Shadow

10 ans d’amour – Episode 16

Le restaurant

Les 2 femmes discutaient devant lui, l’ignorant copieusement. Lui en profitait pour remettre ses idées en places. Ainsi la secrétaire était aussi dominatrice, jamais il ne l’aurait pensé. Le retour au travail lundi sera difficile, quelle posture adopter en public face à elle. Surtout elle comment allait-elle se comporter ? Il fut tirer de ses pensée lorsqu’ils pénétrèrent dans le bâtiment. Apparemment celui-ci était un restaurant à thème.

Un grand espace au centre contenait une dizaine de tables, pouvant accueillir 4 personnes chacune. Tout autour à un demi-niveau au dessus une sorte de coursive faisait le tour, là aussi environs 10 tables était disposé. Des tables pour 2 personnes par contre, une barrière en faisait le tour entrecoupé de colonnes. L’ambiance était chaleureuse et les lumière tamisée. Les murs étaient peints en rouge foncé et toutes les boiseries, barrière et colonnes étaient d’un noir profond. Les appliques au murs elles réchauffait l’ambiance par une lumière jaune-orangée qui se perdait au dessus et en dessous d’elle.

Lorsqu’il avança dans la pièce son regard fut attiré vers le plafond, une cage y était suspendu, avec de gros barreau noir. Était-elle là pour décoration ou pouvait-elle être utilisée ? En ce moment elle était vide en tout cas. De part et d’autre de grand plafonniers permettait d’avoir une lumière chaleureuse à l’ensemble de la pièce. Un coup sec sur la laisse le fit sortir de ses observations.

“Allez on n’est pas au musée ici.”

Il regarda à nouveau devant lui, et voyait ces 2 chevelure. L’un de feu et l’autre d’or surplomber deux corps de rêve, parfaitement dessiné et mis en valeur par le latex. Il finit par regarder ces postérieurs se déhancher au son des talons sur le sol. La salle était bien remplie, la plupart des personnes était en latex ou en cuir. Certains était dans la même relation que lui avec Alexia, mais d’autre semblait être des couples partageant la même passion. Ils montèrent dans la coursive et Nathalie les amena vers un table opposée à l’entrée. Elle tira la chaise pour Alexia l’invitant à s’asseoir et lui rendit la laisse. Stéphane assistait à la scène en position, Nathalie passa derrière lui et tout en disant :

“Bonne soirée” dit-elle d’un ton empli d’innocence. Elle claqua la fesse droite de Stéphane et la malaxa. Il fit un pas en avant, émis un “Hé” de surprise, mais se ravisa d’aller plus loin. Voyant sa Maîtresse télécommande en main, il ne voulait prendre aucun risque. Il se remit en position et attendais.

“Tu semble lui plaire on dirait. Tu peux venir t’asseoir, tu commence à bien réagir.”

Il prit place face à Alexia qui tenait toujours la laisse. Elle la suspendit à un crochet au bord de la table, apparemment prévu pour. Stéphane, assis, avait posé ses mains de par et d’autre des services et regardait devant lui, n’osant bouger ou regarder ailleurs. Elle lui sourit, et tout en le regardant fixement elle expliqua :

“Ce soir, tu vas avoir l’occasion de me poser toute les questions qui te viennent à l’esprit. Ce sera ta seule occasion, n’en oublie pas.”

“Merci Maîtresse.”

“Mais avant, fais moi du bien, viens goûter mon entrejambe !”

“Main..maintenant Maîtresse ?” Il venait de perdre pied à nouveau, là à la vue de tous, il devrait passer sous la table et se glisser entre les jambe d’Alexia ?

“J’ai besoin de me répéter ?” Dit-elle tout en posant la télécommande sur la table

“Non, pas besoin, Maîtresse. Je vais le faire.”

Il recula sa chaise, se pencha pour disparaître sous la table. Ce faisant il jeta un coup d’œil circulaire, les autres clients ne semblait pas plus surpris que cela et n’y prêtait pas plus attention que cela. Un fois sous la table il vit les jambe écartée d’Alexia l’attendant, il lui écarta la robe pour pouvoir se glisser dessous. Ce qu’il n’avait pas pensé c’est que le latex n’est pas du tissus. L’air ne passe pas, du coup il flottait une légère odeur de transpiration et l’air était beaucoup plus chaud.

Lorsqu’il s’approcha de l’entrejambe il vit qu’elle ne portait pas de sous-vêtement et que sa fente était là offerte pour lui. Plus il s’en approchait, plus l’odeur de la transpiration se mêlait à l’odeur du latex et l’espace était de plus en plus confiné. Il la vit se dandiner pour venir mettre sa fente au bord de la chaise et sentit une main saisir sa tête au travers de la robe et le pousser en avant :

“Fais-moi plaisir.”

Et le voici plaqué, la bouche collée contre son entrejambe. Il commença par lui lécher l’extérieur, le goût était amère, probablement la transpiration mais il continua (il n’avait pas vraiment le choix). Il aspirait, léchait l’extérieur des lèvres de manière douce et continue. Ne pouvant la saisir par les hanches, étant bloqué par la robe il passa ses épaule sous ses cuisse et vint en faire le tour. Elle se laissait faire profitant du moment.

Lorsqu’elle lui écrasa à nouveau le visage entre ses cuisses, il fit entrer sa langue. L’intérieur était déjà bien humide et il la sentait rouler du bassins pour qu’il puisse aller le plus loin possible. Il fit des petits coups de tête langue tendue, explora son vagin de haut en bas. S’attardant sur zone où il la sentait réagir fortement. La honte avait disparue, maintenant il était presque fière de s’occuper de sa Maîtresse.

Il se recula et lâcha une cuisse pour commencer à jouer avec ses mains, sa tête fut bien vit remise entre les cuisses :

“Non, uniquement avec la langue.”

Il était dans un autre monde, le manque d’air les odeurs de latex, transpiration et cyprine se mélangeaient. Il sentait sa tête commencer à tourner, mais il continuait de la lécher. Les grandes lèvres ayant gonflé avec l’afflux sanguin la tâche était facilitée. Il s’attardait sur le sommet des lèvres extérieurs. Les aspirants, tirant légèrement dessus par effet de succions puis les relâchaient les léchaient à nouveau. Il sentait toujours sont bassins onduler, une main venait le coller l’empêchant de respirer par moment.

Dans les bruissements de latex il entendias qu’Alexia respirait profondément et rapidement. Des gémissement sortait de son ventre. Il lui semblait aussi entendre quelques voix par moment, mais impossible de distinguer avec qui elle parlait. Il était en train de la lécher depuis un bon quart-d’heure, et était au bord du manque d’oxygène. Alors qu’il la pénétrait à nouveau, elle se recula dans son siège, comme si il n’était pas là. Il était surpris et il sentit une main venir le pousser en arrière cette fois :

“En effet tu es doué avec ta langue, ta femme ne m’a pas menti. Tu peux revenir t’asseoir.”

Il sortit difficilement du dessous de la table. En sortant de la robe il pris une grande inspiration d’air frais, il était devenu rouge avec la chaleur. Il voyait le couple situé en dessous d’eux le regarder avec un grand sourire d’approbation. Se rasseyant péniblement il vit sur la table que les plats avaient été servi, étrange il n’avait rien commandé. Devant lui se trouvait un steak frite standard. Face à Alexia, un magnifique Souris d’Agneau accompagné d’un gratin dauphinois et de légumes vapeur. Elle avait un verre de vin rouge à la main, et le regardait sortir, ses yeux étaient pétillant et elle semblait même avoir rosi quelque peu :

“J’ai passé la commande, tu étais trop occupé pour t’arrêter. Alors tu as des questions à me poser ?”

Il la regardait ébahi d’avoir pu prendre du plaisir en publique et être aussi naturel. Il prit son verre, contenant un rosé standard en bu une gorgée et commença à chercher ses mots.

1 Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.