Règles de colocation – Episode 31

La délivrance partie 2

Zoé pleurait presque de ne pas avoir pu jouir également. Elle était surtout frustrée d’avoir vu son amie prendre autant de plaisir. Elle regardait la vendeuse, toujours debout derrière l’emplacement où était son amie. Son regard était suppliant, lui demandant d’être la suivante, souhaitant plus que tout être prise à son tour, là à quatre pattes dans cette cage. La raison de Zoé semblait ne plus avoir de pouvoir sur elle. Jamais elle n’aurait pensé autant désirée être prise par une femme et surtout pas enfermée dans une cage. Mais la vendeuse, bien qu’ayant vu son regard, n’en tint pas compte. Elle lui décocha même un sourire narquois et semblant dire que ce n’était pas fini.

Effectivement, la vendeuse s’agenouilla au niveau des pieds de Jeanne. Elle saisit la barre et lentement la tourna, forçant Jeanne à pivoter sur elle-même et se mettre sur le dos. Jeanne regardait maintenant le plafond, mais surtout la tête de Zoé juste en dessus de sa tête. Elle sentit la vendeuse saisir la barre et l’approcher de son cou, forçant ses jambes à se replier et surtout rester grande ouvertes. La vendeuse saisit une petite sangle et la passa dans l’anneau du collier et autour de la barre. Jeanne était exposée prête à recevoir un nouvel assaut. Comprenant la chose elle émit un petit cri de désapprobation les yeux grands ouverts et la tête faisant des nons, presque paniquée. Une claque sur ses fesses, la stoppa dans sa remise en question de l’autorité.

“Tu as voulu que je m’occupe de toi, c’est bien ce que je fais non ?”

Jeanne se sentit prise au piège, elle posa sa tête sur le sol et comprit que cela ne servirait à rien de protester. Elle sentie à nouveau le gode rentrer en elle. Relevant la tête elle vit que la vendeuse s’était mise à genoux pour être à la bonne hauteur. Avançant son bassin elle se pencha en avant pour venir poser un baiser sur la cagoule de Zoé qui la regardait férocement. Jeanne se remit à gémir très rapidement. Ses jambes voulurent se dresser, mais cela lui tira le torse. Elle saisit la barre avec ses mains et s’y accrocha retenant ainsi la poussée des jambes.

La vendeuse savait y faire et alternait les coups rapides et lents. De ses mains et sa bouche, elle s’occupait de Zoé, lui caressant la tête, l’embrassant sur son morceau de plastique dans la bouche. Jeanne jouit rapidement, elle était prise de spasmes. La vendeuse ne s’arrêta pas et continua ses va-et-vient tout en gardant son esprit occupé par Zoé. Jeanne criait entre la joie et le surplus d’excitation, la vendeuse en sourit, mais continua. Zoé prenait plaisir avec ce qu’elle pouvait, cette attention, ces baisers et ces caresses lui faisait monter son plaisir encore plus, mais un plaisir non pas frustré, mais créé par de l’affection.

Soudain une alarme de téléphone sonna.

à suivre…

Retrouve les récits de Legras ici.

One Comment

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :