Comment j’ai rendu une femme infidèle – Episode 15

EPISODE #15

 

J’ai dormi environ 5 heures, après avoir passé toute la nuit pour faire l’amour avec mon amante. Quelle soirée ! Elle avait raison : c’était un moment inoubliable !

Quand je me suis couché, j’étais mort de fatigue. Ma tête prise comme dans un étau, alourdie ou comme en surchauffe, mes capacités amoindries. Il en est encore de même au réveil avant 9h. Malgré cet état de fatigue, je n’arrive plus à dormir. Je sais que c’est fichu : je ne dormirai plus. Va falloir m’y faire avec cet état proche de l’Ohio, comme je me le dis souvent.

Je regarde mon amante dormir d’un sommeil paisible. J’ai bien envie de la réveiller, mais je suis prêt à la regarder pendant des heures s’il le faut. J’aimerais qu’à son réveil, elle ai la surprise de voir que je suis déjà réveillé depuis longtemps, et que depuis tout ce temps, je l’ai regardé dormir.

Et pourtant, il n’a pas fallu longtemps à mon amante pour se réveiller, même pas une minute. J’ai dû faire quelque chose qui l’a tiré de son sommeil. Elle voit que je suis déjà réveillé et que je la regarde. Elle me rend ce regard par un grand sourire puis une caresse sur la joue.

« Bonjour mon p’tit cœur, me dit-elle.

Bonjour mon ange. »

Je lui rends sa caresse sur ma joue par une caresse sur la sienne. Nous sommes encore allongés dans ce lit tous les deux, nus, face à face, soutenant mutuellement nos sourires et nos regards. Nous n’arrêtons plus et continuons à nous regarder, à nous caresser et à nous sourire. Je vois son sourire s’agrandir, ses yeux tellement remplis d’amour et de bonheur qu’ils se remplirent de larmes. C’est le visage d’une femme amoureuse et qui pleure devant son bonheur. Un visage qui me touche au plus profond de mon cœur et de ma mémoire : ce visage que je vois là, je ne l’oublierai jamais.

Je la prends dans mes bras et nous étreingnons nos corps. Nous nous embrassons. Sur les lèvres, longuement. Nous nous léchons le cou, en train de mordiller nos oreilles, à multiplier nos caresses sur nos corps.

Je la pénètre, multipliant mes va-et-vient en elle. Elle gémit, les mains posées sur mon dos, ne lâchant pas son emprise. J’espère cette fois pouvoir jouir bien comme il faut sans qu’elle me masturbe. Nous faisons l’amour pendant plusieurs minutes, elle, en train de sentir mon sexe multiplier les allers et retour dans son corps, frémissant de moult sensations que seule une femme peut connaître. Elle prend du plaisir. J’essaie d’éprouver autant de plaisir qu’elle, mais je sens que ça se déroule comme durant la nuit. Je sens que je commence à être en perte de vitesse : je ne vais pas jouir, encore une fois. Une fois de plus, je ne v

TOC TOC TOC

Arrêt brusque !… Silence, plus un son de baise… Quelqu’un frappe à la porte ? Je réponds :

« Oui ?

Oui, bonjour. Pardon de vous déranger. Une amie à vous vient de nous téléphoner pour transmettre un message à Madame T. pour lui dire que son mari est en route pour venir la chercher. »

Il faut tout arrêter et quitter cette chambre ! On a jusqu’à midi pour rendre la chambre, mais là, il faut qu’on s’en aille, et vite ! Nous nous emballons en vitesse, réunissons toutes nos affaires, assurons-nous que nous n’avons rien oublié, puis quittons la chambre. Je rends les clés puis paie notre séjour, avant de nous en aller.

« Dommage que nous étions obligés d’interrompre, mon amour, car je sentais que cette fois, c’était la bonne. »

Je ne suis pas aussi optimiste que mon amante : j’ai clairement senti que ça allait être un nouveau fiasco. Nous discutons de notre soirée ensemble, faisons le bilan. Elle regrette que je n’aie pas pu jouir, et est convaincu qu’elle ne m’excite pas. C’est plutôt qui me sent coupable de ne pas savoir trouver l’excitation. Pour mon amante, j’ai un problème : peut-être aurais-je besoin de voir un médecin pour traiter cet ennui ? Mais mis à part ça, elle a passé un moment formidable avec moi. Elle a A-DO-RÉ, c’était un moment doux et magique, unique, qu’elle a été très heureuse de l’avoir partagée avec moi. Et elle a été très heureuse d’avoir été la première femme à m’avoir fait l’amour.

« Ça y est, maintenant, tu sais ce que c’est que de faire l’amour » me dit-elle avec un grand sourire.

Je suis devenu sa première relation adultère. Elle n’a aucun regret de l’avoir fait.

On risque de tomber sur nous d’un moment à l’autre. Il faut que nous nous séparions et que nous prenions des chemins différents. Juste à temps : pendant que je me dirige vers le premier arrêt de bus, une voiture s’arrête devant elle et l’emmène. Je la regarde partir… Tandis que le chargé d’accueil, qui nous avait surpris elle et moi dans notre lit, rentre chez lui à pied et me salue de loin. Faute de bus, j’ai dû faire une grande partie du trajet à pied, dans le froid (mon cul gèle très vite, ce qui rend la marche très désagréable.) jusqu’à ce que je trouve un bus pour terminer mon trajet jusqu’à la gare.

Voilà donc comment j’ai rendu une femme infidèle et comment cela aboutit à notre premier adultère. La toute première relation sexuelle de ma vie.

à suivre…

Retrouve les récits de GB ici.

2 Comments

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :