Shadow

10 ans d’amour – Episode 20

Epilation

Stéphane s’exécuta le plus vite possible. Ses chevilles lui faisant mal et il n’arrivait pas à prendre un réel appui dessus, il mit donc un certain moment. Alors qu’il se concentrait pour monter, il entendit un sifflement et ressentit une brûlure sur ses fesses. La cravache était de retour, la douleur ressentit le fit sursauter et en fait cela l’aida à monter. Il s’installa à quatre pattes, face au mur attendant les ordres suivant.

Son sexe pendait, de par le poids de la cage, et se balançait entre ses cuisse. Il sentit qu’on lui déplaçait légèrement les pieds pour les écarter un peu plus et Alexia vint dans son champ de vision. Elle lui prit son poignet gauche et l’attacha à un anneau dans le coin de la table, de même pour le poignet droit. Il comprit qu’il était une fois de plus à la merci de sa Maîtresse, mais qu’allait-elle faire de lui ?

“Plie bien tes genoux et tire tes fesses en arrière.”

Il fit de son mieux, ses mains étant bloquées, il se retrouva dans la même position qu’un chat en train de s’étirer. Cette position lui écarta les fesses. Sans rien dire de plus elle alluma la tondeuse et commença à la passer dans sa raie, enlevant ses poils. Lorsqu’elle l’éteint, elle lui dit simplement :

“Vu que ce n’est pas facile à atteindre, je vais t’épiler tout cela.”

Il eu des sueurs froides, épiler la raie des fesses ne faisait pas vraiment partis de ses activités standards et favorites. Serrant les dents, il posa la tête sur la table pour se détendre. Il dut retenir de partir vers l’avant quand la cire chaude fut posée. Il résista et respirait rapidement et profondément en anticipation à la douleur à venir.

“3, 2, 1”

Et une vive douleur le projeta en avant et le fit crier comme rarement. Il avait l’impression de sentir chaque poil qu’elle venait d’enlever. Il se plaça à nouveau comme un chat en douceur, car sa peau était comme enflammée. Tout ce qu’Alexia dit était :

“Encore 2.”

En serrant les dents et retenant ses larmes et trouva la force de répondre “D’accord Maîtresse.”

Même s’il ne la voyait pas, elle était satisfaite et impressionnée de sa réaction. Mais cela ne l’empêcha pas de lui appliquer une nouvelle dose de cire sur l’autre côté de la raie. Au bas du dos à l’entrée du canyon fessier. Stéphane était affalé sur la table, les fesses en l’air, la douleur l’avait épuisé de sa courte nuit. Sans prendre connaissance de son état, Alexia lui appliqua de la mousse à raser sur ses fesses. Elle lui rasa consciencieusement ses deux demi-lunes et profita pour les masser en douceur. Cela lui fit un bien fou et malgré sa position, il allait commencer à s’endormir. Il la sentait commencer à venir tourner autour de son anus. Par reflex, il le serra. Jamais on n’avait rentré quelque chose par ici. Voyant cela, elle s’arrêta et vint se placer devant lui :

“Voila, hier on a fait l’avant. Aujourd’hui l’arrière. tu es tout propre maintenant. Et ne t’en fais pas, j’ai comme principe de ne jamais ouvrir la voie, je laisserais ta femme s’en occuper.”

Elle lui décocha un grand sourire et vint fourrer sa langue dans sa bouche. Il accepta cette intrusion et ils échangèrent un profond baiser. Elle lui détacha les mains et ouvrit les bracelets de ses chevilles :

“Tu en aura d’autre à ta taille. Tu peux aller te reposer dans la cellule, un déjeuner t’y attends également.”

Il descendit de la table, le fait de ne plus avoir ses chevilles comprimées était très agréable. Il réussit à aller dans la petite cellule marchant un peu en canard, car ses fesses le brûlait quelque peu. Un plateau était posé à côté du matelas, il contenait quelques tranches de pain, un café et un verre de jus d’orange. Il s’assit sur le matelas et avant de commencer à manger, il regarda sa Maîtresse en train de fermer la cellule :

“Merci Maîtresse.”

Elle baissa les yeux, lui sourit simplement et sortit de la pièce.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.