Un séjour inoubliable – Ep 35 _ Par Alfaducentaure

Episode #35

 

Nous lui faisons part de nos choix respectifs.

 

– Quel vin souhaitez-vous boire avec ceci ?

– Si on restait sur le Champagne, qu’en penses-tu Claire ?

– ça me va.

– Qu’en pensez-vous Mademoiselle ?

– Un menu tout au Champagne ? Oui c’est bien.

– Alors restons-y !

– Parfait. Madame, Monsieur, je vous souhaite une très bonne soirée.

– Merci !

– Vous ne pouvez-pas vous empêcher vous alors !

– M’empêcher de ?

– Votre façon de la regarder !

– Explique !

– Vous fixez les regards, vous charmer sans arrêt !

– J’aime regarder les gens dans les yeux !

– Vous n’avez pas regardé que les yeux ! C’est peut-être gênant pour certains.

– Tu l’as sentie perturbée ? Troublée ?

– Un peu oui. Comment la trouvez-vous alors ?

– Mignonne !

– Elle a de jolies jambes.

– Oui.

– Une belle poitrine aussi.

– Sans soutien-gorge ce serait mieux !

– On verrait tout ! Ce serait très indécent.

– Comme ta tenue !

– Oui mais elle, elle travaille et vis-à-vis des clients je pense que ce serait mal vu. Tout le monde n’a pas l’esprit mal tourné comme vous !

– C’est ma fête ce soir non ?

– Je plaisante !

– Tu sais, si tu ne te sens pas à l’aise ou contrainte à faire quelque chose que je te demande, n’hésites pas à me le dire. Je n’ai jamais imposé quoique ce soit à qui que ce soit.

– Je saurais vous dire si ça dépasse les limites mais pour le moment ça va.

– Parfait !

 

Nous reprenons du Champagne alors que la serveuse apporte nos entrées.

 

– Hum j’ai faim ! S’exclame Claire.

– C’est très appétissant.

 

Tout en dégustant nos plats, nous discutons de nos diverses expériences. J’apprends ainsi que Claire n’a jamais rencontré un homme qui lui fasse faire des choses comme celles que je lui demande. Qu’à côté de moi, les précédents étaient très classiques !

 

– Qu’as-tu vécu comme situation la plus excitante ?

– Avant vous ?

– Oui !

– Pas grand-chose.

– Rien du tout ?

– Si… fellation dans une voiture !

– Ah oui, quand même !

– Vous vous moquez.

– Juste un peu…

– Tu n’as jamais baisée à l’extérieur ? Dans des lieux publics ?

– Non !

– Tu as donc beaucoup à apprendre alors.

– Je suis impatiente de vivre de nouvelles expériences.

– C’est encourageant.

 

La jeune serveuse revient vers nous.

 

– Est-ce que je peux débarrasser ?

– Oui, nous avons terminé.

– Est-ce que cela vous a plu ?

– C’était parfait, n’est-ce pas Claire ?

– Oui très bien !

 

Elle s’affaire à retirer nos assiettes et quand elle arrive tout près de moi, de son corps, émanent des senteurs très subtiles.

 

– Très agréable votre parfum, lui dis-je.

– Merci Monsieur.

 

Elle rougit.

Nous la regardons s’éloigner.

 

– En effet, on voit sa culotte !

– Je vous l’avais dit.

– A propos de culotte, comment te sens-tu ?

– Franchement ?

– Bien sûr !

– Humide.

– Ah oui ?

– Oui, très.

– Tu vas aller aux toilettes et la retirer.

– Maintenant ?

– Oui. Il faut descendre et c’est dans le fond, sur la gauche.

– D’accord.

– Et avant de revenir, tu replaceras la jupe pour que la fente soit au centre.

 

Claire se lève, exhibant impudiquement la jarretière d’un bas sur le haut d’une cuisse.

J’ai juste envie de la plaquer sur la table et…

 

– Tout se passe bien ?

 

Une voix douce m’extirpe de mes songes.

 

– Euh oui, très bien, merci. Et vous ?

– Ah oui ça va !

– Quel est votre prénom ?

– Léa.

– Vous êtes bien ici, Léa ?

– Oui !

– Vous travaillez pour la saison ?

– Oui, je viens ici tous les étés depuis trois ans.

– Sinon vous êtes étudiante ?

– Oui !

– Qu’est-ce que vous faites comme études ?

– Je fais un master en gestion de patrimoine.

– Oh, pas facile ça ?

– Non, faut s’accrocher !

– Que voulez-vous faire après ?

– Gestionnaire de patrimoine !

– Oui ça va de soi !

– Excusez-moi je dois y aller là.

– Bien sûr, pardonnez-moi de vous accaparer.

– Mais y’a pas de mal.

 

Et alors qu’elle allait s’en aller :

 

– Excusez-moi.

– Oui ? Dit-elle en se retournant.

– Ce serait mieux sans !

 

Elle me regarde l’air ébahi mais, alors qu’elle s’apprête à me demander sûrement des précisions, Claire réapparait. Et Léa disparait.

 

– Comme ça ?

 

Claire est plantée devant moi, poings sur les hanches et jambes écartées de façon à tendre au maximum la jupe ouverte aux trois quart. Les jarretières des bas sont complètement dévoilées.

 

– Approche !

 

Elle s’avance. Je tends une main et la glisse entre ses cuisses.

 

– Tu as obéis, c’est bien. Tu es toute trempée dis donc !

– Ça vous étonne ?

– Pas vraiment.

 

J’insère un doigt dans sa fente, elle soupire.

 

– C’est bon ?

– Oui !

– Vas t’assoir.

 

Elle reprend sa place face à moi.

 

– Où est le string ?

– Dans une poche.

– Met-le là.

 

Elle le sort puis le pose en boule sur la table. Je le prends et l’étale de façon bien distincte.

 

– On va voir ce que c’est ! S’exclame Claire.

– Oui bien sûr !

– Ça vous amuse ?

– Pas toi ?

– Si !

 

A ce moment Léa arrive avec deux assiettes.

 

– Voici la suite de votre repas.

– Merci.

 

Elle sert Claire puis vient se coller à moi.

 

– Pour vous Monsieur, dit-elle en se penchant pour poser l’assiette et là, je ne peux m’empêcher de jeter un œil dans le décolleté. Force est de constater qu’il n’y a plus de soutien-gorge. Est-ce mieux ainsi ?

 

Elle se retire avec un grand sourire sans que je puisse répondre.

 

– Elle vous a bien eu !

– T’as vu ?

– Pas vraiment mais je me doute !

– Elle a retiré le soutien-gorge ! C’est une joueuse !

– Je n’ai pas vu si elle avait enlevé sa culotte.

– Au prochain passage !

 

Au moment où nous entamions notre plat, le maître d’hôtel vient près de nous.

 

– Comment cela se passe-t-il ?

– Parfaitement !

– Ça vous plait ?

– C’est excellent !

– Alors bonne continuation.

– Attendez… J’ai un cadeau pour vous.

 

Je tends la main pour me saisir du string.

 

– Tenez, c’est pour vous.

– Merci !

– Elle le portait en arrivant ici. Mais elle vient tout juste de le retirer.

– Elle est nue maintenant ?

– Oui. Vous ne me croyez pas ? Vous voulez constater ? Claire peux-tu montrer à Monsieur ?

 

Elle se recule un peu puis écarte les jambes pour bien montrer son entre cuisses.

 

– Ah oui !

– Ouvre ta veste aussi s’il te plait et montre que tu n’as rien non plus.

 

Claire obtempère et descend le zip juste en dessous de la poitrine.

 

– Je vous l’avais dit !

– En effet ! Bon, je vous laisse terminer.

– Je peux vous demander votre prénom ?

– Emmanuel mais on m’appelle Manu.

 

Il s’en va.

 

– Je peux refermer la veste ?

– Non !

– Un peu quand même, il y a du monde autour !

– Ok mais laisse tout de même voir la naissance de tes seins.

 

Elle s’exécute.

 

– On a laissé refroidir, j’espère que ça va aller quand même ?

– Pour moi c’est bon !

– Heureusement que l’assiette est bien chaude sinon, le poisson froid, ce n’est pas terrible !

– Elle revient, me dit Claire.

– Léa ?

– Oui.

 

– Je vous ressers du Champagne ?

– Volontiers.

 

Elle s’empare de la bouteille placée dans le porte seau, sert Claire puis viens vers moi.

 

– Alors ? Dit-elle.

– Alors ?

– Vous aviez dit que ce serait mieux sans, alors avez-vous remarqué ?

– En effet j’ai vu !

– Et ?

– Bravo, vous êtes courageuse parce que ça se remarque !

– Il y a beaucoup moins de monde maintenant sans quoi je ne me serais pas permise.

– Vous le faites souvent ?

– Jamais ici, sinon oui, ça arrive souvent même !

– Vous avez gardé le bas ?

– D’après vous ? Dit-elle en reposant la bouteille. Bonne continuation !

– Si je n’étais pas là vous lui auriez proposé de prendre ma place non ?

– Tu es jalouse ?

– Pas du tout !

– Tu es mon seul centre d’intérêt ce soir, tu le sais bien.

– Je suis certaine que la prochaine fois qu’elle viendra, elle aura retiré sa culotte, on fait le pari ?

– Non parce que je le pense aussi ! Tu as terminé ?

– Oui.

 

De la poche de ma veste, je sors une petite bourse.

 

– Tiens c’est pour toi ?

– C’est quoi ?

– Un cadeau !

– Je peux l’ouvrir ?

– Non pas maintenant !

– Ah bon ?

– Je te taquine, oui vas-y !

 

Elle déballe le petit sac.

 

– Qu’est-ce que c’est ?

– Tu ne sais pas du tout ?

– J’ai une petite idée.

– Alors ?

– Un bijou pour… les fesses ?

– Exact !

– Voici autre chose qui va avec.

– Du gel ?

– Oui c’est préférable !

– Je vois où vous voulez en venir.

– Alors exécution !

– Maintenant ?

– Oui vas !

 

Alors que Claire se dirige vers les escaliers, elle croise Léa qui va s’occuper d’une table. Je la suis des yeux, je constate le ballotement de ses seins libres. Par contre, je ne distingue plus sa culotte, l’aurait-elle retirée ?

Je lui fais signe. Elle se dirige vers moi, les bras chargés d’assiettes.

 

– Vous êtes une sacrée coquine vous !

– Moi ?

– Oui vous !

– Pourquoi dites-vous ça ?

– J’ai bien remarqué.

– Remarqué quoi ?

– Vous l’avez aussi retirée !

– De quoi parlez-vous ?

– Faites pas l’innocente, je vois bien que vous n’avez plus de culotte !

– Oh zut, elle a due tomber !

– Vous êtes joueuse ?

– Comme vous non ? Et plein d’autres choses aussi ! Dit-elle en repartant.

 

Elle croise à nouveau Claire, cette fois-ci dans l’autre sens.

 

– Ah, j’ai failli attendre !

– Non mais dites donc, quelle impatience !

– Je plaisante. Alors vos impressions ?

– Ne me demandez pas de vous le montrer ?

– Ça veut dire que tu l’as mis ?

– Bien sûr !

– Donc vos impressions ?

– Bizarre mais pas désagréable.

– C’est une première aussi ?

– Tout à fait.

– Vous connaissiez quand même ?

– J’en avais entendu parler oui.

– Si ça vous incommode, retirez-le !

– Non, au contraire.

– Tu aimes le plaisir anal ?

– Oui. Vous aussi non ?

– J’avoue. Ce n’est pas désagréable !

– Je vous le prêterai !

– Pourquoi pas ? J’aime innover ! Il parait qu’assis c’est encore plus excitant.

– Je le sens mieux c’est vrai.

– Ça t’excite ?

– Disons que ça me donne des envies !

– Ah oui ? Lesquelles ?

– Plus tard !

– Non dis !

– Pas maintenant, elle revient !

 

En effet, Léa est de nouveau auprès de nous.

 

– Je vous débarrasse ?

– Oui nous avons terminé.

 

Elle recommence son manège en chaloupant autour de nous.

 

– Aviez-vous choisi un dessert ?

– Pas encore.

– Alors je vous envoie Manu.

– OK

– Elle vous allume un max avec ses airs de sainte Nitouche !

– Mais non !

– Bien sûr…

 

Il faut me ressaisir. Léa me perturbe mais c’est avec Claire que je suis venu, c’est elle qui m’a subjugué et c’est avec elle que j’ai envie de jouer.

 

Alors que je m’apprête à lui faire une proposition, elle se lève et vient se coller à moi.

 

A suivre…

Pour retrouver les épisodes du séjour inoubliable c’est ici

One Comment

Laisser un commentaire