Shadow

10 ans d’amour – Episode 19

La première nuit

Il finit par les rouvrir rapidement, la cage le dérangeait beaucoup plus que lors de sa petite sieste. Son sexe était encore bien gonflé d’excitation, de par la douche avec sa Maîtresse. Il tournait dans le lit, essayant de penser à autre chose et débander. Impossible la cage le comprimait comme si Alexia avait toujours une main autour de son sexe et le serrait. Il tourna pendant un moment cherchant une position où il ne sentait plus la cage et lui permettant de dormir.

Son sexe restait gonflé, car il se repassait toute sa soirée, de son arrivée jusqu’à son coucher. Il s’imaginait à quoi il devait ressembler vu de l’extérieur, notamment lorsqu’il était en combinaison latex, évidemment ces pensées n’aidaient pas à enlever son érection. Il finit par s’endormir, plus d’épuisement que d’un sommeil réparateur.

Le réveille ne fut pas plus agréable que son endormissement, il fut même pire. Son érection matinale vint s’écraser contre la cage, le réveillant en douleur. Son corps cherchait à gonfler son pénis mais impossible. Il sentait des lancées dans son bas-ventre et son sexe lui faisait mal, ses bourses tirée en avant. Il hésita à crier “Feu Rouge” pour qu’on lui enlève cette cage, mais son ego en aurait pris un coup et il voulait faire honneur à sa femme également.

Lorsqu’il regarda autour de lui, il vit posé sur le sol un plateau argenté. Quelqu’un était venu durant la nuit poser ça ici. Dessus se trouvait des anneaux en métal avec un mot. Il décida de s’occuper de ce plateau en espérant se changer les idées. Il commença par prendre le mot et le lu :

Voici ta tenue pour la journée. Pour ton bien-être je te conseille de la mettre avant mon arrivée.

Maîtresse

Évidemment il n’y avait pas son heure d’arrivée. Autant ne prendre aucun risque et “s’habiller” tout de suite. Il ramassa le plateau, le posa sur le lit et examina ces anneaux. Il s’agissait de bracelet pour les poignets et les chevilles, qui se fermait par un cadenas et muni d’un petit anneau. Tout logiquement ils étaient ouverts et les clefs n’était pas sur le plateau. Il commença par mettre ceux aux chevilles. Son entrejambe était encore en pleine excitation et se plier en deux était douloureux. Surtout que les bracelets était juste assez grand pour ses chevilles il devait même forcer un peu pour les faire rentrer.

A chaque “clic” de cadenas un frisson lui parcourait l’échine, ce son était puissant car il appuyait sur le fait qu’il se soumettait et acceptait de rester l’esclave d’Alexia une journée de plus. Il fit de même pour les poignets, qui était plus agréable à mettre en place et donc à porter également. Il regarda l’heure, 6H43, il n’avait pas dû dormir longtemps. Par la fenêtre une faible lueur parvenait, la nuit commençait à s’éclaircir.

Avant de se recoucher il passa aux toilettes, espérant faire descendre la pression dans la cage en se soulageant. En se levant il eut deux désagréables sensations. La première venait de la cage, qui comprimait encore son érection matinale et rendait la zone plus sensible. La deuxième était au niveau de ses chevilles, les bracelets qui étaient serrés, lui appuyait sur le tendon d’Achille et le gênait dans sa marche. L’avantage c’est que la gêne de ses chevilles lui faisait penser à autre chose qu’à son sexe.

Arrivant péniblement il s’assit et parvint à se soulager, non sans effort de détente. Après un retour au lit, tout aussi douloureux il se coucha. Il ne savait pas s’il arriverait s’endormir mais au moins il se reposait. Ses bracelets pesaient quand même leur poids, il les estimait à 500 grammes chacun et le gênait dans ses mouvements. Il somnola, fermant les yeux quelques instants les ouvrant de longues minutes plus tard plusieurs fois.

Des bruits de pas dans le couloir lui firent ouvrir les yeux, pas de talon haut apparemment. Il se leva en toute hâte et se mit debout en position. Ses chevilles donnaient l’impression de lâcher par moments, suivant les mouvements qu’il faisait. Lorsqu’il entendit le bruit de clefs dans la porte il fit l’effort de se remettre d’aplomb et regarda droit devant lui. L’horloge affichait “9H00”.

La porte s’ouvrit et Alexia entra, il ne put s’empêcher un coup d’oeil en coin, il fut presque déçu. Ce matin elle ne portait qu’un simple leggins et un soutien-gorge de sport, des habits standard, même s’ils mettaient ses formes en valeur. Elle avait changé de coiffure, adieux le chignon strict, et bonjour aux cheveux libre et ondulé qui lui faisait presque une crinière de feu.

“Alors, bien dormis ?”

Il hésite à lui répondre que son endormissement et son réveil furent très pénibles. Sentant que la question était plus de rhétorique que pour connaître la vraie réponse, il se contenta d’un 

“Oui Maîtresse.”

“C’est bien, car tu vas avoir besoin de force aujourd’hui.”

Sans rien ajouter de plus, elle le saisit par l’anneau de son collier et le tira. Devant se pencher il eut encore plus de peine à marcher. Elle s’arrêta rapidement :

“Je pensais que tes chevilles seraient plus petites. On verra cela plus tard, fais attention de ne pas tomber.”

Et elle repartie sans ralentir son pas. Ils sortirent de la chambre et allèrent dans la salle en face, qui était celle contenant la croix où il avait été tondu et encagé. Elle l’amena vers la table

“Met toi à quatre pattes dessus.”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.