Sieste crapuleuse

Quand on est parent de jeunes enfants, il est difficile de trouver du temps à deux. Mais heureusement, on y arrive! En général, c’est plutôt le soir que nous nous retrouvons enfin seuls!

En ce dimanche après midi, tout est calme chez moi. Les enfants sont couchés pour la sieste. Je décide d’aller m’allonger un moment aussi. Alors, je me rends dans ma chambre, retire mon pantalon et mon pull. Je me retrouve en shorty et brassière et je me glisse sous la couette et ferme les yeux.

Soudain, un bruit provient de l’autre bout de l’appartement. Je me relève rapidement pour aller voir ce qu’il se passe. Jules a eu le même réflexe que moi. Rien de grave, juste un objet qui est tombé. Bref…

Jules me gratifie d’un « en petite tenue » en me caressant les fesses, cela me fait sourire. Je lui propose de me rejoindre sous la couette en tout bien tout honneur.

 

Une sieste? 

 

Nous voici donc, tout les deux, blottis dans les bras l’un de l’autre. Je commence à l’embrasser dans le cou. Puis, je titille le lobe de son oreille avec ma langue.

Prétextant que son jean est en trop, mes mains détachent sa ceinture et ouvrent les boutons un à un. Autant être à l’aise pour une sieste non? Nous nous embrassons et nous rions comme deux ados. Je me redresse pour le retirer totalement. J’en profite pour caresser ses fesses et son sexe qui s’éveille à travers le boxer.

Nos lèvres se retrouvent. Des baisers doux et tendres. Tandis ce que ses mains explorent mon corps. Une des miennes est sur sa fesse, pendant que l’autre glisse sous son polo pour jouer avec ses tétons. La bosse sous son boxer se tend un peu plus.

Nos langues jouent de plus en plus fougueusement. Jules  retire mon shorty et ses doigts caressent ma vulve et glissent en moi sans difficulté. Tellement excitée que je suis déjà trempée de désir. un doigt, puis deux, quel délice.

Je l’aide à retire son t-shirt, et ses doigt reprennent activement leur fouille dans mon intimité. Mes baisers continuent, son cou, son torse, ma langue excite ses tétons.

Mes jambes s’écartent pour lui laisser plus d’accès à mon antre humide. Ses doigts s’activent de plus en plus pendant que son pouce titille mon bouton. Je me mords la lèvre pour étouffer mes gémissement de plaisir. Je ne veux absolument pas faire de bruit pour ne pas être interrompu dans ce moment délicieux. D’ailleurs nous risquons de ne pas avoir beaucoup de temps devant nous !  Il faut passer à la vitesse supérieure!

Pendant que mes lèvres caressent et aspirent son téton, mes mains glissent sous son nombril et je retire son boxer.  Je caresse avec une envie fiévreuse son sexe bandé et ses bourses. Nous nous embrassons, fougueusement cette fois ci. Nous ne tenons plus.

Il me bascule sur le dos, j’écarte mes cuisses pour le laisser s’installer entre mes jambes. Sa verge devant l’entrée de mon vagin, s’y glisse sans aucune gêne. Quelques vas et vient lents et profonds… Délicieuse mise en bouche…. Mais je le veux en moi plus fort ! Mes mains sur ses hanches, je lui fais passer le message tandis ce que nos langues s’entremêlent encore.

Ses assauts deviennent alors plus forts, plus rapides. Je relève mes jambes et les crochètent autour de sa taille. De ses mains, il prend appui sur la tête de lit pour s’enfoncer davantage en moi.

Je suis envahie de plaisir mais je ne veux pas jouir de suite. Je ferme les yeux, ma tête bascule en arrière et s’enfonce dans l’oreiller. Nos respirations sont haletantes. Je retiens de moins en moins mes soupirs et gémissements.

J’ouvre les yeux, nos regards se croisent et dans un ultime baiser nous nous laissons aller dans un orgasme commun. L’un contre l’autre, l’un dans l’autre.

Nous restons ainsi jusqu’à retrouver notre respiration et reprendre nos esprits.

Enfin, il se retira de moi, et je vins me coller contre lui, en fermant les yeux, pour me laisser emporter pas Morphée après cette agréable sieste crapuleuse….

X.O.X.O

Anna

Retrouve mes récits personnels ici 

4 Comments

Laisser un commentaire