Initiation – Ep 1 _ Par Freyja

Episode #1

Un samedi soir …
A l’heure où la ville s’endort, où certains se préparent pour sortir danser, où d’autres se démaquillent et se lavent les dents pour aller se coucher, moi je me ressers un verre du petit beaujolais nouveau acheté la veille : un Honoré Lavigne 2017. J’écoute la playliste de Van Morisson.

Délicieux ! Je repense aux conseils désuets de mes parents : « il ne faut jamais boire toute seule! »… tiens bien-sûr que je bois seule! C’est mon petit moment à moi. Quand j’ai enfin 5 minutes pour me poser, me détendre…
Alors que je relis Histoire d’O (lecture conseillée par Anna, Blogueuse du Monde Sensuel d’Anna), mon téléphone sonne.
23h49. Un coup d’œil et je vois que c’est Rey.

Rey, comment pourrais-je vous le décrire ? Un homme, petite quarantaine, séduisant, célibataire et à consommer sans modération. Un sexfriend quoi. Un plan cul occasionnel.
Ça faisait longtemps que je ne l’avais pas vu. D’ailleurs je ne sais plus si je l’attendais vraiment…
-« allô Freyja? Ça va ? Tu es chez toi? Je peux passer? »

J’hésite quelques secondes. Est ce que j’ai vraiment envie de faire entrer quelqu’un dans mon cocon, de casser ma petite bulle de quiétude installée ce soir…
J’hésite quelques secondes mais je réponds :
-« Oui viens »
… Gruhhh le Beaujolais Nouveau ! Je suis sûre que c’est lui qui a altéré ma capacité à dire non.

Je réalise que je suis en nuisette, un peu ‘légère’ du fait de ce petit verre de vin savouré seule, un peu fébrile du fait de ma lecture, un peu chatte en écoutant Van Morrison. Un cocktail parfait pour recevoir ce bellâtre chez moi finalement.

A peine la sonnette a t elle retentit, que je me jette sur l’interphone:
-« Montes! 3ieme étage G. La porte est ouverte »
… pour mieux revenir sur mon canapé et reprendre ma place confortable et douillette.

Rey apparaît. Visiblement réfrigéré par la température extérieure. Il sourit, il rayonne, il semble heureux de me voir. Les civilités passées, Rey me scrute et me dit qu’il me trouve « bizarre ». Je souris car je sais très bien ce qu’il veut dire (je lui aurais sauté dessus en temps normal, mais là étrangement, je prends mon temps).
-« Ah bon? Nan … » je lui sers un verre, m’en ressers un et mon invité commente ma lecture, étonné que je puisse m’ intéresser à cette œuvre.
Ce à quoi je lui réponds qu’en effet je m’instruis (repensant à la maxime d’hier utilisée sur le forum par Alinéa et Altion « le savoir c’est le pouvoir »).

Rey, qui se présente alors sous le pseudo de Monsieur, à mon grand étonnement, m’explique alors qu’il est un dominateur. Il s’épanche sur sa conception du BDSM. Il m’explique son parcours initiatique, ses découvertes, sa philosophie, sa pratique préférée. Ses certitudes, ses interrogations.

A ma tête songeuse et concentrée, il saisit que je suis toute ouïe, captivée et sûrement tentée… mais tentée par quoi?
Je souris bêtement (beaujolais Honoré…) et mon corps me trahit. Rey sait exactement à ce moment ce qui m’anime.

Je lâche mon livre et m’avance vers lui à 4 pattes sur mon canapé. Au moment où je pose ma main sur son pantalon, il la saisit délicatement et me dit « non »
-« non? … Qui me dit non? Personne ne dit non quand je dis ou exprime que j’ai envie de sexe !!! »
Il sourit car il me connaît et me rassure.
– « Tu sais bien que je pourrais te baiser là tout de suite, comme d’habitude… tu sais très bien. … mais j’ai envie de jouer avec toi Freyj’.
– jouer? (Punaise mais il a dit ‘non’!!!)
– t’inquiète pas (me dit il sur son petit ton moqueur) tu vas jouir, mais j’ai envie de jouer au D/S avec toi. T’initier. Tu n’as pas envie d’essayer ? Toi l’ aventureuse, la doudouce sulfureuse? ».

Je déteste quand je sens que je suis aussi transparente et prévisible que ça.
– « Tu m’énerves Rey ! »
– « Monsieur ! me reprend t-il d’un ton autoritaire. Monsieur ! »
Je bascule alors en arrière, reprenant ma place. Ma tête posée sur l’accoudoir du canapé, je regarde par la baie vitrée mes yeux embués de larmes (je déteste qu’on me refuse du sexe).

Rey, ou plutôt Monsieur, pose sa main sur mon genou et d’un ton que je ne lui connaissais pas m’ordonne :
-« Freyj’ écarte tes cuisses! »
Surprise et un tantinet déstabilisée, je le regarde dans les yeux pour comprendre ce à quoi il joue.
(Punaise de Beaujolais Lavigne, il vient de dire qu’il voulait jouer, qu’il ne veut pas de sexe… je suis un peu perdue ).

Il répète :
-« Ecarte tes cuisses, montre moi ta chatte! »
Je m’exécute…
Sans réfléchir… je m’exécute et écarte lentement mes cuisses laissant apparaître mon sexe mouillé..

Coquin de sort … Van m’ensorcelle . Ou est ce Honoré Lavigne ? Ou Rey ? Ou Monsieur?

La main de mon invité suit le mouvement de ma jambe et sa deuxième main rejoint mon autre genou. Ses yeux pétillent mais son regard est sérieux, même sombre.
Dans d’autres circonstances j’aurais riposté, plaisanté ou commenté la scène, mais là je n’ose pas.
Le moment semble grave, solennel, comme suspendu dans le temps. Je n’ose même plus soutenir le regard de Monsieur, moi… moi… je baisse les yeux comme intimidée par cet homme que pourtant je connais bien.

– « Ta Chatte sent tellement bon, j’ai envie de la goûter mais pas ce soir … ce soir je commence à t’initier Freyj’ ».
Je réalise à cet instant là qu’effectivement mon sexe pue le désir, ce parfum si fort et si prégnant. Cette odeur si caractéristique du désir féminin qui suscite le désir masculin. Instinctivement je referme les cuisses mais Monsieur me l’interdit en maintenant fermement ses mains sur mes genoux.
Je gémis d’étonnement et je sens que mes joues rosissent (serait ce cette petite gêne de la novice ou du fait du vin Honore Lavigne?).

Je n’ose plus le regarder. Étrangement je me sens toute petite et complètement dépourvue. Monsieur sourit et commence à me caresser les jambes… ses doigts effleurent l’intérieur de mes cuisses, là où la peau est si douce et sensible. Instinctivement, mon bassin ondule.
-« tut tut tut » … fait mon hôte d’un son de bouche…. « ne bouge pas ».
Je fronce du regard. Comment croit-il me faire jouir s’il me contrôle à ce point, au point de m’interdire de bouger à ma guise?
-« Freyj, tu me fais confiance ou pas ? »
Mais punaise, il lit dans mes pensées ou quoi?!!!

Il reprend :
-« laisse toi faire ma Chatte, promis je vais te laisser jouir, mais pour une fois quand JE l’aurai décidé »
Ce JE ne laisse aucune doute à sa détermination et bizarrement ça me rassure.
Monsieur reprend ses caresses et bien que je ne doive pas bouger, je sens qu’une tension sexuelle m’envahit et m’emprisonne. C’est comme si mon corps s’enveloppait d’ondes électrisantes dont l’issue serait une décharge de 10.000 volts…

Je sens les frissons du plaisir qui parcourent mes cuisses jusqu’à mon bas ventre… Je me mords les lèvres pour tenter de maîtriser mon souffle et mon envie.
J’ai l’impression que ça dure une éternité…
J’ai ce sentiment bizarre d’être suspendue dans le temps, à l’aube de la jouissance et pourtant si loin. Si proche du plaisir final et pourtant si empêchée de le faire exploser.

Monsieur voit mon trouble et sourit. Il prend ma main droite et la dépose sur ma toison dégoulinante.
– « j’arrête de te torturer pour ce soir Ma Freyj’ . Je suis fier de toi. Montre moi comme tu es belle quand tu jouis! ».
Je ne me fais pas prier.
Mes doigts experts connaissent exactement leur rôle. La paume de ma main se place à merveille sur mon pubis tandis que mes doigts s’enfoncent en moi. Ils glissent dans mon vagin, frottant doucement mon clito.

Mes yeux se ferment pour laisser échapper une larme au moment où les spasmes de ma jouissance inondent tout mon corps.
Je referme mes cuisses sur ma main qui ne voudrait plus jamais lâché ma vulve… Je gémis si intensément et si profondément que je m’étonne de l’intensité de l’instant.
C’est si intense et si profond que je n’ai pas envie de quitter cette torpeur…

Quand j’ entrouvre les yeux, Monsieur termine son verre et se lève pour partir.
3h33… j’ai envie de lui dire de rester, que j’ai encore envie de jouer , que j’en veux encore plus, mais je ne le fais pas.
Il m’embrasse sur le front et disparaît derrière la porte…

Retrouve les récits coquins de Freyja ici

5 Comments

Laisser un commentaire