Une découverte sensuelle – Ep 3 _ Par Alinéa

Episode #3

Elle devait s’attendre à ce qu’il l’embrasse. Mais il prit sa main et la posa sur sa propre joue afin qu’elle sache où se trouve son visage. Elle caressa du pouce sa joue, son menton, cartographia par le toucher ses traits qu’elle aimait tant. Puis, elle se redressa pour l’embrasser. Ayant une meilleure idée de l’endroit où il se tenait, elle se positionna à califourchon sur lui. Elle l’embrassa à nouveau, profondément, mordilla sa mâchoire, puis entama une lente descente vers son torse, son ventre pour s’arrêter sur son objectif un peu plus bas.

Elle attrapa le membre dressé de Simon dans une de ses mains et commença à jouer avec ainsi. Enfin, elle approcha peu à peu sa bouche, lécha le gland, puis lécha la tige sur toute sa longueur. Elle revint ensuite sur le gland qu’elle prit en bouche avant d’engloutir un peu plus de la verge de Simon. Elle lui prodigua ce soin durant quelques instants. Espérant ne pas être trop maladroite mais le bandeau était bien mis et ne bougea pas d’un millimètre durant ses manœuvres ce qui la laissa dans le noir le plus total.

Elle ne vit donc pas son amant s’abandonner totalement dans le plaisir de l’instant. Il tentait de ne pas trop s’abandonner car il avait l’intention de rester maître de la soirée. Mais il ne pouvait pas se priver d’un tel plaisir. Simon mit une main sur la tête de sa partenaire, non pas pour la pousser à faire plus ou plus vite, juste pour la toucher, pour lui dire que c’était bon. Il enfouit les doigts dans ses cheveux et resta ainsi avant de se ressaisir et de lui demander d’arrêter.

Il voulait qu’elle s’allonge de nouveau, il avait de nombreuses surprises pour elle. Elle le supplia de venir en elle, de la prendre maintenant. C’était bon pour les préliminaires mais il avait autre chose en tête. Il n’oubliait pas qu’il avait fait quelques achats et s’il n’était pas encore temps d’utiliser l’objet qui allait leur faire passer un cap dans leur couple, il avait deux ou trois petites choses à lui faire tester auparavant. Il se demanda si oui ou non il allait lui enlever ses bas ou si il attendait encore un peu. Mais finalement il se résolu à lui retirer. Mais il se promit de réserver son envie de lui faire l’amour avec pour une autre fois.

Il s’empara du premier objet qu’il avait acheté. Un vibro de marque Lelo, dans son souvenir le modèle était nommé Liv 2. Il avait pris soin de se familiariser avec l’utilisation quand elle était absente. Simon l’avait chargé pour être sûr de ne pas avoir de soucis ce soir (l’après midi shopping entre copines avait été une vraie aubaine pour préparer son programme de ce soir).
Il fit d’abord glisser l’objet sur elle sans l’allumer, pour qu’elle ne soit pas totalement surprise lorsqu’il le glisserait sur son intimité. Il parcourut son ventre, ses seins, ses bras, doucement, sachant très bien qu’elle ne savait probablement pas avec quoi il la caressait. Finalement, il se rapprocha de son entre-jambe et alluma l’appareil.

Elle sursauta légèrement mais elle avait compris désormais ce qu’il avait entre les mains. Il la vit rougir un peu. C’était assez osé de sa part d’avoir acheté des sextoys, il savait qu’elle se doutait que celui-ci n’était pas le seul. Il était quasi certain qu’elle avait compris où il voulait l’emmener ce soir. Elle n’était pas forcément pudique avec lui, ni très coincée niveau sexe. Mais elle avait peu d’expérience et visiblement pas mal avec des types qui avaient surtout pensé à leur plaisir. Ils avaient déjà parlé sextoys ensemble, il savait qu’elle y avait pensé. Le vibro surtout. Mais elle n’osait pas franchir le cap. Elle avait peur de passer pour une salope. Lui trouvait que la possession de sextoy s’était plutôt démocratisée, il y avait de jolis objets pas vulgaires et ça pouvait pimenter un peu les préliminaires.

Il positionna le vibreur sur son clitoris et il vit tout de suite l’effet très plaisant que ça avait sur elle. Elle gémit de plaisir, elle se tortillait doucement, faisait des mouvements de va-et-vient, indiquant clairement ce que son corps réclamait. Il changea le programme pour un plus puissant ce qui lui arracha un petit cri. Elle monta vite dans les tours. Lui s’amusa avec sa vulve, il promenait le jouet sur ses lèvres, revenait sur son clito, s’arrêtait à l’entrée de son vagin qu’il pénétra d’un doigt finalement pour vérifier si elle était humide. Même si la précaution semblait inutile. Puis, il inséra le sextoy en elle et sans surprise, elle y trouva beaucoup de plaisir. Elle fit mine d’avancer sa main vers son entre-jambe mais il compris qu’elle voulait se masturber et il le fit à sa place.

– C’est moi qui m’occupe de ton corps ce soir ma belle, hors de question de me priver de ce genre de plaisir. La menace de t’attacher tient toujours tu sais.
– Plus fort, s’il te plait, souffla-t-elle.

Il s’exécuta avec joie et elle ne tarda pas à avoir à nouveau un orgasme. Il la voulait détendue mais pas épuisée, il fit donc à nouveau une pause où il s’allongea de nouveau près d’elle. Simon l’embrassa, lui dit qu’elle était belle. Il lui fit toute sorte de compliments afin qu’elle comprenne à quel point il était fou d’elle. Bien que plus réservée, Amélie était aussi terriblement épris de lui. Il le savait car elle lui faisait confiance. Le bandeau en était une preuve.

 

Il se sentait terriblement responsable de ne pas trahir cette confiance. Sous des abords libérés, Amélie était réservée, elle cachait beaucoup ses sentiments. Certains avaient du jouer un peu trop avec son cœur. Elle avait du mal à faire confiance, autant à elle-même qu’aux autres. C’était donc une vrai preuve d’abandon de ne pas avoir rusé pour qu’il lui enlève le bandeau. La prochaine étape était cruciale, il allait lui falloir être doux, à l’écoute et prévenant. Il se demandait si ce n’était pas le moment de lui retirer le bandeau, si elle ne serait pas plus à l’aise pour ce qu’ils avaient prévu si elle pouvait voir.

– Amélie, mon ange. Tu sais ce que je prépare, n’est ce pas ?
– Oui. J’ai un peu peur mais j’en ai envie aussi. Je veux qu’on le tente.
– Préfères tu avec le bandeau ou sans ? Je te l’enlève si tu veux. Il faut que ce soit agréable pour toi, c’est important. Dis moi ce que tu préfère.
– Je … Je ne sais pas trop en fait. Ce n’est pas désagréable de ne rien voir. J’ai l’impression de tout ressentir plus fort, plus intensément. Ma peur a envie de te dire de me retirer ce bandeau mais j’ai aussi très envie de le garder maintenant. Peut-être qu’on pourrait commencer avec et voir ensuite pour le retirer ?

– C’est comme tu veux, comme ça te convient. Je suis heureux dans les deux cas. C’est une bonne idée, on débute avec et je te le retire ensuite ou tu me demande dès qu’il te gène. Ok ?
– Ca me va. Simon, soit doux s’il plait. Pas que tu ne le soit pas habituellement mais encore plus, d’accord.
– Je n’ai aucune envie de te faire mal. Je vais être très doux. Et surtout si quelque chose te gène, dis le moi, n’hésite pas. Ne penses pas que c’est ridicule ou malvenu. Ce qui te gène, ce qui te fait mal, je dois le savoir.
– D’accord. Promis.

Simon l’embrassa tendrement tout en glissant une main sur son corps. Il retourna exciter son entre-jambe, redémarrer la machine. Il alla se placer entre ses jambes pour la lécher, la préparer. Ensuite, il lui demanda de s’installer à quatre pattes, il l’aida puis recommença ses manœuvres. Il la pénétra d’un doigts, puis deux. Des signes de plaisir jaillirent de sa bouche, ce fut le signal pour lui de se diriger vers son anus. Lui-même avait peur.

à suivre…

2 Comments

Laisser un commentaire