Une Maison pour 4 – Ep 25 _ Par CamilleC

Notre vie à quatre. Journal. Samedi 29 octobre 2016. Jour 15 – suite-

Debout, palpés, scrutés, testés comme du bétail, Alexia et moi sommes immobiles devant Marco, Isabella et Tony. C’est la première fois que je me retrouve à jouer au soumis plutôt que l’être vraiment car il est hors de question que mon esprit se soumette à ces trois-là ce soir, à ces complices de ton tortionnaire Margot.

Alors je fais bonne figure et je pense à toi et à Carine qui devez être en train de commencer à exécuter votre part du plan. Marco et Tony ont les yeux qui brillent, le corps d’Alexia si bien mis en valeur par cette belle robe blanche est un si bel appât. Je ne bouge pas et cela semble beaucoup amuser Isabella.

 

Tony se lève finalement de son canapé et tape sur l’épaule de Marco : « Laisse-moi faire, je sais comment l’exciter cette petite ! ». C’est lui qui tourne autour d’Alexia comme un vautour maintenant. Puis subitement, sans prévenir, il prend à pleine mains le fin tissu de sa robe juste derrière la nuque et tire brutalement. L’étoffe se déchire dans un grand bruit sec.

Tout le corps de la robe s’affaisse sur le sol et Alexia se retrouve en moins d’une seconde vêtue de sa seule culotte et ses talons au milieu de la pièce. Elle a juste sursauté et poussé un petit cri aigu de surprise. Marco est hilare. Tony pas peu fier de sa dextérité s’éloigne de quelques pas. Lentement il défait sa cravate noire. Puis passant dans le dos d’Alexia lui tire d’un coup les deux bras en arrière. Il ne lui faut pas plus de dix secondes pour lui attacher solidement les mains dans le dos avec le ruban de soie qui ornait son cou il y a un instant.

Puis alors qu’Alexia tremble maintenant de tous ses membres, il descend sans aucune délicatesse sa culotte blanche avant de la ramasser à ses pieds. Il en fait une boule dans ses mains non sans l’avoir avant humé avec un sourire pervers. Toujours derrière Alex il la tire vers lui d’une main en tirant sur ses poignets et de l’autre main enfonce sa culotte dans sa bouche.

Enfin il sort de la poche intérieure de la veste de son costume un rosebud argenté. En tenant sa captive par les épaules et sans plus de préparation il lui enfonce d’un coup dans les fesses. Le tout n’a pas duré plus d’une minute et Alexia se retrouve ainsi offerte à notre vue, nue, humiliée, bâillonnée et attachée.

 

Alexia se tient bien droite devant nous, elle fixe Tony qui continue de mener la danse : « Ecarte un peu ». Elle s’exécute. Le rosebud comprimé un peu plus par ses fesses qui se resserrent la fait grimacer. Tony pousse Marco vers elle : « Vas-y, mets-toi derrière elle et joue un peu avec ! ». Isabella pouffe de rire en voyant son compagnon se placer ainsi. Il pose une main sur l’épaule d’Alexia et, je l’imagine, joue avec son autre main avec le plug de métal dans le petit trou d’Alex.

Celle-ci gémit un peu et Tony renfonce sa culotte bien dans le fond de sa bouche pour qu’elle se taise. Isabella s’est approchée et s’adresse à Tony : « Qu’est-ce que tu veux faire avec elle ? » Tony lui répond, plus arrogant que jamais : « On va bien voir. Après tout c’est une soumise on fait comme on veut ! ». Alexia fronce les sourcils et fusille du regard Tony. Il continue : « Mais si tu veux t’en occuper toi… seulement ne l’a fait pas jouir sans mon OK ».

Isabella hésite quelques secondes puis se dirige vers leur proie. Je suis resté là débout à deux mètres, paralysé, fasciné. Tony sourit de plus belle : « Écarte plus toi qu’Isabella puisse vérifier ton état ». Alexia a maintenant les jambes bien ouvertes. Isabella s’accroupit devant elle. Sa jupe remonte tellement haut que l’on voit parfaitement la limite de ses bas. Elle regarde la chatte lisse d’Alex pendant que son homme tient fermement Alexia par les épaules : « Elle est brillante de mouille, le clito tout gonflé. Les fesses bien serrées sur le bud. Bref, elle est à point ! ». Ils sont tous les trois hilares. Alexia rougit de honte.

 

Tony est d’humeur joueuse : « Isabella, je te défie de la faire jouir sans utiliser ta langue ou tes doigts ! » Isabella se retourne vers lui et rit. Alex toujours maintenue fermement par Marco ne bronche pas. La belle italienne a le regard qui s’illumine : « Tony approche, je sais comment faire !». Il lui obéit. Isabella toujours accroupie se tourne vers lui, ouvre la braguette de son pantalon de costume et en sort son sexe.

Il est déjà bien excité et le jeune black montre fièrement une érection de très belle taille. « Tony, tu permets que je m’en serve pour la caresser ? ». Il éclate de rire pour toute réponse. Alex fronce les sourcils. Isabella se retourne vers elle : « Tu vas voir petite pouliche, tu vas adorer et puis je crois que tu connais déjà ce bel engin ! » Elle baisse les yeux, humiliée, honteuse et peut être, sans doute aussi, excitée.

Marco lui parle à l’oreille, j’imagine le genre d’insanités qu’il doit lui dire. Soudain, moi qui essaie de me faire oublier, je me retrouve remis dans le jeu, Isabella, le pénis de Tony dans un main s’adresse à moi : « Hé le petit cocu, tu as vu la tête de ta copine ? J’ai l’impression qu’elle préfère cette queue à la tienne ! ». Je ne réponds rien, les yeux dans le vague. La grande brune plantureuse, en équilibre sur ses immenses talons guide le sexe tendu juste devant les lèvres lisses d’Alexia.

Tony jubile. « Marco pousse la un peu vers nous et oblige là à se frotter sur moi ! ». Avec l’aide de sa femme et la complicité de Tony voilà qu’ils utilisent Alexia comme un simple objet. Isabelle fait courir le gland sur les lèvres, le fait tourner sur le clito. Tony fanfaronne les mains derrière la tête « Sans les mains ! ». On entend murmurer Alexia dans son bâillon. Des plaintes ? ou du plaisir ? Tony se moque d’elle : « Tu veux dire quelque chose ? N’est-ce pas que ta chatte est à nous ?»

 

Je me rends compte qu’Alexia est partie, ses défenses, sa retenue emportés par l’ambiance électrique et elle fait oui de la tête. Il en rajoute : « Et si une bite doit te défoncer ce soir c’est bien la mienne ! ». Nouveau oui de la tête. Marco doucement réduit son emprise et Alexia se frotte maintenant d’elle-même sur le gland de plus en plus énorme. « Ecarte, profite chérie » lui dit presque complice Isabella.

Elle tient toujours l’engin de Tony dans une main mais de l’autre elle écarte les lèvres d’Alexia et commence à pousser comme si elle se servait d’un gode pour lui donner du plaisir. Alex se mord les lèvres. Derrière elle Marco lui caresse les fesses, se colle à son corps. Il doit jouer de plus en plus fort avec le plug. Le spectacle, bien malgré moi, commence à m’exciter. Je sens que je bande fort maintenant et j’ai très envie de me toucher.

Alexia perd toute pudeur et essaie de s’empaler elle-même sur le sexe de Tony. Isabella le prend en bouche quelques instants pour le faire grossir encore un peu plus puis elle se relève. Elle se dirige vers son mari, se mets à genoux, ouvre son pantalon et commence à le sucer. Tony qui commence à prendre Alexia avec force est toujours à la manœuvre : « Marco entre tes doigts maintenant, fais-lui le cul ! ».

L’italien retire pour de bon le rosebud de l’anus d’Alex et y fait coulisser deux doigts. Je n’y tiens plus et oublié de tous je commence à me branler à travers mon pantalon. Isabella fait coulisser sa bouche et sa main droite sur le sexe maintenant tendu de son mec. Il ferme les yeux, perdu, ailleurs, tenant Alexia par les hanches, enfonçant ses doigts avec ferveur en elle. Ce quatuor est magnifique et je ne sais comment je trouve la lucidité d’immortaliser cet instant en prenant quelques photos avec mon téléphone.

Alexia est ballottée entre les deux mâles comme une poupée. Marco l’attrape par les cheveux, lui retire la culotte de la bouche et l’embrasse fougueusement, elle gémit, au bord de la jouissance tandis que Tony lui donne de violents coups de rein. Balancée ainsi, les mains attachées dans le dos elle tomberait, s’évanouirait de plaisir et de jouissance si les deux corps musclés de ses amants ne la retenaient pas.

On entend le bruit du sexe et des doigts en elle, dans la même cadence. Tony est en train de jouir en elle. Dans un râle il s’adresse à Marco : « Il faudra que tu la baises après, après tout c’est toi l’invité ce soir ! ». Mais Marco pour l’instant est trop occupé par la bouche de sa femme. Il finit par se lâcher sur son visage dans un râle, ses doigts toujours enfoncés dans le cul d’Alexia.

Je l’entends crier. Elle exulte avant qu’elle ne reste, les mains toujours liées dans son dos, allongée sur le sol, nue et haletante. Tony, Isabella et Marco se rhabillent un peu et s’assoient en riant dans le canapé. A cet instant je crois qu’ils ont oublié que je suis toujours là, debout, immobile et fasciné. Je reprends un peu mes esprits et m’accroupis près d’Alexia exténuée, essoufflée. Je lui prends la main, l’embrasse sur le front. « Respire, respire, j’ai peur qu’ils n’aient pas terminé… »

à suivre …

Retrouve les récits de Camille ici

Laisser un commentaire