Une maison pour 4 – Ep 31 _ Par Camille C

Epilogue – suite

J’enfonce le clou : « Allez laisse-toi faire. Tu en as si envie… ». Je me glisse derrière elle et lui enlève son chemisier. Elle tremble de partout. Je lui dégage ses petits seins mais sans lui enlever complètement le soutien-gorge. Puis lui caresse les cheveux, presque tendrement. Alexia nous sourit.

Anaïs se laisse manipuler doucement. Elle est quasi entre les cuisses d’Alex. Je finis de l’installer devant elle en lui remontant sa jupe aux hanches, je la roule bien pour qu’on voit sa culotte. A genoux juste devant Alex elle ne bouge plus.

«Donne-lui le gode à sucer Alex ». Elle le retire, lui tends en lui souriant. «Mets lui direct dans la bouche ». Je tiens les bras d’Anaïs d’une main, lui caresse les cheveux de l’autre. Alex pousse doucement le bout humide entre ses lèvres. Elle suce timide d’abord puis plus gourmande.

Je continue les instructions pour Alex : « Reglisse le entre tes lèvres, remouille » Le gode est trempé à nouveau. Je mets mes doigts dans la bouche d’Anaïs pendant ce temps.1 , 2, puis 4 doigts, je lui baise la bouche. Elle gémit, voix étouffée par mes doigts. Alex se caresse avec le gode plus vite, fort devant ce spectacle.

« Enfonce toi le dedans maintenant Alex! Pas trop profond juste des petits mouvements » Elle donne des petits coups de bassin, se baise avec le gode. Elle ne quitte pas Anaïs des yeux, la fixe. « Tourne toi » lui dis-je subitement. « A genoux sur le canapé. Dos vers nous. Tu vas prendre le gode dans le cul devant Anaïs».

Elle obéit, se cambre. Elle essaie de regarder un peu vers nous, pour voir nos réactions. Je ne la lâche pas : « … Qu’elle voit comment tu es une petite enculée ». Alex s’ouvre d’une main. Je prends le gode et pose le bout contre son petit trou. «Penche-toi bien en avant ». Elle s’offre penchée sur le dossier du canapé.

«Anaïs, approche toi d’elle ». Je la place à genoux sur le canapé, tout contre Alex qui peut sentir son souffle sur son dos, sa nuque. « Descends ton cul sur le gode » Alex obéit nous voyons le gode qui entre doucement. Anaïs la tient par la taille.

 

« Sens comme elle va s enculer pour moi, Anaïs ». « Allez Alex prends tout ce que tu peux ». Anaïs s’accroche à elle, les yeux écarquillés. Elle pousse ses fesses vers le bas, vers ma main qui tient fermement le gode. Il entre franchement jusqu’à tenir tout seul. Anaïs n’ose pas décrocher ses mains d’Alex, son souffle dans son cou la fait frissonner. Elle se plaque contre elle finalement, leurs corps se soudent, ses cheveux caressent sa joue. Ses mains pressent sa taille, se crispent, sa bouche finit par embrasser pour mordre son épaule.

Alexia s’accroche au dossier. Je pousse encore un peu Anaïs : « Allez, embrasse là tu en meurs d’envie ». Elle lui fait de petits baisers sur sa nuque, son cou, de plus en plus appuyés. Alexia tourne la tête. Ses lèvres enfin sur le coin de sa bouche.

 

Le gode tient tout seul planté dans son cul. Je l’ai lâché. Je les regarde, se chercher, se trouver. Enfin elles arrivent à s’embrasser furtivement, puis à pleine bouche. « Roule bien tes hanches » je reprend un instant le gode, Alexia s’excite un peu en allant et venant dessus. Puis je le relâche. Alex embrasse Anaïs plus fort. D’un coup je tire brutalement la culotte d’Anaïs vers le bas. J’écarte ses fesses et lui attrape la chatte par derrière. Elle pousse un petit cri. Elle mord presque les lèvres d’Alexia. Je croise le regard d’Alex qui jubile. Puis elle l’embrasse fougueusement.

Je souffle à l’oreille d’Anas : « Tu es bien trempée toi aussi. Branle toi sur ma main! Je ne bouge plus c’est toi qui te branle sur moi » Elle hésite. Elle bouge tout doucement. On sent qu’elle n’ose pas vraiment. Quand elle commence à bouger je l’écarte avec deux doigts. Je joue dans sa chatte, malaxe, tourne, elle gémit. Anaïs ose maintenant palper les seins d’Alexia, lui tenir le visage. Elles s’embrassent à nouveau. Fort. Alexia lui caresse les cheveux. Anaïs gémissante cherche sa bouche et met un doigt dedans. Elle le bouge dans sa bouche tandis qu’Alexia le suce. Anaïs bouge sans retenue sur ma main maintenant. Je la contrôle ainsi en la laissant s’exciter toute seule. Puis je lui dis :
« Anaïs, décide-toi ».

Elle descend alors sa main et la colle entre les cuisses d’Alexia. « Alex je veux que tu t’encules au maximum pendant qu’elle te caresse ». Je reprends le gode et Alexia donne de violents coups de rein dessus. « Anaïs attrape lui le clito, pince, branle, cajole ». Elle bouge comme une folle maintenant sur ma main. Leurs souffles ensemble, elles n’arrivent plus à s’embrasser, leurs mouvements se font trop désordonnés. Je plaque encore plus Anaïs contre Alexia. Je lâche le gode qui reste figé profondément dans son cul. Puis j’ouvre les fesses d’Anas, lui glisse un doigt. Elle sursaute, puis accepte, elle miaule. Je sens Anaïs basculer, lâcher, s’offrir. Alexia peut sentir sa chaleur sur son dos, son épaule, ses cuisses, elle la branle fort. Elles jouissent toutes deux dans un même cri. Je les laisse enlacées, effondrées sur le canapé.

Je pense que nous retournerons au « Cellar ». De temps en temps. Alexia semble le vouloir. Si tu le veux je te raconterai à nouveau. Elle sait que je continue à t’écrire. Et je crois qu’elle comprend. Et puis nous te devons bien ça. Le bébé sera là avant Noël et j’ai bien peur que cela donne des idées à Alex. Embrasse Carine de ma part et on s’appelle bientôt, faudrait qu’on se fasse une bouffe, ça fait un bail. Maîtresse.

Retrouve les épisodes de Camille ici

Laisser un commentaire