Contention au lit ou comment empêcher une soumise de faire des bêtises _ Par ChasteSéverine

Dès le début de la relation avec mon Maître, j’ai été astreinte à tenir un journal de bord dans lequel j’étais tenue de consigner tous mes faits et gestes, ainsi que mes pensées et souhaits éventuels.

Chaque vendredi soir, Il le lisait pendant que je me tenais à genoux face à Lui. Après lecture et questions éventuelles, Il décidait des éventuelles sanctions à m’infliger pour les fautes commises dans la semaine. Une de mes fautes les plus fréquentes était la masturbation. Ce qui me valait d’être de plus en plus durement punie. Car Il avait décidé que je ne devais pas me masturber sans Son autorisation. Après un moment, Il m’a acheté des moufles et des gants de boxe pour éviter que je ne me masturbe, mais je continuais… La sanction, après quelques semaines, fut claire : je ne partagerais plus Son lit tant que je continuerais les plaisirs solitaires!

Je Lui ai alors proposé une solution: m’entraver afin que je ne puisse plus me procurer du plaisir sans Son autorisation.

Dès le début de ma vie sexuelle, j’ai toujours aimé être attachée pour faire l’Amour en m’abandonnant totalement à mon partenaire.

Nous allâmes donc dans une boutique spécialisée afin de m’acheter des entraves en cuir et une camisole de force. La camisole choisie était en cuir, bien lourde et particulièrement efficace! Durant plusieurs années, j’ai dormi menottée ou en camisole de force à Ses côtés.

 

Un jour, je Lui ai proposé de m’attacher sur un lit séparé du Sien, ne partageant Sa couche que pour faire l’Amour. Il a trouvé que c’était une excellente idée et m’a aménagé une petite chambre où j’étais menottée à mon lit. Après avoir vu des vidéos où les soumises étaient attachées avec des sangles du type de celles utilisées dans les hôpitaux psychiatriques, je Lui ai suggéré de me faire dormir de la sorte. Renseignements pris, c’était assez onéreux et disponible uniquement sur prescription médicale…

Dès lors, avant d’investir, nous avons convenu qu’il serait utile d’essayer afin d’acheter en connaissance de cause. Nous en avons alors parlé à une de nos amies qui est adepte du SM médical et dispose de ce type de sangles. Elle nous a alors prêté un jeu de sangles durant une semaine afin que nous essayions tous deux ce dispositif de contention. L’efficacité étant totale, nous avons décidé d’en acheter.

Le problème était, à ce moment, qu’il nous fallait une prescription médicale pour les acquérir!

Après recherches sur le net, nous en avons trouvées sur le site d’une boutique SM en Allemagne qui nous dispensais de cette fameuse prescription. Mais 30% plus cher que le prix normal. Notre choix s’est porté sur l’ensemble de base comprenant une ceinture fixée au lit avec harnais thoracique et les menottes pour mains et chevilles. Ensemble complété par une paire de sangles reliant le haut du harnais à la tête du lit et permettant de me maintenir en position couchée.

 

Dix jours plus tard, arrive un discret colis. Contenant le nécessaire pour attacher à son lit la vilaine fille que je suis…  Les sangles étant en coton. Mon Maître est rentré avec une boite de langes pour adultes incontinentes et la culotte de protection qui va avec afin de ne pas les souiller.

Après le dîner, j’accompagne mon Maître dans ma chambre et L’aide à installer le dispositif de contention sur mon lit. Après avoir pris un bain tous les deux, j’enfile ce qui sera dorénavant ma tenue pour la nuit. Couche culotte avec protection, legging en lycra rose et t-shirt noir à manches longues avec l’inscription « DANGEROUS GIRL » en rose. En effet, lors de notre essai quelques semaines plus tôt, nous avions trouvé que les sangles grattaient un peu lorsqu’on se débattait.

Après m’être allongée sur mon lit, mon Maître commence à m’attacher. Quelques minutes plus tard, je suis prisonnière de ces sangles, seul mon Maître pouvant m’en libérer. Avant de quitter la pièce, Il me chatouille avant de m’embrasser tendrement en me souhaitant une bonne nuit. La lumière s’éteint et la porte se referme.

 

J’ai beaucoup de mal  trouver le sommeil. Je me réveille plusieurs fois lorsque les sangles m’empêchent de bouger et lorsque j’ai fait dans mon lange… Cette nuit me semble une éternité et je suis ravie quand mon Maître entre dans la chambre pour me réveiller. Il me libère très vite et me prend dans Ses bras avant que je ne me déshabille afin de prendre une douche. Il m’a ordonné de conserver ma couche culotte avant d’y entrer.

La porte de celle-ci ouverte, je constate qu’elle a été « aménagée »! Mon Maître a placé des entraves pour les chevilles et les poignets reliées aux murs par des chaines. Une fois entravée, Il m’ôte la couche culotte et constate que je me suis soulagée dedans. Il me traite de salle petite fille en la présentant face à mon nez. Et me dit que je vais avoir droit à 10 minutes d’eau froide. Une fois ces 10 longues minutes passées, la douche s’arrête et Il entre dedans afin de m’essuyer. Puis, une fois séchée, Il me détache et m’annonce que ce sera le traitement chaque fois que je souillerai mon lange. Enfin une fois habillée et coiffée, la journée se déroule tout à fait normalement et nous nous rendons au travail.

Le cérémonial de mes nuits est dorénavant inscrit dans le marbre de notre relation.

Je me suis vite habituée à dormir de la sorte et cela me fait bizarre de dormir non entravée!

Progressivement, nous avons complexifié le système de contention. Entraves pour les cuisses, immobilisateur de tête, entraves au niveau des genoux et des coudes. Puis, récemment, des moufles fixées aux menottes des poignets. Toutes ces sangles empêche tout mouvement

Mon lit étant achevé, je dois avouer que j’en suis amoureuse. Il y a tellement de sangles! Il faut 15 à 20 minutes pour m’attacher et un petit 10 minutes pour m’en libérer…

4 Comments

Laisser un commentaire