Un anniversaire décoiffant _ Par ChasteSeverine

Juin 2014, cela fait déjà 10 ans que j’ai épousé mon Maître. Comme à l’habitude, Il organise une fête pour commémorer le plus grand événement de notre vie. Pour nos noces d’étain, je sais que ce sera grandiose!

 

La date est arrivée!

Mon Maître est joyeux et m’annonce que mon cadeau sera une chose que je souhaite depuis longtemps. Il me dit qu’il est temps de me préparer.

Une fois nue, Il ôte ma ceinture de chasteté et m’ordonne de me placer sur notre fauteuil gynécologique auquel Il m’attache pour me faire un lavement. Avant de m’en libérer, Il me place un œuf vibrant dans le vagin et un plug vibrant dans l’anus. Une fois debout, Il me remet ma ceinture, puis me tend un superbe catsuit en latex fuchsia, un corset en cuir vernis noir et des bottes à talons hauts assorties. Une fois habillée, Il me poli le corps afin que ma tenue brille de mille feux.

Après avoir bu un verre au salon, Il me tend une cagoule en latex noir avec pour seules ouvertures de minuscules trous devant les yeux afin de restreindre ma vision et deux tuyaux qui prendront place dans mes narines. L’intérieur de cette cagoule comporte un énorme bâillon gonflable qui va emplir toute ma bouche.  Une fois ce dernier gonflé, Il détache la poire de gonflage et me demande si c’est confortable. J’acquiesce par un hochement de tête bien que, en fait, j’ai l’impression que ma mâchoire va se détacher tellement le bâillon est gonflé.

Il me dit qu’Il va me sécuriser pour le trajet et me place promptement une lourde camisole de force en cuir qu’Il serre très fermement avant de me demander si je suis prête pour la dernière étape de ma préparation. Je hoche de la tête pour Lui signifier qu’Il peut continuer. Il me met alors une lourde cagoule de privation sensorielle en cuir qu’Il ferme sur mon crâne et Il accroche une laisse au collier de celle-ci. Me voici aveugle, sourde et muette!

 

Nous pouvons aller à ma fête!

J’attends un moment, debout… A un moment, Il tire sur ma laisse et me guide vers la voiture. Il m’installe à l’arrière dans un des sièges baquets qui remplacent les sièges d’origine de notre SUV . Puis Il me harnache pour ma sécurité. Il démarre et très rapidement, je sens l’œuf et le plug vibrer en moi! Cela dure tout le voyage et Il ne les arrête que lorsque nous sommes arrivés à destination. Ces jouets placés en moi ont provoqué plusieurs orgasmes. Il me sort de la voiture et nous marchons plusieurs minutes sur des petits pavés que je reconnais alors qu’Il me guide en me tenant en laisse.

Nous entrons dans un lieu que nous fréquentons assidûment depuis de longues années: le Fetish-Café à Anvers qu’Il a fait privatiser pour notre anniversaire de mariage! Etant aveugle, Il m’aide à descendre au sous-sol car l’escalier menant au bar et donjon situés dans les caves médiévales est étroit et assez irrégulier.

Une fois à la cave, je sens que nombre de personnes me touchent. Je recouvre la vue et l’ouïe et distingue des silhouettes et visages familiers, ainsi des voix connues. Mon Maître me demande si j’ai fait bon voyage. J’acquiesce, bien qu’il fut épuisant. Il me dit que je vais vivre une soirée inoubliable qui marquera une grande étape dans ma vie. Rapidement, je suis placée dans la cage sphérique suspendue dans le salon. Les vibromasseurs qui sont en moi se remettent en fonctionnement. Je me tortille tellement que la cage, éclairée par de puissants spots, se met à osciller au milieu de la salle éclairée aux bougies.

Mon Maître et ses invités devisent de choses et d’autres durant un moment, étant servis par ses soumis(es) cagoulé(e)s en tenues de soubrettes latex. Cela me paraît une éternité et les orgasmes me font pousser des cris étouffés par mon bâillon.

Le supplice s’arrête quand mon Maître agite une cloche et prend la parole sur l’estrade. Il annonce à l’assemblée qu’Il a décidé de me faire passer une étape importante dans ma vie de soumise, étape qui annihilera ma vanité. Que veut-Il dire?

La cage redescend au sol et j’en suis extraite par deux soumis cagoulés de cuir qui m’entraînent vers le carcan placé devant l’estrade. Après qu’ils m’aient enlevé la camisole de force, ils me placent dans le carcan en position debout et les vibromasseurs reprennent leur action. Mon Maître est assis sur l’estrade accompagné de deux autres personnes dont les visages sont cagoulés.

 

Je passe devant le « Conseil de discipline »!

Mon Maître lit une liste de griefs qui me sont imputés, certains datant d’avant notre mariage… Lorsqu’Il a terminé d’égrener toutes mes fautes, Il me demande si j’ai quelque chose à dire pour ma défense. Je reste muette, le bâillon qui emplit ma bouche m’obligeant au silence. Il se tourne vers les deux autres personnes assises à Ses côtés et leur demande de décider de la sanction qui doit m’être infligée. Ils se concertent tous trois. Alors que les autres invités me regardent prise dans ce carcan, souffrant des vibrations en moi. Cela s’éternise…

 

Le jugement tombe:

Je suis condamnée à avoir le crâne rasé en public et devrai garder cette coiffure aussi longtemps que mon Maître le voudra. Cela est assorti d’une période minimale de trois ans et deux mois, soit jusqu’à mon quarantième anniversaire.

Mon Maître me demande si je désire faire appel de la décision souveraine du « Conseil ». Je fais signe que non avec ma tête coincée dans le carcan. Il me félicite et les vibros s’arrêtent enfin. Il me dit que la sentence sera exécutée immédiatement.

Je reste encore de longues minutes dans le carcan, le temps qu’on installe une chaise de bondage sur l’estrade. Les deux soumis qui m’avaient entravée au carcan m’en libèrent. Et me conduisent sans ménagement vers la chaise où je serai tondue et rasée. Ils m’y sanglent fermement avant d’ôter ma cagoule en latex. De puissants spots m’éclairent, ce qui m’empêche distinguer qui fait partie de l’assemblée réunie pour assister à mon supplice. Mon Maître vient m’embrasser et me dit que je vais avoir une sacrée surprise avant de me placer une poire d’angoisse dans la bouche.

Les deux personnes en combinaison de cuir qui étaient avec Lui sur l’estrade lors du « Conseil de Discipline » montent sur l’estrade mais n’ont plus de cagoule et je les reconnais! Il s’agit de ma petite sœur de 8 ans ma cadette et d’une de mes collègues. Mon Maître les avait retrouvées comme dominatrices sur Fetlife! Elles rigolent comme des folles se réjouissent de me raser la tête.

Alors, elles se saisissent de grands ciseaux et commencent à me couper des mèches de cheveux qu’elles laissent tomber au sol. Elles me tendent un miroir de temps en temps afin que je puisse admirer ma déchéance. Je pleure, non pas du fait que je vais avoir la boule à zéro car je le désirais depuis des mois et ne cessais de supplier mon Maître de le faire. Mais plutôt que je suis rasée par des personnes que je connais et dont j’ignorais qu’elles faisaient partie de notre monde…

Ce qui me reste de cheveux est passé à la tondeuse, un vieux modèle très bruyant et qui vibre énormément. Je suis terriblement excitée et je jouis. Elles m’enduisent ensuite le crâne tondu de savon à raser et elles finissent le travail au rasoir. La sensation du rasoir sur mon crâne est des plus agréables!

 

Ça y est, je suis chauve

Mon Maître vient essuyer ce qui reste de savon avec un essuie bien chaud et doux. Il enlève ma poire d’angoisse et me félicite tout en caressant mon crâne tout lisse comme une peau de bébé.

Je me sens heureuse et je serai une bien meilleure soumise sans mes cheveux!

Avant de me détacher de la chaise de bondage, mon Maître me remet une cagoule en latex. Mais cette fois assortie à mon catsuit avec des ouvertures aux yeux et à la bouche après que tous les invités m’aient caressée. La sensation du latex sur le crâne est divine!

Une fois libérée, je rejoins les autres convives au salon et la nuit sera très longue. Tout le monde me félicite pour mon courage et ma détermination dans ma démarche de soumission. Nous dansons, mangeons et buvons servis par les soumis(es) en tenues de soubrette jusqu’au petit matin.

Nous rejoignons la voiture et rentrons à la maison. Une fois arrivés, mon Maître me déshabille, ôte ma ceinture et retire les vibromasseurs avant de prendre un bon bain ensemble. Ensuite, nous allons au lit et faisons l’Amour toute la journée.

Je remercie mon Maître pour cet anniversaire de mariage qui restera gravé dans ma mémoire.

 

 

 

One Comment

  • superbe…. un grand moment…. bien ecrit en plus !
    si cette histoire est authentique, je vous envie…
    et, connaissant bien le Fetish café, imaginer la scene a ajouté une dimension certaine au plaisir de la lecture.

    Votre Maitre semble fantastique, et vous une soumise sincère, complice et amoureuse…. et votre relation épanouie….quel plaisir !

    Bravo

Laisser un commentaire