Soirée Mojito _ Par Stéphane

Un soir de juillet j’étais invite à dîner chez une amie. Il faisait chaud, et les soirées à Montpellier étaient toujours très étouffantes. Christine avait invitée quelques amies et comme c’était une surprise et que j’étais joueur elle avait pensé à moi, quel honneur vraiment.
J’arrivai donc à 20h30. L’appartement était situé dans des résidences bordant les plages, ce quartier résidentiel brillait par son calme et son emplacement à 100 mètres de la mer calme et paisible. On pouvait entendre le chant des cigales, la chaleur faisait ressortir les parfums des jardins avoisinants. C’était vraiment reposant si on tendait l’ oreille on entendait le bruit des vagues.

Comme j’avais quelque minutes devant moi, je sorti une cigarette, l’alluma et je ferma les yeux. Cela faisait combien de temps que je n’avais pas vu Christine? un an ? deux ans ? C’est vraiment étrange la vie depuis qu’elle a quitté Paul elle avait disparue, presque évanouie dans la nature jusqu’à la semaine dernière. C’est lors de l’inauguration du  TIKI TIKI alors que je sirotais un mojito que je l’ai recroisé. Bref, cette soirée m’intriguait et puis l’idée d’être le seul homme parmi toute ces femmes m’ amusait…

 

Début de soirée

Je regardai ma montre 20h30 ! Je pense que je peux arriver, j’ai toujours horreur d’arrivé en avance. Alors je parcouru 500 mètres longeant le bord de mer quand j’ arriva devant la porte. Mon attention se focalisa sur des rires. Et bien je vois qu’on ne s ennuie pas. Je frappais à la porte et deux minutes plus tard Christine faisait son apparition sur le palier un verre de Mojito à la main. Elle était vêtue d’un petit chemisier en flanelle faisant ressortir la couleur d’un petit soutien-gorge rouge, délicat, sensuelle. Je devinais la douceur du tissu au toucher, son décolleté me faisait littéralement fondre je soupçonnais une poitrine ferme et délicate.

« J’ai invité quelque copines, j’espère que tu n’es pas timide, met toi à l’aise! Je pense qu’on va passer une superbe soirée ! Et j’ai pensé à toi je t’ai ramené un petit souvenir mais tu l’ouvriras plus tard » Elle me regarda fixement, puis m’ôta ma veste pour la mettre sur un long porte manteau en ébène.

Christine avait un superbe appartement très lumineux la porte d’entrée donnait sur un long, très long couloir de couleur jaune  où été accroché des peintures très étranges, légèrement hypnotiques.
J’arriva dans la pièce, une grande table trônait dans le milieu du salon agrémentée d’un superbe bouquet de roses rouges, deux grandes baies vitrées faisaient ressortir le soleil qui commençait à se coucher. Au fond du salon j’aperçu deux silhouettes qui me scrutaient du regard amusées et souriantes, je décida de me présenter.

La première jeune femme se leva:
« bonjour Emma une amie de Christine, enchantée ». Elle était brune et avait les cheveux en arrière en une jolie queue de cheval faisant ressortir de petites oreilles délicieuses et délicates. Elle était vêtue d’une petit robe cintrée et je distinguais la fine bretelle de son soutien-gorge bleu anthracite. Bref elle était charmante avec ces jolis yeux vert en amande lui donnant un air espiègle, une bouche sensuelle arborant un large sourire.

Puis, Christine me présenta sa seconde invitée: « je te présente Léa« . Elle était plus petite mais beaucoup de charme.  Elle était brune, portait un petit jeans qui lui moulait délicatement les fesses. J’imaginais ce qu’elle portait sous ce petit jeans.

Léa posa un petit bisou sur le coin de me joues et me regarda fixement : » enchantée Stéphane vous prendriez bien une petite coupe de champagne? On adore sentir les bulles ça nous rends euphoriques »
L’ambiance était posée ! Nous parlions de tout, de rien et on riait beaucoup c’était très agréable, un parfum de Patchouli se diffusait lentement dans la pièce. Puis la maîtresse de maison éteignit la lumière et nous tendit a chacun une dernière coupe de champagne…..

Un silence s ensuivi
« Et si nous nous amusions à un petit jeu » lança-t-elle,

 

Cap ou pas Cap

« chiche » répondis-je la tête pleine de bulles et amusé
Elles se regardèrent toutes les trois, complices, et se mirent à rire.
« Ok alors Stéphane on va te lancer un petit défi serais tu prêt à le relever? » fit elle

Un ange passa.
« Ok » répondis-je
« Alors voilà un petit scénario que tu dois suivre à la lettre » et elle me tendit une enveloppe et un petit paquet entouré d’un petit ruban en satin, » voilà le petit cadeau que je t’ai ramené de Barcelone,tu dois t isoler pour suivre le scénario »

J’étais très joueur et j’avais envie de rire. Christine me pris par la main :

« je vais te faire visiter les lieux. Mettez-vous à l’ aise je reviens ! »

Puis elle m emmena visiter son appartement. Après avoir vu les chambres, elle se dirigea vers la salle de bains, « prend une petite douche ça va te détendre et lit tranquillement la lettre, joue le jeu tu ne seras pas déçu mes amies sont très joueuses, ne nous déçoit pas….. »

Elle me laissa seul. Ma curiosité grandissante, j ouvris la lettre.
C’était écris « soit l’Homme de la situation je veux ce soir que tu danses pour nous! Tu es notre petit cadeau et porte le petit présent que je t’ai choisi ».
J’ouvris donc le présent:  à ma grande surprise il contenait un petit boxer blanc et un petit string rouge très échancré. J’étais trouble à l’idée de porter ce genre de chose mais pourquoi pas…..

Après une bonne douche chaude j’enfilai ma tenue. Le string était parfait me faisant un petit cul d’enfer. La ficelle était divine. Je bandais de désir à l’idée de m’offrir en spectacle. Le boxer lui me dessinait une cambrure féline.

Après avoir quitté la salle de bain, je me dirigeai vers le salon, j’entendais des rires et plus j’avançais plus les battements de mon cœur grandissaient. La lumière était tamisée, j ouvris la porte à ma grande surprise, chacune portaie un masque et était confortablement installé sur le sofa.
Christine  me banda les yeux et me dirigea vers le centre de la pièce : « ce soir tu es à nous! je veux que tu dansse rien que pour nous, ouvre la bouche ». UNe lampée de champagne inonda ma gorge. « danse, joli mâle nous te regarderons! ».

Soudain j’entendis une petite musique de fond, c’était à moi maintenant de faire durer le suspense. Il faisait très chaud dans la pièce et l’encens qui se diffusait me faisait tourner la tête, les effluves de Patchouli embrasaient tous mes sens.

 

Danse!

Christine me demanda : « tu peux te déshabiller, lâche toi !! On est pas pressée, tu es à nous pour la soirée si tu n’es pas obéissant on va te dresser!  Tu es un joli mâle donne nous envie nous avons faim! »
Je commençais à être en transe, je me mis à onduler doucement, enlevant ma chemise pression par pression. Le temps s’ était arrêté, puis je sentis autour de mon cou comme un petit foulard, j’avais l’impression d’ être en laisse mais ça ne me déplaisait pas ,au contraire j’étais soumis au désir de ces dames. Mon sexe se gonflait de plaisir et de désir. Je bandais à mort et mes couilles était dures comme de l’acier, moulées parfaitement dans ce petit string délicat.

Après avoir fait tomber cette chemise je distinguais derrière le foulard une des jeune femme qui se positionna derrière moi délicatement. Elle ôta la ceinture de mon jeans, « enlève ton pantalon » me dit-elle, elle me fit me pencher en avant et je sentais deux mains descendre mon jean, lentement très lentement. Je sentais les mains qui me caressaient les fesses. Je dansais doucement , mon bassin oscillait de gauche à droit. Ensuite le foulard autour de mon cou se tendit :  « tu es à nous tu es notre esclave ,joli mâle! Enlève ce boxer ». Je l’ ôta délicatement puis je me retrouva en string sentant la ficelle se tendre doucement.

On me fit me mettre à genoux et on me demanda d’écarter les jambes. Soudain je sentis trois paires de mains sur mes fesses. C’était délicat et ferme, puis une main agrippa mes couilles! Une autre main me serra le bout de ma queue, jouant de son ongle sur le frein de mon sexe. Je me tordis de désir tant c était bon! Mes fesses s’ écartaient, je mouillais littéralement puis je sentis quelque chose de froid sur la base de mes couilles.

Christine et ses copines me massaient entièrement de mon petit trou jusqu’ à l extrémité de ma queue. Ensuite je ressentis de la chaleur. Ma queue était raide, gonflée à mort, c’ était divin. J’étais au firmament, je contrôlais mon désir, c’ était fort et puissant. Enfin, je sentis un doigt s’engouffrer dans mon petit cul!  J’ avais chaud! Soudain je reçu une petite fessée et on m’ intima l’ordre de ma retourner.

Elles étaient toutes les trois en train de me caresser, puis une par une, elles me léchèrent, de la hampe à la base de mes couilles. Je bandais fort comme un dieu grec. C’était fort délicieux!! Je sentais ces trois langues aspirer, lécher mes couilles et mon petit cul doucement avec de légers va et vient. Mon gland était gorgé de plaisir et ne pensait qu’à éclater comme un joli fruit mûr.

Les langues n’étaient pas rassasiées, elles en voulaient encore, « on va te faire jouir comme jamais!! ». Alors chacune d’elle me fit une fellation, aussi forte et délicate que la situation, comme jamais je n’avais osé le demander. C’était si fort que je retenais l explosion ultime, tout mon corps se cambrait comme un étalon en pleine saillie. Je frémissais de plaisir, j étais en transe transpercé par l’émotion du plaisir. N’en pouvant plus, une des filles m’ordonna d’exploser : j’explosa longuement et fortement. J’eu un orgasme, une explosion physique et cérébrale. Je jouissais  sur les seins de mes partenaires. Elles me regardaient toutes les trois en souriant se massant la poitrine avec mon sperme chaud. Enfin elles vinrent chacune m embrasser langoureusement ….

 

Soudain j entendis le réveil sonner 4h30 j était trempé de plaisir, j’avais rêvé !! Ce rêve j’en ressentais encore les prémisses du plaisir, c’était fort et délicieux.
Étrange et croustillant ce petit fantasme!

One Comment

Laisser un commentaire