Une Maison Pour 4 – Ep 12 _ Par CamilleC

Notre vie à quatre. Journal. Dimanche 23 octobre 2016. Jour 9 -suite-.

« Oui on y va tous » répond-elle simplement. Et on est reste paralysés un instant. Et puis tu dis « Et bien alors on y va ». Il nous faut peu de temps pour être prêts et pour que nous embarquions vers chez Max ou plutôt son hôtel, chic, à Biarritz. La porte est là devant nous.

C’est Margot qui sonne et c’est Max lui-même qui ouvre, un sourire aux lèvres. Il ne se force pas il est réellement content de nous voir tous les 4, apparemment. Mais il ne dit pas un mot, simplement il s’efface pour nous laisser entrer et nous entrons à la suite les uns des autres vers le centre de la chambre, plutôt sombre.

Forcément, les volets roulants baissés presque jusqu’à terre, ça laisse peu entrer la lumière. L’ambiance met mal à l’aise tout le monde semble-t-il. Les mains dans les poches je fais le tour de la pièce, cherchant un truc, un livre à regarder de loin, pour m’occuper l’esprit mais j’ai beau chercher, pas de bibliothèque ici, pas de livre. La petite suite a deux pièces et nous sommes dans un salon tout simple, un sofa, deux fauteuils, une table basse bizarrement « design ». Elle n’est ni ronde, ni carrée et encore moins rectangulaire, non elle est bizarre.

Tu parles doucement avec Max au milieu de nous. Vous chuchotez pour que nous n’entendions pas. Carine, prudente, s’assoit sur un fauteuil, comme ça elle est sûre de ne pas être rejoint par quelqu’un. Je me laisse tenter par le canapé. Qu’il est moche ce canapé. Tu t’assois soudainement dans le fauteuil opposé à Carine. Max s’absente. Nous l’entendons fouiner dans les placards de la kitchenette.

Il revient avec une bouteille de champagne et une seule flûte. Il débouche la bouteille et sert le seul et unique verre. Tu ne dis mot. Je le regarde interloqué ne sachant où il veut en venir. Carine ose poser la question qui nous brûle les lèvres. « Qui boit ? » Max rit à gorge déployée. « Mais toi voyons, toi. Cette bouteille est pour toi ». Carine rit doucement et lui dit « ça va peut- être être un peu beaucoup pour moi ». Devant ton silence, la surprise d’Alex, l’inquiétude de Carine je me lance et lui dit : « Elle n’a pas trop l’habitude de boire beaucoup Max ».

Max me fixe et me dit d’un ton qui n’appelle aucune réplique « Je t’ai rien demandé et si je dis que cette bouteille est pour ta femme, c’est que c’est pour elle et elle uniquement ». Je hausse les épaules, conscient que je ne pèse rien ici. Je te regarde de loin mais tu es immobile, comme absente. Carine a changé de regard et une certaine crainte se lit dans ses yeux. Max tend la flûte qu’elle prend. Elle la porte à sa bouche et boit un peu de champagne.

Max sort un appareil photo d’un tiroir de la table basse, un Nikon je crois et me le donne. « Chaque fois qu’elle boit une gorgée, tu prends la photo ». Un peu provocateur et surtout agacé, plus pour te faire réagir toi que lui je lui lance « Zut, j’ai loupé la première alors ! ». Max me lance un regard glaçant. Tu ne bouges pas d’un poil. Je prends l’appareil en main, désespéré.

Carine boit une seconde gorgée je prends la photo. Max agacé dit à Carine « A ce rythme on va y passer l’après-midi ! ». Carine boit à nouveau. Photo ! Et encore, Photo ! Elle finit sa flûte et la repose sur la table. Celle-ci se renverse et se brise sur le plateau en verre. Vu sa nervosité et la forme bizarre de la table octogonale avec différents niveaux, rien d’étonnant. Max du tranchant de la main, pousse les morceaux sur le niveau inférieur. Sans un mot il retourne à la kitchenette, sort une autre flûte et sert à nouveau du champagne. Il tend le verre à Carine.

Elle n’ose plus rien dire et le prend. Max d’un ton autoritaire lui dit « boit ! ». Mais qu’a-t- il donc dans la tête ? Personne ne comprend plus rien, sauf lui, sauf toi ? Qu’allait-il advenir de nous ? Je regarde Alex, elle a l’air terrifiée. Je sens qu’elle regrette à cet instant son « On y va tous ». Elle culpabilise pour Carine qui se retrouve maintenant dans l’œil du cyclone. Carine boit les flûtes les unes derrière les autres. Deux, trois, quatre. Personne ne bouge sauf Max qui remplit les verres et moi qui prend des photos.

Carine commence à sourire voir même à rire, un rire nerveux. La moitié de la bouteille est partie. Et Carine boit mécaniquement, ne s’apercevant plus du moment où Max lui remplit son verre. Carine boit, l’appareil photo crépite. La bouteille est finie. Carine titube, elle est complètement ivre, elle rit, se lève, danse toute seule comme ça sans musique. Max me dit de continuer de prendre des photos… J’ai les larmes aux yeux.

 

Max se tourne vers toi : « Tu avais raison, tu maîtrises bien ton petit groupe. Tu m’impressionnes. Ce cocu ne broncherait pas si je violais sa pute ivre là sur la table. Quant à sa copine je me demande si elle ne préférerait pas être à sa place si je passais à l’acte… Bon va la mettre au lit, saoule comme elle est, elle n’est plus capable de quoi que ce soit… ».

Tu te lèves sans un mot et rejoint Carine qui continue de danser dans un brouillard de champagne. Tu l’attrapes par l’épaule et lui parle doucement à l’oreille. Après une protestation pour la forme elle se laisse guider et nous vous voyons disparaître derrière la porte de la chambre. Tu reviens quelques secondes plus tard, un sourire gêné sur les lèvres. Toi aussi semble-t-il tu regrettes de nous avoir traîné dans cette galère…

 

Max a profité de ta courte absence pour poser une seconde bouteille de champagne sur la table. Et deux flûtes. Hilare il te lance : « Bien, ma très chère Margot, viens donc t’asseoir et trinquons. » Il ouvre la bouteille et remplit les deux verres. J’ai posé l’appareil photo et m’assois à côté d’Alex dans le canapé.

Max s’installe dans le fauteuil qu’occupait Carine et tu reprends ta place face à lui. Vous trinquez. Ton visage est fermé, aucun signe d’émotion. Lui semble apprécier chaque seconde de son petit numéro de domination de notre groupe. Il tourne son regard vers nous et te dis : « Qui va s’occuper de qui ? On tire au sort ? ». Tu baisses les yeux. Pas de réponse. Par reflexe je prends la main d’Alex.

Nous fixons tous les deux le sol, nerveux et un rien effrayés. Elle me serre la main fermement. Max rit de nous voir ainsi à sa merci. « Bon on fait comme ça alors ! Tirons au sort ! ». Il prend les deux flûtes à moitié pleines, la bouteille qu’il vient d’ouvrir et les pose sur le sol puis il couche la bouteille vidée par Carine sur la table basse désormais libre de tout objet. « C’est parti ! ».

D’un bon coup de poignet il fait tourner la bouteille sur elle-même, quelques tours plus tard elle s’arrête. Le goulot te désignant. Tu restes silencieuse. « C’est pour toi alors ! » exulte Max en lançant à nouveau la bouteille. Alex me serre la main plus fort.

à suivre….

Retrouve les récits de Camille ici

Laisser un commentaire