Un séjour inoubliable – Ep 36 _ Par Alfaducentaure

EPISODE #36

 

 

– Touchez le bijou ! Au moins pour constater que je l’ai bien mis, vous n’avez même pas vérifié.

– Oui exact, j’ai manqué à tous mes devoirs.

 

Je glisse ma main gauche sous la jupe. Je touche le rosebud, Claire sursaute. Alors, je le saisis à deux doigts pour essayer de le sortir un peu. Claire susurre un « oh ».

 

– Ça te plait ?

– Oui c’est bon.

– De quoi as-tu envie là ?

– De plein de choses.

– Dis !

– De baiser.

– Oui mais comment ?

– Sentir votre bite dans mon cul !

– Ici ?

– Oui sur la table !

– Pas maintenant.

– Pas cap ?

– Si je suis cap mais on va attendre qu’il n’y ait plus personne.

– Je pensais que vous aimiez le risque !

– Là ce n’est plus du risque. C’est imposer nos ébats aux personnes autour de nous, qui, je pense, ne sont pas venus pour ça !

– Allons aux toilettes alors !

– Pas maintenant !

 

Je retire ma main et au même moment Manu apparaît.

 

– Un problème ?

– Pas du tout, Claire a des envies que je ne peux satisfaire.

– Ah, des envies de quel ordre ?

– Sexuel !

– Vous ne pouvez pas apaiser ses ardeurs ?

– Elle veut que je l‘encule sur la table, là, maintenant !

– En effet, je crains fort que ni le moment ni le lieu ne soient très propices.

– C’est ce que je lui disais quand vous êtes arrivé.

– Je peux vous proposer quelque chose toutefois.

– Dites !

– Si vraiment ça ne peut pas attendre, suivez-moi !

 

Nous nous levons.

Claire me précède. Je remarque que les yeux des quelques clients encore en place se braquent sur elle.

 

– On sera plus tranquille ici, dit Manu en ouvrant un lourd rideau.

 

Nous découvrons un petit salon avec quelques fauteuils et tables basses.

 

– Entrez !

– C’est intime, dis-je. On aurait pu dîner ici.

– Quand on est joueur comme vous, on ne cherche pas à s’isoler, n’est-ce pas ?

– ça dépend pour quoi.

 

Il referme la tenture derrière nous.

 

– On sera tranquille ici mais je n’ai pas beaucoup de temps !

– Alors n’en perdons pas en palabre. Viens là Claire, tiens-toi bien droite, écarte un peu les jambes et mets tes mains sur la nuque.

 

La grande brune s’exécute.

Je descends la glissière de la veste jusqu’à l’ouvrir entièrement.

 

– Regardez ces beaux seins, qu’en pensez-vous ?

– Magnifique ! Je peux les toucher ?

– Oui allez-y !

 

Il tend une main puis la pose sur un des seins, le caresse, en fait le tour puis passe au second.

 

– Ils sont fermes et pointent beaucoup.

– Pincez-les !

– Vraiment ?

– Oui.

 

De ses mains, il se saisit des deux seins en même temps puis ses doigts enserrent les tétons et les pincent.

Claire soupire.

 

– Elle aime ça on dirait ?

– Bien sûr. Vous pouvez aussi les mordiller !

– Avec plaisir.

 

Et il ne se fait pas prier. Sa bouche remplace ses mains et je devine, aux miaulements de Claire, que ses dents sont en action.

Pendant ce temps, je remonte la fermeture Eclair de la jupe jusqu’en haut. Il n’y a plus qu’un bouton pression qui maintien le vêtement.

Je glisse une main entre ses cuisses, c’est tout trempé !

 

– Alors qu’en pensez-vous ?

 

Il se recule.

 

– Très excitant, je n’ai encore jamais vécu ce genre de situation.

– Ce n’est que l’amuse-gueule. Maintenant passez au rez-de-chaussée, vous n’allez pas le regretter mais je vous préviens, c’est l’inondation !

 

Là encore pas besoin de lui dire deux fois, il met une main entre les cuisses écartées.

 

– Wow en effet !

– Dites-moi ce que vous faites.

– Là j’ai une main sur sa chatte et un doigt qui caresse sa fente.

– Pénétrez-la.

– Voilà, je mets un doigt dedans.

– Faut en mettre plusieurs !

– Ok alors un deuxième, et un troisième.

 

Claire se dandine, elle semble apprécier.

 

– C’est bon ?

– Oui !

– C’est ce que tu voulais ?

– Oui !

– Et quoi d’autre ?

– Je veux être baisée !

– Avant, tu vas nous donner du plaisir.

– Très bien.

 

Aux sons des « floc floc » qui me parviennent, Manu s’active dans la chatte. Claire prend son pied mais laisse échapper des criailleries qui prennent de plus en plus d’ampleur. Je pose une main sur sa bouche.

 

– Chut, pas si fort, on va se faire repérer.

 

Elle fait un signe d’approbation avec la tête.

Manu retire sa main. Il se saisit d’une serviette posée sur une desserte.

 

– Ça vous fait bander ?

– Oh oui, un max !

– Peut-être que Claire aimerait voir ça. Qu’en penses-tu ma chérie ?

– Oui j’aimerais bien.

– Vous nous montrer ?

 

Il se recule, descend la braguette de son pantalon et sors son sexe. Il n’est ni très gros ni très long mais bien tendu.

 

– Tu vois ma chérie comme tu le fais bander ?

– En effet.

– Caresse-le !

 

Elle fait un pas en avant, enserre la bite dans une main puis commence à le branler.

 

– Si elle continue, je vais gicler.

– Déjà ?

–  Oh oui.

– Alors arrêtons-nous !

– Elle peut me sucer ?

– Sans capote non !

– Vous n’en n’avez pas ?

– Pas sur moi, et vous ?

– Non plus !

– Alors pas de sucette !

– Dommage.

– Vous avez remarqué son bijou ?

– J’ai senti quelque chose oui.

– Claire, tournes toi et montres-nous !

 

Elle fait une rotation de 180°. Je remonte la jupe sur ses hanches.

 

– Penches-toi !

 

Elle s’appuie sur la desserte et présente son cul de façon très obscène.

 

– Vous le voyez là ? Dis-je en écartant les fesses avec mes deux mains.

– Sublime !

– Branlez-vous dessus !

 

Il a fallu à peine deux minutes pour que trois jets de sperme atterrissent sur les fesses de Claire.

 

– Eh bien, ça n’a pas tardé !

– J’avoue que je n’ai pas pu me retenir plus longtemps.

– Je vous comprends. Vous essuyez tout ça ?

 

Il reprend la même serviette et éponge la semence.

Claire se réajuste comme elle était arrivée.

 

– Ça va aller Manu ?

– Oui, je vais reprendre mon service rapidement. C’était très bien !

– Ce n’était pas grand-chose, juste un aperçu.

– Je vous envie.

– Vous êtes marié ?

– Oui.

– Vous n’avez pas ce genre d’aventure avec Madame ?

– Non pas vraiment !

– On y va Claire ?

– Oui.

 

Nous regagnons notre table.

 

– Alors, donne-moi ton avis ?

– Mon avis sur ?

– Sur ce qui vient de se passer.

– C’était très excitant.

– Qu’est-ce que tu as le plus aimé ?

– Tout !

– C’est-à-dire ?

– Le trouble quand on est sorti de table sans savoir où nous allions.

– Parce que tu ne savais pas ce qui allait se passer.

– Oui c’est ça.

– Et puis ?

– Me montrer devant un inconnu, je crois que je n’avais jamais autant mouillée !

– J’ai rarement vu ça en effet ! As-tu aimée être à notre disposition ? Te sentir soumise à nos désirs ?

– Oui beaucoup.

 

Alors que je m’apprêtais à poser d’autres questions, Léa déboule à notre table.

 

– Je croyais que vous étiez partis !

– On ne serait pas partis sans vous dire au revoir. On s’est juste absentés quelques minutes.

– Absentés ? Je ne vous ai pas vu en bas !

– Nous ne sommes pas descendus.

– Ah bon ?

– Manu nous a fait visiter le petit salon.

– Ah oui ? Et qu’en pensez-vous ?

– Disons que pour ce que nous avions à faire, c’était très bien.

– Ah je vois, vous cherchiez un peu d’intimité ?

– C’est tout à fait cela.

– Vous avez fait des choses coquines ?

– Si vous saviez.

– Oui j’aimerais savoir.

– Demandez à Manu !

– A Manu ?

– Oui !

– Il était avec vous ?

– Oui !

– Oh le cochon !

– Vous pensez que nous avons fait des cochonneries ?

– Certainement ! En attendant voici la carte des desserts.

– Ah merci, que conseillez-vous ?

– Le tiramisu est à tomber ! Sinon le nougat est super aussi mais tout est bon, et fait maison !

– Qu’en penses-tu Claire ?

– La salade de fruits frais me tente.

– Et moi… votre culotte !

– Pardon ?

– J’aimerais votre culotte en guise de dessert.

– C’est bien ce que j’avais entendu ! Vous pensez vraiment que je vais vous la donner ?

– Pas cap ?

– OK ! Regardez bien.

 

Elle se retourne, nous montre bien sa croupe dont on voit la culotte au travers de sa robe puis s’en va.

 

– Vous avez osé ? Demande Claire.

– J’ai sauté sur l’occasion du dessert pour voir sa réaction.

– Elle va le faire.

– Bien sûr, elle n’a pas trop le choix.

– Qu’est-ce qu’on fait après ?

– Qu’aimerais-tu ?

– Continuer dans le même état d’esprit.

– Bien sûr !

– Alors, le programme ?

– Ça tu n’en sauras rien !

– Je m’en doutais.

– Tu n’as pas confiance ?

– Si !

– Alors laisse-toi faire.

– OK !

 

Léa est de retour avec les mains chargées. Elle sert Claire en premier puis vient vers moi et pose devant moi une assiette recouverte d’une cloche.

 

– Voilà les desserts, s’exclame-t-elle.

– Mais qu’est-ce donc ?

– Votre dessert !

 

Elle soulève l’ustensile découvrant ainsi un morceau d’étoffe blanche.

 

– Ta dam !

– Je m’en doutais.

– En général les défis ne me font pas peur !

– Mais qui nous dit que c’est votre culotte ?

– Monsieur croit que je le baratine et ça alors ? Dit-elle en nous montrant bien sa croupe sans aucune lingerie.

– Vous portez peut-être un string qui ne se voit pas, dis-je.

– Vous ne vous appelleriez pas Thomas par hasard ?

– Non c’est Jérôme !

– Puisque vous persistez.

 

Elle relève alors sa tunique juste de façon à constater sa nudité.

 

– Alors qui a dit que je n’étais pas cap ?

– Nous étions certains que vous le feriez. Jolie marque du maillot, vous bronzez en string ?

– Oui.

– Vous ne faites pas de naturisme ?

– Je n’ai pas eu l‘occasion cette saison.

– Je connais une petite plage sympa, ça vous tenterait ?

– Avec votre amie alors, dit-elle en regardant Claire de façon charmeuse.

– Vous préféreriez que je vous laisse toutes les deux ?

– Pourquoi pas ?

– Qu’en penses-tu Claire ?

– Ça m’irait aussi !

– Eh bien voilà qui est franc ! Vous êtes lesbienne ?

– Pas que, j’aime aussi les mecs, dit-elle en riant.

– Regarder deux filles faire l’amour c’est extrêmement excitant !

– Ça vous arrive souvent ?

– Non pas souvent !… Qu’est-ce que je fais de mon dessert ?

– Vous pouvez le garder, c’est cadeau !

– Je vais le donner à Manu pour sa collection.

– Faites comme vous voulez !

– En attendant, est-ce que je peux avoir un café ?

– Oui bien sûr

– Tu en veux un aussi Claire ?

– Un thé plutôt, vert si vous avez.

– Oui bien sûr.

 

Elle fait demi-tour puis repart.

 

– Il semblerait que tu lui plaises.

– C’est ce que j’ai cru comprendre, elle me fait les yeux doux.

– Elle n’est pas à ton goût ?

– Faut voir, un peu trop sûr d’elle peut-être.

– A part avec mes copines à la villa, n’as-tu jamais eu de relation avec une fille ?

– Non jamais.

– Aimerais-tu ?

– Pourquoi pas ?

– Avec Léa ?

– A voir !

 

à suivre…

retrouve les épisodes du séjour inoubliable ici

 

5 Comments

  • estelrich alain

    Hoummmmmm TROP TROP BON . JE ME SUIS FAIT SUCER EN MÊME TEMPS PAR UNE AMIE QUI ÉTAIT JUSTE LA AVEC MOI . TROP BON J AIME J AIME JE LUI ET AUSSI JOUI DANS SA BOUCHE TROP BON . MERCI Anna….

  • paule

    J’ai lu l’intégralité.C’est bien écrit dans l’ensemble, il y a quand même des fautes d’orthographe et de grammaire. Quelques incohérences aussi. Dommage car ça ramène à la réalité…
    Une culotte fendue, c’est un écrin pour mettre en valeur une vulve, c’est fait pour jouer avec, pas pour la quitter rapidement. Un soutien gorge 1/4 de sein ou demi lune, présente les seins en offrande comme sur un plateau.
    Un homme aussi performant et endurant aussi souvent, même à 20-25 ans ça n’existe pas, dommage …
    A mon avis, ça va tout trop vite, trop rapidement/facilement avec trop de monde.
    Pas assez de détail sur les sensations des caresses, des baisers, des pénétrations…
    A ce rythme là, il va y avoir encore pas mal d’épisodes et c’est tant mieux !

    • Bonjour Paule. Je vous remercie pour votre commentaire. J’aurais aimé que vous releviez les fautes d’orthographe et de grammaire afin de les corriger dans le récit. Je conçois également qu’il peut y avoir des incohérences, lesquelles avez-vous relevées ? Vous dites que « ça va trop vite », « trop de monde », « pas assez de détails » etc. Je tiens tout de même à préciser que je ne suis pas un professionnel de l’écriture !
      Je vous confirme qu’il est prévu encore pas mal d’épisodes, cela doit vous conforter.

Laisser un commentaire