Comment j’ai rendu une femme infidèle- ép. 7 _ Par GB

Je n’en reviens toujours pas : je suis là, à l’hôtel, avec elle !

Je n’arrive pas à croire que nous soyons là, tous les deux, ici, et que je suis sur le point de faire l’amour avec elle, dans cette chambre ! Ce n’est pas possible, c’est irréel, je rêve !

Je commence à regretter d’être ici. Je ne veux plus faire l’amour. J’ai soudainement envie de rentrer chez moi !!!… Allons, ressaisis-toi ! C’est juste la peur de l’inconnu qui te met dans cet état, puisque tu vas enfin pouvoir faire l’amour pour la première fois.

Tu entends : TU-VAS-FAIRE-L’A-MOUR-POUR-LA-PRE-MIÈRE-FOIS-DE-TA-VIE !!! Et avec la femme que t’aimes ! Elle veut être la première à avoir des relations sexuelles avec toi et elle te donne enfin cette opportunité. Alors, prends ton courage à deux couilles, et allons-y !!!

 

Nous nous installons, déposant tranquillement toutes nos affaires, et appréciant tous les deux cette jolie chambre. Mon amante m’interpelle, elle veut me montrer quelque chose. Elle pose quelques petites bougies sur la table, à côté de notre lit. C’était une surprise qu’elle a préparé pour que nous passions un doux moment inoubliable. Je trouve ça mignon et romantique. Ça l’a fait plaisir.

 

Je la prends ensuite dans mes bras, et lui chante « J’ai rendez-vous avec vous » de Georges Brassens tout en l’embrassant à la fin. Afin de lui signifier symboliquement que j’ai rendez-vous avec elle. Et que je vais passer un bon moment avec elle en profiter de sa peau, de ses caresses et de ses baisers. Elle apprécie le geste.

Puis, à son tour, elle éteint les lumières pour ne laisser que celle des bougies, allume son téléphone portable et met une chanson. Cette chanson, en anglais, raconte une histoire qui nous ressemble : l’histoire d’une femme amoureuse d’un homme beaucoup plus jeune qu’elle. Nous dansons un slow durant toute cette chanson, passant ainsi un doux moment tous les deux.

 

La chanson finie, nous commençons à nous embrasser. Nous fermons les yeux, tous les deux, jouant avec nos sens et nos émotions. Nous nous embrassons longtemps, plusieurs fois. Parfois avec la langue. Mai ce sont de longs et doux baisers sur nos lèvres que nous faisons le plus souvent. Cela dure cinq minutes.

Puis nous nous allongeons sur le lit, continuant à nous embrasser, puis à nous caresser le visage et les cheveux. Moi sur le dos, et elle sur moi. Nous nous embrassons, caressons, parfois elle me léchait le cou ou me mordillait le lobe de mon oreille, et je faisais de même. Nous nous embrassons, nous nous faisons encore des caresses.

Nos mains glissent de plus en plus à travers nos vêtements : moi, lui caressant son dos, et elle ma poitrine. Parfois, mes mains caressent ses fesses. Je commence à la déshabiller et lui ôte les boutons de sa chemise. Elle retire à son tour mon pull, puis mon maillot.

Je n’ai pas touché à son soutien-gorge. Ses seins n’ont pas l’air vraiment gros au premier regard.

 

Elle se penche alors sur moi, s’allongeant sur moi, me laissant sentir sa poitrine contre la mienne, me tenant fermement la tête avec ses mains pendant qu’elle m’embrasse, tout en gémissant, tandis que moi, je lui caresse les cheveux. Elle m’embrasse encore et encore, avec passion et amour.

Parfois, j’ouvre mes yeux pour la regarder, tandis que elle, elle les garde fermés. Elle semble avoir rajeuni, elle semble être si jeune, elle semble avoir de nouveau 20 ans. Je ferme de nouveau les yeux, continue de l’embrasser sur ses lèvres et sur son cou, et elle, de me lécher le mien.

Mes mains glissent sur son dos, allant de haut en bas et de bas en dos régulièrement. Je le fais avec délicatesse, effleurant légèrement sa peau afin de stimuler davantage la femme avec qui je passe ce doux moment d’amour.

 

Mes mains glissent, encore et toujours, passant par-dessus son soutien-gorge. Jusqu’à ce que je décide de le lui ôter. J’essaie de le dégrafer, sans succès. Cela ne veut pas se détacher, ça coince. Qu’est-ce qui ne va pas ? Tu vas te détacher, oui ? Plus j’essaie, plus je commence à m’exciter.

J’ai l’impression que cela dure une éternité, mais au bout d’une dizaine de secondes, mon amante, me voyant en difficulté, décide de prendre les choses en main. Elle se redresse, met ses mains derrière son dos. En un tour de main, retire son soutien-gorge, le jette un peu plus loin, avant de se pencher de nouveau vers moi avec tendresse.

Cette fois, je la sens bien cette poitrine. Une poitrine finalement bien grosse et lourde. Je me sens excité. De plus en plus.

 

Mais je ne suis pas encore à fond, et nos préliminaires sont encore un peu trop courts. Je continue donc mes caresses à travers son dos, glissant de plus en plus mes mains à travers son pantalon, puis son tanga, lui caressant ses fesses. Elle me répond alors en glissant la sienne dans mon pantalon, mes caressant les couilles avec douceur, empoignant parfois mon sexe pour le faire durcir.

Jusque là, c’est du quasi déjà vu. Je me décide à lui retirer son tanga. Ça y est, un cap vient d’être franchi. Plus question de faire machine arrière ! Elle retire mon boxer à son tour. Nous voilà nus, tous les deux. Le moment est enfin venu : je vais la pénétrer, lui faire l’amour. Je vais avoir du sexe pour la première fois avec une femme, là, maintenant !

à suivre …

Retrouve les récits de GB ici.

One Comment

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :