Souvenirs de vacances _ Par Freyja

L’avantage quand on est en vacances seule, c’est qu’on est ouverte aux rencontres.
Enfin pour ma part, sans le vouloir ni le provoquer, je suis souvent interpellée par les gens pour discuter de tout et de rien…

 

C’est ce qui m’est arrivé ce matin sur la plage.

Levée plus tôt mais dans des heures « normales », j’ai décidé d’aller lire sur la plage. Quand les gens commencent à arriver, notamment les familles… et pour le coup une famille monoparentale, papa seul avec ses deux enfants d’une dizaine d’années.
Allongée et plongée dans mon histoire je ne l’aurais pas remarqué s’il n’avait pas engagé la conversation:

–  » bonjour vous êtes venue seule aujourd’hui ?
– pardon? (… Il me tirait de mon bouquin qui dès les premières pages me tirait des larmes…)
– oh excusez moi dit il… Je me faisais la remarque que vous étiez seule aujourd’hui, enfin ce matin.
Je le dévisageais à travers mes lunettes de soleil: Brun assez grand, légèrement rond, quadra bien tassé, teint mât, lunettes de soleil, barbe, un sourire bienveillant … il n’en fallait pas plus pour que ma journée commence bien.

Il continua:
– je vous ai vue hier et avant hier ici… et … vos enfants ne sont pas là ?
– voui (dit dans mon plus beau sourire)… enfin non… j’ai mangé mes enfants au petit déjeuner ! Trempés dans mon café ils étaient délicieux ».

Il a ri …
Et nous avons commencé à discuter de mon bouquin qui inspirait la sagesse… Sa fille est vite venue le chercher en le dirant par le bras « papa, papa, viens voir ce que j’ai fait… allez papa!!! ».
J’ai souris… et il s’est éloigné tiré par le bras en me regardant : » à tout à l’heure peut-être ? »
– « oui à partir de 16h… bonne journée »

J’essayais de replonger dans mon bouquin. … de temps en temps je le regardais lui et ses enfants et je le surprenais à me regarder aussi 😊
Mince nous ne nous sommes même pas donnés nos prénoms …
Je souriais intérieurement à chaque fois qu’il me regardait en me disant « humm je crois que j’ai trouvé mon 4h… » ou encore  » lol serait-ce mon beau souvenir de vacances? »

Voilà comment je pose mon dévolu sur l’objet de mes désirs 🤗🤗🤗

 

… 16h42 nous nous sommes revus sur la plage.
« Sylvain ». Il s’appelle Sylvain. Je ne l’avais pas vu jusqu’à ce que je demande l’heure à mon fils et que, par dessus mon épaule, une voix virile et masculine réponde :

– « 16h42!!! »
Je crois que j’étais attendue, il semblait ravi de me revoir en me disant  » j’ai failli vous attendre!!! » Ce à quoi j’ai répondu « oups j’ai failli vous oublier! » …
Après un rire entendu, il m’a tendu la main pour me saluer  » et se présenter :

-« Je suis Sylvain 47 ans fraîchement séparé  »
Je lui ai alors simplement répondu

–  » Freyja, 44 ans et … et vacances ! » Puis  j’ai retiré ma main. Nous avons épilogué sur mon prénom son origine puis nos vacances à Arcachon…

Sylvain était bavard, débordant d’histoires à raconter au point où à un moment donné je n’en pouvais plus de sa logorrhée.
– « je vous saoule avec mes histoires ? m’a-t-il lancé …
–  » non c’est juste que je regarde en même temps où est mon petit dernier car il bouge beaucoup et n’a peur de rien. … et oui un peu quand même. … j’aime me poser là pour lire tranquillement et me baigner … »

Au moment où je disais cela, mon regard s’est posé sur son maillot . J’ai alors aperçu une érection difficilement camouflable. Sylvain qui avait saisit mon regard ne dit rien… et un silence pesant s’installa. Jusqu’à ce que je lui demandais
-« ça fait longtemps ?
– » c’est-à-dire ? De quoi parlez vous?
– ça fait longtemps que vous n’avez pas baisé ? Que vous n’avez pas fait l’amour?
Sylvain a rougit et devant mon sérieux a répondu assez timidement
– » oui trop longtemps « …
A ce moment-là là sa fille est revenue le chercher en me souriant (elle m’a reconnue je pense).
–  » sauvé par ma fille »  dit-il  avant de partir jouer avec elle au badminton…

 

Mes enfants jouaient tous les trois dans les vagues… je n’avais pas trop envie de lire…. la vision de son sexe en érection m’avait troublée.
Je regardais Sylvain jouer avec sa fille de temps en temps.

A 19h au moment de quitter la plage , Sylvain m’attendait sur le front de mer.
– « à demain ! » Me lança t il
–  » à demain lui dis-je avec mon sourire coquin… ce sourire d’affamée comme le dit un bon ami à moi qui a déjà eu à faire à ma libido ….

Se savoir désirée par un homme qui nous est sympathique est toujours très appréciable.

 

Le lendemain, comme je l’espérais Sylvain était bien au même endroit sur la plage. Il semblait m’attendre au point où il laissa tomber le vouvoiement et manifesta une immense joie à me revoir.
Les enfants sont tous partis se baigner et nous avons fait de même.
Alors que nous nagions côte à côte, à deux reprises sa main vint toucher mon corps d’abord ma cuisse, puis ma fesse. Il s’est confondu en excuses ce à quoi je lui ai dit:

–  » ne t’excuse pas Sylvain. Ça pourrait être agréable si ce n’était pas des caresses fortuites ».

Il semblait surpris et s’est approché de moi. Nous étions à une certaine distance de la plage, là où l’eau recouvrait juste mes épaules.
A son approche je lui retournais le dos si bien que mes fesses se collerent à son bas ventre. Très vite malgré la fraîcheur de l’eau, je sentais son sexe se durcir. Il m’attrappa par la taille pour que notre étreinte soit plus forte.

Je me suis laissée faire.

 

Ses bras autour de ma taille lui offraient la possibilité de me caresser et les seins et mon sexe affamé.
C’est comme cela qu’il glissa sa main dans ma culotte de maillot de bain en gémissant des petits mots « hummm c’est chaud…. Ça à l’air bon …. tu aimes ça ? »
Excitée comme pas deux je collais mes pieds en les crochetant derrière ses genoux. Mes cuisses étaient ainsi bien écartées, offrant ma chatte à sa main audacieuse. Je roulais mon bassin et mes fesses contre son sexe bien bandé. Ma tête reposait en arrière sur son épaule et sur son torse.

Je ne pouvais plus décrocher. Moi même les gémissements se faisaient encore plus envoûtants et profonds… je sentais que le point de non retour était atteint. Je plaquais sa main chaude sur ma chatte et mes mouvements ondulatoires m’amenèrent au plaisir.
Je gemissais comme si j’étais seule à me caresser. Mes yeux étaient clos, non pas à cause des rayons du soleil qui brillaient fort, mais pour retenir l’intensité de ce moment de pure jouissance qui serait unique…. Sylvain chuchotait dans mon cou :

– « tu es déjà venue? …. Ça va ? »
Je restais plaquée contre lui pour que sa bite reste bien placée entre mes fesses.
Je lui repondis :

– « oui je jouis vite. Et toi? Ça va ? »
Sylvain me sera encore plus fort contre son sexe et sa respiration devint plus rauque…  » bouge pas me dit il d’un ton supplicateur, bouge pas » … et tendit qu’il me serrait encore plus fort , comme s’il voulut que nos deux corps n’en fasse qu’un , je sentis simultanément sa bouche attraper mon épaule pour y étouffer un cri et la chaleur de sa semence s’echapper entre mes fesses.
Son étreinte s’affaiblit. Il me demanda:

– « Freyja ça va ?
ce à quoi je lui répondit en souriant :
–  hummm oui, trop bien ….
–  je peux te garder comme ça quelques instants? » Ajouta t il

Je rebalançais ma tête en arrière pour la reposer contre lui en signe d’acquiescement… ses bras restaient enroulés autour de ma taille.
Je ne sais pas combien de temps nous sommes restés ainsi, mais ni lui ni moi n’avions envie de quitter la torpeur de ce moment volé…

 

11 Comments

Laisser un commentaire