vous plaît."
 
Elle n'eu comme réponse qu'une bise sur sa joue et les doigts qui sortirent de son anus. Elle le sentait rester ouvert quelque peu avant de se refermer. Aussitôt refermer un doigt vint le titiller, ce qui l'ouvrit légèrement et lui permit de rentrer sans soucis. Elle entendis le bruit du sac plastique et du carton qui s'ouvre, apparemment Jeanne faisait tout cela d'une main, car une partie de l'autre était toujours en elle. Le doigt disparut, Zoé soupira de soulagement. Rapidement ce fut un élément dur et froid qui vint se presser contre sa rondelle, qui se ferma à cause de la fraîcheur, mais dû s'ouvrir pour laisser passer l'objet. Il rentra lentement, mais sûrement, écartant de plus en plus son trou. Dans ses mains le plug n'avait pas l'air énorme, même très petit. Mais là il lui semblait faire 10 centimètre de diamètre. Elle allait crier grâce quand soudain son sphincter se referma derrière l'objet sur la tige. Zoé cria de surprise et de plaisir. Le plug fut légèrement pousser pour que la poignée vienne s'appuyer dans son sillon.
 
Ce n'était pas la première fois qu'elle avait quelque dans son anus, ma la première fois qu'elle avait un tel objet. Elle n'osait pas bouger, ne sachant réellement ce qui allait se passer. Jeanne se rapprocha de son oreille :
 
"Ca va ?"
"Oui Maîtresse. Maintenant je fais quoi ?"
 
Jeanne sourit, elle trouva son amie très courageuse de vouloir aller encore plus loin, sans trouver quelque chose à redire.
 
"Si tu te sens, tu peux te redresser doucement et te mettre debout. Mais prend ton temps et va à ton rythme."
 
Zoé lâcha ses fesses qui vinrent faire disparaître en partie le brillant et commença à se redresser et se mettre à genou. Les sensations furent très étrange. Elle sentait le plug en elle, qui bougeait par moment et venait appuyer sur ses parois interne. Il n'était pas très large et long, mais assez pour faire sentir sa présence pour un cul aussi peu visité. Une fois à genoux elle pris un moment pour laisser au corps le temps de se faire à ce nouveau visiteur. C'est lorsqu'elle pivota pour déplier ses jambes et s'asseoir qu'elle eu sa première grande surprise, le plug s'enfonça un peu plus et lui arracha un cri de surprise. Rapidement elle se mis debout pour soulager cette pression. Elle avait l'impression de serrer les fesses et de tendre son bassin en avant, comme si on lui poussait le plug toujours plus loin en elle. Elle était entre l'excitation et la vulgarité.
 
Soudain une sensation étrange fit pression dans son anus.
 
"Maîtresse ? J'ai un souci."
RépondreCiter
Posté : 26 juin 2019 21 h 21 min
Page 11 / 11
Partagez sur les réseaux sociaux:
  
En travaux

Veuillez Connexion ou Inscription