L’amour au Pluriel – Episode 1

1er épisode

Fin d’après midi dans une brasserie du centre ville, je prends un café avec Eric. Notre dernière rencontre à près de trois mois et on se téléphone peu. Nos relations sont épisodiques et du genre ex collègues devenus copains. On ne s’est jamais racontés nos passés respectifs et vies, c’est beaucoup mieux ainsi.
Aujourd’hui, après quelques échanges rapides sur nos activités professionnelles, on parle cinéma, pop-music et romans destroy de Virginie Despentes. Le genre de choses qui comptent réellement dans une relation, celles qui font que l’on a ou pas le feeling avec l’autre.

Eric ” A 19h, je vais devoir te quitter pour rejoindre Véro à Poitiers … à cette saison et heure, c’est au moins deux heures de route… Véro ne peut se libérer que pour cette nuit…. ” 
Moi ” Pas évident votre liaison, toi depuis six mois à Lyon et elle toujours sur Bordeaux ?… ” 
Eric ” Rien de changé pour Véro, impossible d’avoir une mutation et son compagnon est de plus en plus possessif … alors qu’elle est totalement accro de moi ” .

A ce moment une interrogation me traverse l’esprit, j’en fait part à Eric

” Tu as des photos de Véro sur toi ? Plus d’un an que tu m’en parles, tu fais des centaines de kilomètres chaque mois pour la rejoindre… Elle est super canon ou c’est une mocheté qui fait superbement l’amour ?… ” 
Eric ” Jamais de photos d’elle sur moi, je tiens pas à ce que ma femme découvre son existence ! Peut-être pas un top model, mais belle … grande brune à cheveux longs, peau mate, très mince avec des petits seins très fermes … sensuelle comme pas permis et … aucun tabou … ” 

Cette femme doit être un sacré coup, pas conne et sympa. Je connais assez bien les critères d’Eric en matière de femme et plus généralement vis à vis des gens. Il aime bien les femmes, mais ce n’est pas un “hardeur ” ni un romantique. Eric déteste le paraître et n’entretient des relations suivies que si il a une feeling fort.
Il devine mes pensées, et faussement interrogatif ajoute

” Tu aimerais bien la connaître ?….. ” 
Je lui répond ” C’est une évidence et tu le sais bien …. simple curiosité, sans plus évidemment …” 

Eric allume une cigarette, fait signe au serveur de renouveler nos cafés et dans ses yeux apparaît un éclat inhabituel. D’un ton neutre, il prononce :

” Depuis quelques mois, Véro rêve de faire l’amour avec deux hommes en même temps … Elle a jamais vécu cela … ” 

Un peu surpris, sur la forme et non le fond, je lui répond

” Naturellement, tu l’encourages à vivreson fantasme … l’amour au pluriel est toujours un plus très fort … entre gens de bonne compagnie évidemment … ” 

Sourire complice d’Eric, puis il complète ma pensée.

” Initier à cela une femme, surtout la femme qu’on aime est géant … le must de la complicité charnelle ” 

Nous sommes dans le même registre et mon regard l’encourage à poursuivre.

Eric ” Tu serais ok pour être notre complice, initier Véro en ma compagnie ? ” 

En souriant, je lui rétorque :

” Une évidence …. mais elle est prête a passer à l’acte ? Tu lui a parlé de moi pour cela ? “

Eric ” Elle sait seulement qu’on est copain … Véro fantasme beaucoup sur l’amour à trois, mais elle est très timide … angoisse quand j’évoque les possibles pour concrétiser … ” 

Aie… aie … En fait très femme cette attitude, d’ailleurs beaucoup n’osent jamais vivre leurs fantasmes. Je demande à Eric :

 ” Tu envisages cette concrétisation comment ? Dans quel contexte ? On pourrait dîner tous les trois dans le restaurant d’un hôtel et … un premier flirt intime … et même voir plus …. en fonction des réactions de Véro ” 

Moue d’Eric ” Non, cela marchera pas … Véro se bloquera, même si tu lui plais et qu’elle a très envie … C’est une grande timide ” 

Mais qu’est ce que c’est que cette histoire ? … Il me parle du fantasme de Véro et celui – ci est irréalisable ! Ce n’est pas dans son style … ou alors, il a une idée bien précise.
Avec le même air et ton que s’il évoquait une astuce comptable, Eric me dit:

” Il faudra que tu nous rejoignent dans notre chambre, quand nous ferons ou aurons fait l’amour … Lorsque Véro est dans son plaisir, en plein trip sexe, c’est une autre … là elle acceptera sans problème ” 

Je le regarde un peu surpris et interrogatif

” Excitant et séduisant ton idée … mais, elle risque de se braquer, refuser et voir de crier au viol !… ” 
Eric ” Non … non pas du tout, si on organise bien la chose … je suis sûr qu’elle se lâchera totalement et prendra un plaisir d’enfer, toi aussi !”

 
Dans ma tête, j’imagine ce contexte assez inhabituel et j’ai déjà une envie folle de Véro . D’après sa description, c’est le genre de femme qui me fait flasher . Et de plus ” l’initier ” comme cela, c’est comme faire l’amour à sa jeune cousine encore vierge. Eric poursuit :

” Dans une quinzaine, Véro me rejoindra à Clermont – Ferrand, elle devrait arriver dès le vendredi soir et repartir dimanche midi. L’idéal serait que tu viennes le samedi soir, comme cela je
pourrais la … préparer …

Sans hésiter, je lui dit:

” Ok sur le principe, le lieu et date … mais pour les modalités pratiques ? “

Eric ” Si aucun imprévu, quelques jours avant je réserverais une chambre dans un hôtel en ZI Est et te téléphonerais “

Il regarde sa montre et je comprends qu’il doit partir maintenant . Nous nous levons et séparons devant la brasserie. Le soir même, je bloque sur mon agenda le week-end à quizaine. Mais, dans les dix jours suivants, je m’efforce de ne pas penser à cette future ” initiation au pluriel “. Ma lucidité empreinte de pessimisme, me fait craindre que cela ne soit trop beau pour se réaliser … Le mardi soir avant le week-end décisif, un appel d’Eric.
Il me confirme notre ” rencontre ” de samedi soir et m’indique le nom de l’hôtel et numéro de leur chambre. Eric me précise le timing :

” Vendredi soir vers 22 heures, appelle moi car je serais avec Véro … Je te la passerai quelques minutes, mais tu fais allusion à rien. Samedi, soit à l’hôtel dès 21 heures et laisse-moi un message sur ma boite vocale pour m’indiquer ton numéro de chambre … Dans l’heure suivante, je passerais te voir ou t’appellerais ” 

Le lendemain, je réserve une chambre dans l’hôtel prévu pour ” nos jeux ” et dans les jours suivants, j’ai beaucoup de mal à me concentrer dans mon travail !
Vendredi à 22 heures, j’appelle Eric et lui demande comment il va . Il me répond qu’il est dans une chambre d’ hôtel avec Véro et ajoute :

” Depuis le temps que je parle de toi à Véro, elle voudrait connaître au moins le son de ta voix … mais patiente un peu, elle ne peut te parler là …. sa bouche est occupée.”

La voix d’Eric se fait plus lointaine, j’entends des bruits de succions qui ne trompe pas : Véro est en train de lui faire une fellation ! Puis une voix féminine hésitante et gênée :

” Vous êtes le copain d’Eric … oh pardon bonsoir … ” 
Moi amusé ” Bonsoir et enchantée Véro, vous allez bien ? … enfin je connais au moins votre voix … ” 

Nous échangeons quelques banalités et son trouble me ravi. D’une voix inquiète, elle me demande :

” Mais vous êtes ou ? ici ? … ” 

Je la rassure ” Oh non, à environ trois heures de route … Bonne fin de soirée Véro … Bises “

Samedi dès 16 heures, je prend la route de Clermont-Ferrand. Pendant tout le trajet, je pense à ma “rencontre ” avec Véro et envisage tous les possibles : accepte et nuit torride, se donne avec réticence, juste un flirt intime, refuse gentiment, rejet brutal et crie au viol !… En arrivant en ville, je réalise que je n’aie pas de préservatif. On a pas évoqué ce sujet avec Eric, alors je préfère en acquérir. Je ne veux pas gâcher ma future nuit, par imprévoyance !

Arrivé à l’hôtel, je prend possession de ma chambre et constate que toutes donnent sur une galerie extérieure. Lors du futur changement de chambre, pas besoin de passer par la réception et subir les regards interrogatifs ou égrillards du personnel. Je laisse un message sur la boite vocale d’Eric, puis, je vais dîner rapidement. Dès 20 heures, je suis de retour dans ma chambre et prend une douche. Allongé sur le lit, un peu fébrile et taraudé par mon désir, j’attends la suite des événements.

à suivre …

5 Comments

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :