Une découverte sensuelle – Ep 4 _ Par Alinéa

Episode #4

Amélie n’avait jamais pratiqué la sodomie. Lui avec une ancienne partenaire. C’est Amélie qui avait abordé le sujet un jour. Elle avait envie de tester mais avait peur. Une de ses positions préférées était la levrette et par association d’idée son derrière était très accessible comme ça. Donc pourquoi pas. Elle en avait envie. Il avait envie aussi, ils s’étaient donc mis d’accord pour essayer.

Et le sujet était revenu dans la conversation il y a peu, Amélie se sentait prête à passer le cap et il s’était proposé pour organiser la soirée qui devait aboutir au dépucelage de son petit trou. Ils n’avaient pas prévu de date mais Amélie s’était doutée que le moment approchait quand il avait parlé d’achat un peu particulier, dont il taisait la nature. Elle avait compris qu’il avait du se procurer de quoi la préparer. Ça la terrifiait et l’excitait en même temps.

Simon caressa les fesses d’Amélie, s’approcha de son anus, le caressa mais ne chercha pas à le pénétrer immédiatement. Il avait prévu de la prendre d’abord en levrette, déjà parce qu’elle aimait ça et ça devrait donc la détendre et aussi parce qu’il avait retenu ses ardeurs depuis le début de la soirée. Mais cela devenait difficile. Ce n’était pas très grave s’ils en restaient aux doigts pour ce premier essai. Ce serait un premier palier de franchi. Simon avait prévu des plugs pour y allait progressivement. Il n’était pas sure d’utiliser le plus gros.

Il se positionna donc derrière elle et la pénétra. Elle paru surprise car elle devait s’attendre à ce qu’il se concentre sur son anus. Mais la surprise laissa vite place au plaisir, comme l’avait espéré Simon. Amélie gémit de plus en plus intensément sous ses coups de rein. Il attrapa le lubrifiant qu’il avait mis à portée de main (ainsi que les plugs) et en déposa sur l’anus d’Amélie qui ne fut pas plus perturbé que ça, vu qu’il continuait gentiment à lui donner du plaisir. Puis, il approcha doucement un doigt et ce coup-ci le positionna comme pour forcer l’entrée vierge. Il hésita puis poussa un peu. A sa grande surprise, son doigts s’enfonça sans trop de difficulté. Amélie avait cessé de gémir ce qui l’inquiéta :

– Je t’ai fait mal ?
– Pas du tout, c’est bizarre mais pas douloureux. J’imagine que c’est ton doigt. Va doucement si tu en met un deuxième quand même.
– D’accord.
– Simon, c’est vraiment pas désagréable tu sais.
– Tant mieux, dit il soulagé. Le bandeau ?
– Je le garde pour le moment. Pas de soucis.
– Je t’aime ma puce.
– T’as intérêt !
– Amélie, j’ai aussi des jouets, des plugs. Tu préfères que j’en reste aux doigts ou …
– Si tu as un plug pas trop gros, tentes. On verra ce que ça donne. Le but c’est que toi tu passe au final.
– Si je passe pas ce soir, c’est pas grave tu sais. On n’est pas pressé.
– Parle pour toi, moi je suis terriblement excité, je te veux dans mon cul !

Simon rigola de bon cœur. Visiblement il se faisait du mouron pour rien. Sa belle appréciait l’instant et en demandait plus ! Il repris donc ses assauts aussi bien dans son vagin que sur son anus. Il imprima un léger va et vient à son doigt, le sorti et le rentra assez facilement. Si bien qu’il tenta avec un deuxième après avoir pas mal assoupli le petit trou d’Amélie avec un seul. Ça passa sans trop de difficulté.

Il se dit que le plus petit des jouets devait être équivalent en terme de diamètre à ses deux doigts. Simon prit l’objet et l’enduit de lubrifiant avant de l’approcher du cul d’Amélie. Il rentra sans trop de soucis. Il stoppa ses coups de rein de peur d’arriver trop vite. Finalement, il arriverait peut être à satisfaire sa belle qui le « voulait dans son cul ».

– Amélie, je t’enlève le bandeau ma belle. Je veux que tu profite de tous tes sens.
– Ok.

Simon pris le plug un peu plus gros, qui était déjà de bonne taille (il eut un doute, il avait peut être mal choisi), se servi à nouveau du lubrifiant et parti à l’assaut du petit trou d’Amélie. Ce fut un peu plus difficile, il lui demanda plusieurs fois si elle avait mal et elle répondit « légèrement » mais c’était gérable. Il y allait vraiment très doucement, avec prudence. Elle finit par lui dire que la douleur était passé, qu’il pouvait aller plus loin, ce qu’il fit et il entra le jouet assez facilement en elle. Il s’amusa un peu, prenant soin de lui demander si ça allait.

-Simon, je vais bien. Tu est vraiment très doux, y’a pas de soucis. Et c’est très agréable. On se débrouille bien pour une première fois je trouve.
– Je trouve aussi.
– Je peux te demander un truc.
– Oui. Tu me fais peur là.
– Faut pas. Prend moi. Laisse le truc dans mon cul et prend moi en levrette, je veux savoir la sensation que ça donne.
– J’avais prévu ça avec autre chose en fait. Et plutôt moi dans tes fesses et le gode dans ta chatte.
– T’es sur le point de venir
– Ca va mais oui, je vais avoir du mal à tenir longtemps. Je t’avoue que depuis le début de la soirée, j’ai du mal. Tu m’a fait un défilé très sexy. Rien que d’y penser je pourrais …
– Ok, fait comme tu le sens alors. Moi ça me va.

S’il voulait mettre son projet à exécution, c’était le moment de vérité. Il prépara encore le petit trou d’Amélie, abusa encore du lubrifiant, en mis sur son sexe et se dit que c’était le moment de vérité. Il positionna son gland à l’entrée du trou et pénétra doucement en elle. Amélie grimaça légèrement, mais ça il ne pouvait pas le voir, mais la douleur était légère et s’estompa assez rapidement. Simon ne bougea plus un instant et elle voulu savoir pourquoi.

-Je laisse un instant à ton petit cul pour se faire à ma bite mon ange. Je suis presque tout en tout. Tu n’as pas eu mal ?
– Légèrement au début mais vraiment très peu. T’es rentré plutôt facilement en fait. Simon, va y, bouge, j’en peux plus. Et je suis sure que t’es pas loin toi aussi. Baise-moi !

Il ne se fit pas prier. Il alla doucement au début puis imprima un rythme plus soutenu. C’était très agréable, Amélie semblait apprécier aussi. Il en aurait explosé de bonheur ! Ils restèrent ainsi quelques instant puis il décida de tenter autre chose. Il se retira et demanda à Amélie de se coucher sur le dos. Elle était surprise. Il lui montra un gode en verre et lui fit un clin d’oeil. Elle avait dû comprendre. Il releva ses jambes pour avoir accès à ses fesses, la pénétra de nouveau et il inséra lentement le gode dans sa chatte sans soucis vu comme elle avait mouillé. Il recommença ses mouvement et tenta de bouger un peu le gode.

Elle vint positionner ses mains sur ses jambes à lui, elle l’avait si peu touché de la soirée finalement. Ses gémissements furent vite remplacés par des cris de plaisirs. Elle l’encourageait à y allait franchement. Pour une première, elle semblait vraiment apprécier. Il était tellement rassuré. Elle eut un premier orgasme assez puissant qui sembla lui faire perdre un peu la notion du temps et de l’espace. Il était sur le point de perdre le contrôle aussi alors il décida de mettre le gode de coté et de finir dans son vagin.

Il passa donc de son cul à sa chatte et recommença ses mouvements en venant positionner ses coudes de chaque coté d’elle. Elle put ainsi lui caresser le doigts et ils purent d’embrasser. Ils se regardèrent dans les yeux, avec beaucoup d’amour, elle murmura un « merci ». Enfin, ils jouirent tous les deux en même temps pour le dernière fois de la soirée. A bout de force, il s’allongea sur elle un instant, la serrant contre lui et elle enroula ses jambes autour de lui. Ils avaient besoin du contact de corps de l’autre pour parfaire cette soirée. Il finit par se coucher à coté d’elle et ils se positionnèrent de manière à pouvoir être dans les bras l’un de l’autre. Ils s’endormirent ainsi, épuisés par leurs efforts.

 

Ils s’éveillèrent tout les deux aux alentours de 7h du matin. Un peu tôt pour un dimanche chômé mais ils ne comptaient pas donner signe de vie avant plusieurs heures. Leur seule concession fut de prendre une douche et de changer les draps souillés par leur ébats. Ils allèrent ensuite à la cuisine préparer un plateau pour un petit-dej au lit et se réinstallèrent sous les draps pour partager leur repas tout en parlant.

Ils avaient tout deux appréciés leur soirée, sodomie comprise. Simon nota qu’il avait surement trop parlé et promit d’être moins prolixe la prochaine fois. Elle le rassura en lui disant que oui, il avait beaucoup parlé mais qu’elle avait apprécié qu’il se soucie d’elle sans se fier uniquement à ses réactions physiques. C’était la première qu’ils tentaient cette pratique tous les deux et ils avaient eu besoin de prendre leurs marques.

La prochaine fois, ils savaient déjà un peu plus à quoi s’attendre et ce serait moins mécanique normalement. Elle avait vraiment aimé la double pénétration mais la pratique était peut être à réserver pour plus tard, quand la sodomie serait plus ancrée dans leurs habitudes. Mais elle ne regrettait pas du tout qu’ils aient tenté, c’était génial.

Quand ils eurent assez mangé, Simon posa le plateau par terre et il prit Amélie dans ses bras. Ils se câlinèrent tendrement ainsi longtemps, échangeant des mots doux et des regards amoureux. La jeune femme avait apprécié le respect que son amoureux avait mis dans ses actes la veille, elle savait plus surement que jamais qu’elle pouvait lui faire confiance et elle était prête à expérimenter d’autres choses avec lui. Elle lui fit par de cela et il la remercia de sa confiance et qu’il tacherait d’en être digne.

Puis Amélie décréta qu’elle avait peut être eu sa dose de plaisir hier soir mais qu’elle avait eu bien peu l’occasion de le toucher et de le goûter. Simon se laissa donc faire et s’abandonna aux mains de sa compagne. Elle l’embrassa un peu partout, elle s’occupa de sa verge et quand il eu joui dans sa bouche, elle se lova contre lui, satisfaite. Pour le moment. Le jeune couple avait renforcé leurs liens et ils comptaient bien faire durer cela encore de longues années.

3 Comments

  • Merci de vos gentils commentaires tout au long du récit. De la douceur Freyja, tout ce que je voulais transmettre, donc c’est parfait.
    Je n’écris pas forcément de récits érotiques, j’en ai un autre fini mais je ne sais plus ce qu’il vaut parce qu’il est antérieur à celui-ci. Et je suis en train de travailler sur un mais il me vient moins facilement. Peut être parce qu’il est plus … personnel.

    J’aimerais réaliser ce fantasme aussi Fantasmeur. Et d’autres 😉

Laisser un commentaire